Poème France
Poème sur la Nature : Les douze mois de l'année

> >

Pas de photographie
Sheris

#Poème Publié le : - Nombre de commentaire : 7

Les douze mois de l'année

Janvier :
La blanche pelisse hivernale recouvre encore les campagnes figées.Seuls, les toits de chaume fument, créant une nappe de brume flottant en dessus des nuages lourds de neige.Sous terre, la faune discrète en pareille saison dort.Seuls les ronflements sonores de l’ours se font entendre, dans cette nature aphone.Les hommes immobiles au près du feu, racontent des histoires à leurs enfants.Des contes, de fées et de chimères, mais ils ignorent que s’ils regardent à la fenêtre, ils pourraient apercevoir, la queue du Dragon du Nouvel An qui vient éclairer d’un regard neuf, leur vie…

Février :
La neige enfin fond.Le grand manteau se transforme en un fin voile.Les perce-neige fleurissent annonçant d’une petite voix fluette le renouveau lent du printemps.Mais c’est aussi le retour des amoureux.Les cœurs, de toutes sortes de sentiments se remplissent, et s’annonce dans un joyeux désordre leurs tendres passions.Les arbres, pour faire écho de leur bonheur, bourgeonnent comme pour exprimer leur joie de retrouver bientôt la belle saison.Cupidon du haut de son nuage, n’est pas loin et joue sur tous les marrieurs.

Mars :
Le temps est incertain.La pluie succède au soleil, le froid à la chaleur.Mars, mois du hasard.La nature se réveille, les campagnes refleurissent.Partout les effluves des averses florales, enivrent les sens.Les hommes sortent enfin de leurs chaumières, le travail reprend.Les matins sont frileux, et couvert.La nuit est claire de par la lune rousse et aux scintillements des étoiles comme les bougies d’un gâteau.Et maman derrière ses fourneaux prépare un pot-au-feu.Bientôt viendra le Carême, temps des privations et des prières.Où le simple amour devient une barrière contre la misère.

Avril :
Le printemps vient d’arriver, et de sa main verte fait fleurir arbres et fleurs.Les coucous ivres de bonheur chantent leurs douces mélodies en l’honneur de la belle éveillée.Voilà le temps des farces qui s’en vient en même temps que notre renouveau.Les plaisantins sont à l’honneur, ils font rire petits et grands, avec leurs mille et un facéties burlesques.Les vents palsmodient leurs cris les murmures des cascades et des oiseaux.Les jeunes pousses pointent le bout de leur nez au soleil qui vient réchauffer de ses rayons, leurs petites feuilles vertes.Déméter brode à nouveau sa toile du printemps.

Mai :
L’astre du jour enfin réaparait transcendant les champs et les campagnes.Les pierres et les brins d’herbes dorent au soleil.Les arbres retrouvent leur si belle chevelure.Le vert, couleur de l’espoir domine dorénavant le monde.Les pâquerettes grimpent partout, sur la face des monts, sur la face de la terre.Les arbres ne sont pas en reste eux aussi s’enrubannent de couronnes de fleurs aux couleurs pétillantes, blanches et jaunes.Le disque diurne ramène la joie et les fêtes.

Juin :
Les plus beaux jours sont de retour, les mariages se fêtent avec grâces et joie.La faune se réveille.Les abeilles butinent, remplissant l’air de bourdonnement.L’eau des rivières chante en chœur avec le murmure des feuilles secouées par les vents primesautiers.La lumière coule illuminant la nature, créant ça et là, des broderies de nuances subtiles dans le cœur des arbres.Des paillettes d’or et d’argent se reflètent, dans les flots impétueux des torrents ou calmes des lacs.Dans l’écrin de juin, la nature resplendit.

Juillet :
L’été, le florissant est arrivé.Il blondit les champs, épanouit les fruits, les rendant sucrés et juteux.Les parfums de ces agrumes emplissent l’air.Tout rayonne et ressemble à une friandise.Le zéphyr vague les blés, et secoue les coquelicots qui forment des tâches écarlates.Les écoliers quittent enfin leurs bancs pour rejoindre les sentiers joyeux, en fredonnant quelques chansons qui fleurent bon les vacances.La gaieté est présente dans chaque pierre qui rêve au soleil, en chaque lézard qui somnolent sur des murs brûlants.Et lorsque le soleil ferme les branches d’or de son rouge éventail, on peut voir dans le ciel, l’éclatant sourire de la Dame de Beauté.

Août :
Les derniers fruits finissent de mûrir.Les noix commencent à avoir le ventre roux, les ultimes pêches commencent à tomber des pêchers.La nature a atteint son apogée, bientôt viendra son déclin.Les éclairs de colère strient le ciel riche et sombre.De violentes pluies s’abattent sur les terres arides, creusant des rigoles sur leurs visages meurtris par la chaleur du mois précédent.Les vacances s’achèvent, dans une mélancolique tristesse.Les Hommes déconfits rentrent pieds et poings liés.Le temps des rêves durement s’achève.

Septembre :
Les feuilles déjà se colorent.Les ocres remplacent peu à peu les verts.La nature commence à s’endormir.Les vents à nouveau gémissent.Les arbres découvrent leur tête, en ôtant leur chapeau de feuilles.Le ciel se couvre de nuages gris.Les larmes du firmament inondent les écoliers qui rejoignent les chemins du savoir.Les mères, le mouchoir à la main sanglotent à la perte de leur chérubin grandissant.Les mines sont font acariâtres à la reprise du travail.Le mois de septembre commence sous de mauvais hospices.

Octobre :
La nature se teinte de rouge.Les feuilles des érables renvoient la couleur soleil à son crépuscule.Les ramures forment un tapis épais, ou les campagnes se cachent, comme une star derrière son manteau fauve.La bise rafraîchit l’air rappelant que l’automne est arrivé à grand galop.La lumière faiblit, elle est laiteuse.Elle nimbe les environs d’un linceul.Celui de l’hiver accourant.Les arbres chauves donnent l’irréalité de campagne, ou ils créent des formes fantômes dans la brume.La fête des morts s’annonce pour bientôt.

Novembre :
Quelque part, flottant l’automne et l’hiver, il existe une saison indéfinissable, infiniment mélancolique et envoûtante.L’air y est vif, piquant parfois.La lumière y coule entre les doigts secs des arbres déjà ensommeillés.Le vent timide y pousse les effluves infimes d’un monde autre ; d’un monde passé, oublié, secret ou un monde en devenir, en germe, peut-être.Et quand, juste après le glissement du disque pâle derrière les collines, les herbes bruissent plaintives entre les pierres, on pourrait, avec un peu d’attention, y voir passer les elfes.

Décembre :
La nature se pare de ses plus beaux atours, s’entourant d’un sublime manteau glacé.Les vents rugissent de cette liberté retrouvée.Ils passent ne se souciant, du gémissement lancinant des arbres hibernants.La lumière d’une teinte bleutée, y laisse des empreintes d’irréalité, comme le décor d’un fabuleux théâtre.Les éclats de la glace et de la neige parsèment de perles d’argent les plaines et les monts.Et lorsque le blizzard du nord, sur ses grands chevaux ailés glissent, apportant l’onde pétrifiante, on peut y voir flotter aux quatre vents, si on y prend garde, la longue chevelure argentée de la Dame des Glaces.

Postscriptum

Je sais que c’est un peu long mais je savais pas si je devait le publier en 1 fois ou 12. . . Dites moi quel mois vous avez preferé. Perso moi c’est le mois de novembre et decembre :) C’est mon premier poème en prose, m’en voulez pas et comment vous le
0
J'Aime :)
0
J'Aime Pas

Commentaire sur la poésie

  • Commentaire poetique de : Jjp

    Magnifique bravo beau travail moi c’est avril j’adore quand le printemps arrive
    2004-09-26 00:00:00
  • Commentaire poetique de : Le Cercle Des Poetes

    c vachement long j’ai pas tout lu mais c bien fait t très inspiré
    2004-09-26 00:00:00
  • Commentaire poetique de : Spirale

    c’est très joli, petit coup de coeur au mois d’avril parce que c’est celui ou je suis née. . . . . . bisous Marion
    2004-09-26 00:00:00
  • Commentaire poetique de : Zeussinou

    Et bien pfouuuuuuu le bloc !!! J’avais dis de le faire en 12 fois lol Tu as une écriture superbe, vraiment. Pour ma part, j’adore le mois d’avril lol, mais j’aime également le mois de novembre. . Très beau chère Shéris
    2004-09-26 00:00:00
  • Commentaire poetique de : Le Cercle Des Poetes

    moi j’adore novembre ;-)
    2004-09-26 00:00:00
  • Commentaire poetique de : Lyra(#)

    Moi dans chaque mois il y a qq chose qui me plait !! Et encore un fois de plus ( je te le mets car tu aime bien savoir ! :) ) j’adore ton poème ( pi etre pas autant que Zeussinou !! ^^) Continue sur cette voie la ! Bisous Ta pitite soeur alias Pitite Lyra !! ^^
    2004-09-26 00:00:00
  • Commentaire poetique de : La-Tigresse
    La-Tigresse
    bravo sheris on poeme est superbe moi jm bien tou les moi mai jai une preference pr decembre continu a ecrire amitier katy
    2004-09-27 00:00:00

Pour mettre des commentaires sur cette poésie vous devez être inscrit et identifié sur le site !

Autres poésie de l'écrivain

Autres publications

Poèsies des commentateurs


1,4256389141083