Poeme-France : Lecture Écrit Violence

Poeme : Abattez Ce Forcené !

Poème Violence
Publié le 16/01/2016 17:39

L'écrit contient 385 mots qui sont répartis dans 11 strophes.

Poete : Frankenstein

Abattez Ce Forcené !

Sois prévenu que je fulmine et je rage,
Mon exaspération culmine et j’enrage.
Je vocifère et menace, sans ambages.
Ne m’amène surtout pas tes enfants
Que je déchiquetterais de mes dents.
Éloigne-toi rapidement, sur le champ.

Mais d’où vient donc toute cette rancœur
Qui aisément me ferait t’arracher le cœur ?
Suis-je congénitale engeance de terroriste ?
Pathologique vecteur de terreur ou activiste ?
Dont les ambitions ne planent pas plus haut
Que l’unique obsession d’instaurer le chaos ?

Ou ne suis-je qu’une bête humaine infâme
Sans conscience, sans remords, sans âme ?
Un irréformable tueur en série qui se meurt
De sévir dans ta ville, ton patelin, ta demeure
De bourgeois privilégié dont la vue m’écœure,
Et m’incite à devenir ton ange exterminateur ?

Je n’éprouve même pas de tiraillement intérieur
Lorsqu’en parfait prédateur, j’attends mon heure
Pour te taillader avec la dextérité d’un éventreur.
Je prends létal plaisir à jouer le rôle d’un exécuteur
Et suivant une lente agonie, celui de ton désosseur.
Je suis la Grande Faucheuse qui engendre la terreur.

Quand nos chemins vont fatalement se croiser
Tu ne peux même pas, possiblement, imaginer
L’innommable sort qui t’attend et te sera infligé.

Rapidement capturé et ligoté, pas encore égorgé,
Tu seras prestement acheminé vers mon atelier.
Tu pourras protester, crier, hurler, te lamenter
Tandis que je te tourmenterai et te torturerai ;
Peut-être oublierai-je finalement de t’écarteler.

Lentement et minutieusement que je t’écorcherai ;
Tu reposeras entièrement lacéré, évidé, éviscéré,
Sur la froide dalle par tes entrailles ensanglantée.

Avec toutes tes tripes soigneusement dégorgées
Un festin je me ferai que goulûment j’engloutirai.
Du gigot de ta fesse dodue, oui je me régalerai.

Après avoir exécuté une découpe, je redoute
Que mon excitation disparaisse ou s’écourte
Et je me console en imaginant les prochains
Innocents qui échoueront entre mes mains.

Tu m’as refusé ton affection et jeté en prison,
Méprisé, humilié, malmené et bien sûr rejeté,
Et c’est pour toutes ces inexcusables raisons
Que tu souffriras de mes coupables exactions.

Frankenstein, abhorré par toute l’humanité
S’emploie à plein temps à le lui faire regretter.
Les répercussions de la haine et de l’exclusion
Se conjuguent avec la violence et la déraison.
  • Pieds Hyphénique: Abattez Ce Forcené !

    sois=pré=ve=nu=que=je=ful=mi=ne=et=je=rage 12
    mon=exas=pé=ra=ti=on=cul=mi=ne=et=jen=rage 12
    je=vo=ci=fè=re=et=me=na=ce=sans=am=bages 12
    ne=ma=mè=ne=sur=tout=pas=tes=en=fants 10
    que=je=dé=chi=quet=te=rais=de=mes=dents 10
    éloi=gne=toi=ra=pi=de=ment=sur=le=champ 10

    mais=doù=vient=donc=tou=te=cet=te=ran=cœur 10
    qui=ai=sé=ment=me=fe=rait=tar=ra=cher=le=cœur 12
    suis=je=con=gé=ni=taleen=gean=ce=de=ter=ro=riste 12
    pa=tho=lo=gi=que=vec=teur=de=ter=reur=ou=ac=ti=viste 14
    dont=les=am=bi=ti=ons=ne=pla=nent=pas=plus=haut 12
    que=lu=ni=que=ob=ses=sion=dins=tau=rer=le=chaos 12

    ou=ne=suis=je=quune=bê=te=hu=mai=ne=in=fâme 12
    sans=cons=cien=ce=sans=re=mords=sans=â=me 10
    un=ir=ré=for=mable=tueur=en=sé=rie=qui=se=meurt 12
    de=sé=vir=dans=ta=ville=ton=pate=lin=ta=de=meure 12
    de=bour=geois=pri=vi=lé=gié=dont=la=vue=mé=cœure 12
    et=min=citeà=de=ve=nir=ton=an=ge=ex=ter=mi=na=teur 14

    je=né=prouve=mê=me=pas=de=ti=raille=ment=in=té=rieur 13
    lors=quen=par=fait=pré=da=teur=jat=tends=mon=heu=re 12
    pour=te=tailla=der=a=vec=la=dex=té=ri=té=dun=éven=treur 14
    je=prends=lé=tal=plai=sir=à=jouer=le=rôle=dun=exé=cu=teur 14
    et=sui=vant=une=len=tea=go=nie=ce=lui=de=ton=dé=sos=seur 15
    je=suis=la=grande=fau=cheu=se=qui=en=gen=dre=la=ter=reur 14

    quand=nos=che=mins=vont=fa=ta=le=ment=se=croi=ser 12
    tu=ne=peux=même=pas=pos=si=ble=ment=i=ma=gi=ner 13
    lin=nom=mable=sort=qui=tat=tend=et=te=se=ra=in=fli=gé 14

    ra=pide=ment=cap=tu=ré=et=li=go=té=pas=en=co=reé=gor=gé 16
    tu=se=ras=pres=te=ment=ache=mi=né=vers=mon=a=te=lier 14
    tu=pour=ras=protes=ter=crier=hur=ler=te=la=men=ter 12
    tan=dis=que=je=te=tourmen=te=rai=et=te=tor=tu=re=rai 14
    peut=têtreou=blie=rai=je=fi=na=le=ment=de=té=car=te=ler 14

    lente=ment=et=mi=nu=tieu=se=ment=que=je=té=cor=che=rai 14
    tu=re=pose=ras=en=tiè=re=ment=la=cé=ré=é=vi=dé=é=vis=cé=ré 18
    sur=la=froide=dal=le=par=tes=en=trail=les=en=san=glan=tée 14

    a=vec=tou=tes=tes=tri=pes=soi=gneu=se=ment=dé=gor=gées 14
    un=fes=tin=je=me=fe=rai=que=gou=lû=ment=jen=glou=ti=rai 15
    du=gi=got=de=ta=fes=se=do=due=oui=je=me=ré=gale=rai 15

    après=a=voir=exé=cu=té=u=ne=dé=cou=pe=je=re=doute 14
    que=mon=ex=ci=ta=ti=on=dis=pa=rais=se=ou=sé=courte 14
    et=je=me=con=so=le=en=i=ma=gi=nant=les=pro=chains 14
    in=no=cents=qui=é=choue=ront=en=tre=mes=mains 11

    tu=mas=re=fu=sé=ton=af=fec=tion=et=je=té=en=pri=son 15
    mé=pri=sé=hu=mi=lié=mal=me=né=et=bien=sûr=re=je=té 15
    et=cest=pour=tou=tes=ces=i=nex=cu=sa=bles=rai=sons 13
    que=tu=souf=fri=ras=de=mes=cou=pa=bles=exac=ti=ons 13

    fran=ken=stein=abhor=ré=par=tou=te=l=hu=ma=ni=té 13
    sem=ploie=à=plein=temps=à=le=lui=fai=re=re=gret=ter 13
    les=ré=per=cus=sions=de=la=hai=ne=et=de=lex=clu=sion 14
    se=con=ju=guent=a=vec=la=violen=ce=et=la=dé=rai=son 14
  • Phonétique : Abattez Ce Forcené !

    swa pʁevəny kə ʒə fylminə e ʒə ʁaʒə,
    mɔ̃n- εɡzaspeʁasjɔ̃ kylminə e ʒɑ̃ʁaʒə.
    ʒə vɔsifεʁə e mənasə, sɑ̃z- ɑ̃baʒə.
    nə mamεnə syʁtu pa tεz- ɑ̃fɑ̃
    kə ʒə deʃikεtəʁε də mε dɑ̃.
    elwaɲə twa ʁapidəmɑ̃, syʁ lə ʃɑ̃.

    mε du vjɛ̃ dɔ̃k tutə sεtə ʁɑ̃kœʁ
    ki εzemɑ̃ mə fəʁε taʁaʃe lə kœʁ ?
    sɥi ʒə kɔ̃ʒenitalə ɑ̃ʒɑ̃sə də teʁɔʁistə ?
    patɔlɔʒikə vεktœʁ də teʁœʁ u aktivistə ?
    dɔ̃ lεz- ɑ̃bisjɔ̃ nə plane pa plys-o
    kə lynikə ɔpsesjɔ̃ dɛ̃stoʁe lə ʃao ?

    u nə sɥi ʒə kynə bεtə ymεnə ɛ̃famə
    sɑ̃ kɔ̃sjɑ̃sə, sɑ̃ ʁəmɔʁd, sɑ̃z- amə ?
    œ̃n- iʁefɔʁmablə tɥœʁ ɑ̃ seʁi ki sə məʁ
    də seviʁ dɑ̃ ta vilə, tɔ̃ patəlɛ̃, ta dəməʁə
    də buʁʒwa pʁivileʒje dɔ̃ la vɥ mekeyʁə,
    e mɛ̃sitə a dəvəniʁ tɔ̃n- ɑ̃ʒə εkstεʁminatœʁ ?

    ʒə nepʁuvə mεmə pa də tiʁajmɑ̃ ɛ̃teʁjœʁ
    lɔʁskɑ̃ paʁfε pʁedatœʁ, ʒatɑ̃ mɔ̃n- œʁ
    puʁ tə tajade avεk la dεksteʁite dœ̃n- evɑ̃tʁœʁ.
    ʒə pʁɑ̃ letal plεziʁ a ʒue lə ʁolə dœ̃n- εɡzekytœʁ
    e sɥivɑ̃ ynə lɑ̃tə aɡɔni, səlɥi də tɔ̃ dezɔsœʁ.
    ʒə sɥi la ɡʁɑ̃də foʃøzə ki ɑ̃ʒɑ̃dʁə la teʁœʁ.

    kɑ̃ no ʃəmɛ̃ vɔ̃ fataləmɑ̃ sə kʁwaze
    ty nə pø mεmə pa, pɔsibləmɑ̃, imaʒine
    linɔmablə sɔʁ ki tatɑ̃t- e tə səʁa ɛ̃fliʒe.

    ʁapidəmɑ̃ kaptyʁe e liɡɔte, pa ɑ̃kɔʁə eɡɔʁʒe,
    ty səʁa pʁεstəmɑ̃ aʃəmine vεʁ mɔ̃n- atəlje.
    ty puʁʁa pʁɔtεste, kʁje, yʁle, tə lamɑ̃te
    tɑ̃di kə ʒə tə tuʁmɑ̃təʁε e tə tɔʁtyʁəʁε,
    pø tεtʁə ubljəʁε ʒə finaləmɑ̃ də tekaʁtəle.

    lɑ̃təmɑ̃ e minytjøzəmɑ̃ kə ʒə tekɔʁʃəʁε,
    ty ʁəpozəʁaz- ɑ̃tjεʁəmɑ̃ laseʁe, evide, eviseʁe,
    syʁ la fʁwadə dalə paʁ tεz- ɑ̃tʁajəz- ɑ̃sɑ̃ɡlɑ̃te.

    avεk tutə tε tʁipə swaɲøzəmɑ̃ deɡɔʁʒe
    œ̃ fεstɛ̃ ʒə mə fəʁε kə ɡulyme ʒɑ̃ɡlutiʁε.
    dy ʒiɡo də ta fεsə dɔdɥ, ui ʒə mə ʁeɡaləʁε.

    apʁεz- avwaʁ εɡzekyte ynə dekupə, ʒə ʁədutə
    kə mɔ̃n- εksitasjɔ̃ dispaʁεsə u sekuʁtə
    e ʒə mə kɔ̃sɔlə ɑ̃n- imaʒinɑ̃ lε pʁoʃɛ̃
    inɔsɑ̃ ki eʃuəʁɔ̃ ɑ̃tʁə mε mɛ̃.

    ty ma ʁəfyze tɔ̃n- afεksjɔ̃ e ʒəte ɑ̃ pʁizɔ̃,
    mepʁize, ymilje, malməne e bjɛ̃ syʁ ʁəʒəte,
    e sε puʁ tutə sεz- inεkskyzablə ʁεzɔ̃
    kə ty sufʁiʁa də mε kupabləz- εɡzaksjɔ̃.

    fʁɑ̃kɑ̃stɛ̃, abɔʁe paʁ tutə lymanite
    sɑ̃plwa a plɛ̃ tɑ̃z- a lə lɥi fεʁə ʁəɡʁεte.
    lε ʁepεʁkysjɔ̃ də la-εnə e də lεksklyzjɔ̃
    sə kɔ̃ʒyɡe avεk la vjɔlɑ̃sə e la deʁεzɔ̃.
  • Pieds Phonétique : Abattez Ce Forcené !

    swa=pʁe=və=ny=kə=ʒə=fyl=mi=nə=e=ʒə=ʁa=ʒə 13
    mɔ̃=nεɡ=zas=pe=ʁa=sj=ɔ̃=kyl=mi=nə=e=ʒɑ̃=ʁa=ʒə 14
    ʒə=vɔ=si=fε=ʁə=e=mə=na=sə=sɑ̃=zɑ̃=ba=ʒə 13
    nə=ma=mε=nə=syʁ=tu=pa=tε=zɑ̃=fɑ̃ 10
    kə=ʒə=de=ʃi=kε=tə=ʁε=də=mε=dɑ̃ 10
    e=lwa=ɲə=twa=ʁa=pi=də=mɑ̃=syʁ=lə=ʃɑ̃ 11

    mε=du=vj=ɛ̃=dɔ̃k=tu=tə=sε=tə=ʁɑ̃=kœ=ʁə 12
    ki=ε=ze=mɑ̃=mə=fə=ʁε=ta=ʁa=ʃe=lə=kœ=ʁə 13
    sɥi=ʒə=kɔ̃=ʒe=ni=ta=lə=ɑ̃=ʒɑ̃=sə=də=te=ʁɔ=ʁistə 14
    pa=tɔ=lɔ=ʒi=kə=vεk=tœʁ=də=te=ʁœʁ=u=ak=ti=vistə 14
    dɔ̃=lε=zɑ̃=bi=sj=ɔ̃=nə=pla=ne=pa=plys-o 12
    kə=ly=ni=kə=ɔp=se=sj=ɔ̃=dɛ̃s=to=ʁe=lə=ʃa=o 14

    u=nə=sɥi=ʒə=ky=nə=bε=tə=y=mε=nə=ɛ̃=fa=mə 14
    sɑ̃=kɔ̃=sj=ɑ̃=sə=sɑ̃=ʁə=mɔʁd=sɑ̃=za=mə 11
    œ̃=ni=ʁe=fɔʁ=ma=blə=tɥœ=ʁə=ɑ̃=se=ʁi=ki=sə=məʁ 14
    də=se=viʁ=dɑ̃=ta=vilə=tɔ̃=pa=tə=lɛ̃=ta=də=mə=ʁə 14
    də=buʁ=ʒwa=pʁi=vi=le=ʒje=dɔ̃=la=vɥ=me=ke=y=ʁə 14
    e=mɛ̃=sitəa=də=və=niʁ=tɔ̃=nɑ̃=ʒə=εk=stεʁ=mi=na=tœʁ 14

    ʒə=ne=pʁu=və=mε=mə=pa=də=ti=ʁaj=mɑ̃=ɛ̃=te=ʁjœʁ 14
    lɔʁ=skɑ̃=paʁ=fε=pʁe=da=tœ=ʁə=ʒa=tɑ̃=mɔ̃=nœʁ 12
    puʁtə=ta=ja=de=a=vεk=la=dεk=ste=ʁi=te=dœ̃=ne=vɑ̃=tʁœʁ 15
    ʒə=pʁɑ̃=le=tal=plε=ziʁ=a=ʒu=e=lə=ʁolə=dœ̃=nεɡ=ze=ky=tœʁ 16
    e=sɥi=vɑ̃=ynə=lɑ̃=təa=ɡɔ=ni=səl=ɥi=də=tɔ̃=de=zɔ=sœʁ 15
    ʒə=sɥi=la=ɡʁɑ̃=də=fo=ʃøzə=ki=ɑ̃=ʒɑ̃=dʁə=la=te=ʁœʁ 14

    kɑ̃=no=ʃə=mɛ̃=vɔ̃=fa=ta=lə=mɑ̃=sə=kʁwa=ze 12
    ty=nə=pø=mε=mə=pa=pɔ=si=blə=mɑ̃=i=ma=ʒi=ne 14
    li=nɔ=mablə=sɔʁ=ki=ta=tɑ̃=te=tə=sə=ʁa=ɛ̃=fli=ʒe 14

    ʁa=pidə=mɑ̃=kap=ty=ʁe=e=li=ɡɔ=te=pa=ɑ̃=kɔ=ʁəe=ɡɔʁ=ʒe 16
    ty=sə=ʁa=pʁεs=tə=mɑ̃=aʃə=mi=ne=vεʁ=mɔ̃=na=tə=lje 14
    ty=puʁ=ʁa=pʁɔ=tεs=te=kʁj=e=yʁ=le=tə=la=mɑ̃=te 14
    tɑ̃=di=kə=ʒə=tə=tuʁ=mɑ̃tə=ʁε=e=tə=tɔʁ=ty=ʁə=ʁε 14
    pø=tεtʁəu=bljə=ʁε=ʒə=fi=na=lə=mɑ̃=də=te=kaʁ=tə=le 14

    lɑ̃=tə=mɑ̃=e=mi=ny=tjøzə=mɑ̃=kə=ʒə=te=kɔʁ=ʃə=ʁε 14
    tyʁə=po=zə=ʁa=zɑ̃=tjε=ʁə=mɑ̃=la=se=ʁe=e=vi=de=e=vi=se=ʁe 18
    syʁ=la=fʁwadə=da=lə=paʁ=tε=zɑ̃=tʁa=jə=zɑ̃=sɑ̃=ɡlɑ̃=te 14

    a=vεk=tu=tə=tε=tʁi=pə=swa=ɲø=zə=mɑ̃=de=ɡɔʁ=ʒe 14
    œ̃=fεs=tɛ̃=ʒə=mə=fə=ʁεkə=ɡu=ly=me=ʒɑ̃=ɡlu=ti=ʁε 14
    dy=ʒi=ɡodə=ta=fε=sə=dɔdɥ=ui=ʒə=mə=ʁe=ɡa=lə=ʁε 14

    a=pʁε=za=vwaʁ=εɡ=ze=ky=te=ynə=de=ku=pə=ʒəʁə=dutə 14
    kə=mɔ̃=nεk=si=ta=sjɔ̃=dis=pa=ʁε=sə=u=se=kuʁ=tə 14
    e=ʒə=mə=kɔ̃=sɔ=lə=ɑ̃=ni=ma=ʒi=nɑ̃=lε=pʁo=ʃɛ̃ 14
    i=nɔ=sɑ̃=ki=e=ʃu=ə=ʁɔ̃=ɑ̃=tʁə=mε=mɛ̃ 12

    ty=maʁə=fy=ze=tɔ̃=na=fεk=sjɔ̃=e=ʒə=te=ɑ̃=pʁi=zɔ̃ 14
    me=pʁi=ze=y=mi=lje=mal=mə=ne=e=bjɛ̃=syʁ=ʁə=ʒə=te 15
    e=sε=puʁ=tu=tə=sε=zi=nεk=sky=za=blə=ʁε=zɔ̃ 13
    kə=ty=su=fʁi=ʁa=də=mε=ku=pa=blə=zεɡ=zak=s=jɔ̃ 14

    fʁɑ̃=kɑ̃s=tɛ̃=a=bɔ=ʁe=paʁ=tu=tə=ly=ma=ni=te 13
    sɑ̃=plwa=a=plɛ̃=tɑ̃=za=lə=lɥi=fε=ʁə=ʁə=ɡʁε=te 13
    lε=ʁe=pεʁ=ky=sjɔ̃=də=la-ε=nə=e=də=lεk=skly=zjɔ̃ 14
    sə=kɔ̃=ʒy=ɡe=a=vεk=la=vjɔ=lɑ̃sə=e=la=de=ʁε=zɔ̃ 14

PostScriptum

J’ai d’abord publié ce poème il y a quelques heures seulement mais suite aux commentaires de Patrice et de Snow, j’ai cru bon de revisiter mon poème pour corriger un ’’typo’’ dans mon titre, évacuer un anachronisme du second paragraphe et, tant qu’à y être, en rajouter une couche. Il est maintenant légèrement plus long, sombre, menaçant et dégoulinant. Puissiez-vous vous en délecter, amateurs d’horreur.
Comme je le précisais initialement, ce texte constitue une explosion d’émotions frankensteiniennes refoulées et n’a strictement rien d’autobiographique : ne vous empressez donc pas d’alerter les flics. : -)
Encore merci à Patrice et Snow qui ont su positivement ébranler ma certitude d’auteur en me démontrant qu’un produit fini n’est pas nécessairement… achevé. Je suis venu, j’ai vous ai lu, j’ai cru.

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
16/01/2016 19:38Patrice.Truffot

On en est tous là, que celui qui n’a jamais laissé passer une erreur au premier jet te jette la première pierre... la deuxième mouture est effectivement plus convaincante. Resterait tout de même la régularité des rimes à améliorer.
.

Auteur de Poésie
16/01/2016 20:40Df

vous devenez vraiment flippant là .... Snow et Frank, si, si, un peu quand même ! même pour moi qui suis amateur du genre, je ne m’attendais pas à vous être ainsi soumise sur ce groupe de poètes... je vais bientôt hurler ! (rires hystériques !)

Auteur de Poésie
16/01/2016 20:44Willy25

whoua c’est percutant et envoutant comme un roman.
J’aime se débordement sanguin et fantastique qui devrait être plus présent
Quand a toi Snow ton poème réponse est encore à mon sens pire. Des image chocs dérangeantes.
Willy

Auteur de Poésie
16/01/2016 22:08Df

mais moi j’adore Snow.. prière de ne pas retirer ! SVP ...

Auteur de Poésie
17/01/2016 01:46Frankenstein

Sincère merci à vous tous, les commentateurs, votre rétroaction est grandement appréciée.
Patrice, quant à la régularité des rimes, elle est intentionnellement lourde; elle est ce qu’elle est et le demeurera étant donné que je donne la parole à un monstre plus désireux de frapper et assommer que de ’’parfaitement’’, ’’rigoureusement’’ et ’’mélodiquement’’ rimer. La bête n’écrit pas encore avec la rigueur d’un ingénieur 🙂, et heureusement, parce que, le connaissant, il fuit la formalité et la mécanicité qui peuvent facilement devenir ennemis de l’originalité!
Snow, ton éructation (vocabulaire de monstre, ici) poétique dans les commentaires a contribué à parfaire mon éducation. Reconnaissance!
Df et Willy vous êtes les très bienvenus d’arpenter les méandres poisseux de l’enfer qu’est mon univers.
Lol, je te comprends de plussoyer Patrice. Moi-même je te plussoie car un commentaire c’est un plus soit un moins mais c’est toujours utile et apprécié.
Des poèmes, j’en écrirai d’autres du même acabit et je tenterai, probablement en vain, d’être à la vertigineuse hauteur des attentes de Patrice 🙂 lol
Amitiés tout le monde.

Auteur de Poésie
17/01/2016 17:08Frankenstein

Snow, blanche inconnue, qui planche sur mon style, je reçois ton commentaire délicat et floconneux avec toute la réceptivité dont j’ose espérer être dotée.
Parfois, mon humour ’’singulier’’ qui s’amuse parfois à ’’singulariser’’ peut sembler être hostilité ou mauvaise volonté alors qu’il n’en est strictement rien. Si je n’étais pas ouvert à la critique, je ne publierais pas ici ma modeste production poétique. Avec le temps vous comprendrez que je n’ai de monstrueux que l’avatar et surtout pas le sens critique et encore moins le sens de l’humour.
Alors, rentrez-moi dedans, avec ou sans précaution: j’en jouirai ou j’en souffrirai, mais, au final, j’en profiterai! Ouch!