Poème France
Poème Triste : Mon père est mort

> >

Pas de photographie
Hugo

#Poème Publié le : - Nombre de commentaire : 3 - Ressenti : 10 / 10 avec 1 avis

Mon père est mort

Qu’il est bon de vivre dans l’innocence,
Demeurer dans cette enfance
Où la mort est absence,
Où règne seulement la jouissance.

Mais vient la fin de l’enfance
Où le monde devient étrange,
Où le monde devient violence,
Et où on découvre que l’homme n’est pas ange.

Je me souviens de ces moments
Où toi mon père
Passait ta colère,
Sur le mépris, l’égoïsme des gens…

Tu en as eu des différends,
Echangé des mots causant du chagrin,
Avec d’autres, avec tes enfants,
Comme nous, imparfait, tu étais simplement humain.

Tu en souffrais cependant,
Et comme tu me l’as dit récemment,
Tu étais heureux de les voir à nouveau,
Ceux avec qui tu avais échangé des maux.

Dernièrement tu étais meurtri dans ton corps,
Ta vie était devenue souffrance,
Je pense même que tu souhaitais cette mort…
Tu semblais l’attendre comme une délivrance.

Que le glas qui a sonné ton trépas,
Ne soit pas malheur,
Qu’il soit l’ouverture d’un monde de douceur
Où tu feras tes premiers pas…

Dieu t’a appelé,
Je suis sûr, tu as retrouvé la paix…
Tu m’attendras ? Dans quelques années,
Je viendrai te retrouver.

Je crois que la vie n’est qu’un passage,
Une épreuve, un apprentissage,
Où nous devons apprendre à être sage,
Avant de gagner un autre rivage.

Pour les vivants,
Ton départ est un coup de lame…
Tes amis, ta famille, tes enfants,
Aujourd’hui pour toi, versent des larmes…

De cette mort,
Nous gardons une peur ancestrale,
Mais pour toi, elle ouvrira un corridor
Où t’attendront de douces vestales…

Que la fin de tes souffrances
Soit une renaissance…
Que de nouveau ton âme
Attire de belles dames…

Ton départ prématuré,
Fait que mon œil est mouillé,
La vie de nouveau m’a écorché,
Mais de toi, je ne conserve que fierté.

Des chansons anciennes
Me rappelleront ces moments,
Quand j’étais enfant,
Où ta main prenait la mienne…

Mon père, aujourd’hui je connais la douleur,
Promets-moi que dans quelques années,
Quand je viendrai à tes côtés,
Tu me guideras, que je n’ai pas peur…

"Eric VARNIER"

Postscriptum

J'ai vu partir des gens autour de moi, j'ai eu beaucoup de peine pour eux, mais...un père... c'est autre chose, un porte a été franchie... les choses ont changé et pourtant j'ai encore parfois envie de prendre le téléphone, l'appeler pour entendre sa voix...même conscient de cette mort, il y a une part de refus en moi...il me manque.
15
J'Aime :)
0
J'Aime Pas

Commentaire sur la poésie

  • Commentaire poetique de : Petite Vero

    Désolée pour la nouvelle. Me connecte très très peu sur le site mais en passant, je tenais à t'apporter toute mon amitié. Joli poème pour décrire ta souffrance. Je peux comprendre tes envies de l'appeler... un père est un modèle. amitiés et au plaisir de te lire lors d'un prochain passage. Petite Véro
    2007-02-03 21:01:46
  • Commentaire poetique de : Toxic

    je comprends un père c'est sacré j'ai perdu aussi mon père très bel hommage mes sincères condoléances
    2007-09-25 22:16:24
  • Commentaire poetique de : Melly-Mellow
    : 1010
    Toutes mes condoléances, bien tard malheureusement, mais mieux vaut tard que jamais.. La mort est la plus cruelle des choses pour ceux qui survivent... Ne gardez que fierté et bons souvenirs, débarrassez vous du reste et vivez comme il aurait souhaité que vous viviez : heureux. Mais ça, je crois aux vues de vos vers que vous l'aviez déjà compris :)

    Amicalement...
    2014-07-28 13:29:57

Pour mettre des commentaires sur cette poésie vous devez être inscrit et identifié sur le site !

Autres poésie de l'écrivain

Autres publications

Poèsies des commentateurs


0,14675498008728