Poeme-France : Lecture Écrit Agir

Texte : Il Était Une Fois

Texte Agir
Publié le 24/05/2020 00:40

L'écrit contient 369 mots qui sont répartis dans 8 strophes.

Poete : Nbc

Il Était Une Fois

Je vous averti hé bandes de coquelés
Cessez de bêler et de beugler
Baissez votre têtes et de la boucler
Soyez des gouvernements assemblés
Rassemblez vous pour me combler
Vous les grands avant les petits couplés
Regroupez vous sans recourbement troublé
Fermez les fentes correctement doublées
Cote à cote et limitez l’expansion essoufflée

Sachez bien que je suis la loi
Mettez dans votre têtes que c’est moi
Pour vous vous réchauffer tous à la fois
C’est moi seul qui a le droit
Je vous ai laissés dans vos rands de proies
Recouvrez votre peaux que je ne prend à la fois
Mais si un jour je décide de vous refroidir tant que rois
Je le cisèlerais et l’enlèverais comme je le désir oui ma foi

Comprenez bien que votre paix et salutation
Seront suivant votre allégeances et soumissions
Rappelez vous obéissez et faites attention
j’observe quand vous vous cossez au sommet des monts
Vos taureaux et béliers avec les moutons
Vous vous insultez et vous échangez les boutons

Et maintenant votre destin est entre mes mains
Votre vie n’a plus de prix aujourd’hui et demain
Dorénavant en ma présence vous ne bougez point
Restez fixe comme une statue dans vos coins
Faites bien gaffe à mon pouvoir dominant

Je suis le bridon et aussi les rennes et je ne mens
Cessez de bougez réfléchissez et pensez lentement
Je n’ai pas lâché sur vous mes marines pour la destruction
Fallait plutôt me remercier et me demander pardon
Ce que je vois et je dis et vous devez obéir sur le champs
Et vous devez bien sûr payer toutes les factures en chantant
Et puisque je savais tout ce qui se passe dans touts camps
Aussi je connaissais toutes les impasses de cent ans

L’inédite transaction de ce siècle et qui est mienne et de taille
Et vous sachez que je ne confisquerais votre pailles et pareils
Aussi je ne couperais votre herbes et je ne détruirais vos rails
Et je ne menotterais ni vos mains ni votre sons là où tu ailles

Allez maintenant exercez votre bêlement et votre beuglement
En répétant tous ensemble nos signerons nous signerons aveuglement

Tr
NBC
  • Phonétique : Il Était Une Fois

    ʒə vuz- avεʁti e bɑ̃də də kɔkəle
    sese də bεle e də bøɡle
    bεse vɔtʁə tεtəz- e də la bukle
    swaje dε ɡuvεʁnəmɑ̃z- asɑ̃ble
    ʁasɑ̃ble vu puʁ mə kɔ̃ble
    vu lε ɡʁɑ̃z- avɑ̃ lε pəti kuple
    ʁəɡʁupe vu sɑ̃ ʁəkuʁbəmɑ̃ tʁuble
    fεʁme lε fɑ̃tə kɔʁεktəmɑ̃ duble
    kɔtə a kɔtə e limite lεkspɑ̃zjɔ̃ esufle

    saʃe bjɛ̃ kə ʒə sɥi la lwa
    mεte dɑ̃ vɔtʁə tεtə kə sε mwa
    puʁ vu vu ʁeʃofe tusz- a la fwa
    sε mwa səl ki a lə dʁwa
    ʒə vuz- ε lεse dɑ̃ vo ʁɑ̃ də pʁwa
    ʁəkuvʁe vɔtʁə po kə ʒə nə pʁɑ̃t- a la fwa
    mε si œ̃ ʒuʁ ʒə desidə də vu ʁəfʁwadiʁ tɑ̃ kə ʁwa
    ʒə lə sizεləʁεz- e lɑ̃lεvəʁε kɔmə ʒə lə deziʁ ui ma fwa

    kɔ̃pʁəne bjɛ̃ kə vɔtʁə pε e salytasjɔ̃
    səʁɔ̃ sɥivɑ̃ vɔtʁə aleʒɑ̃səz- e sumisjɔ̃
    ʁapəle vuz- ɔbeisez- e fεtəz- atɑ̃sjɔ̃
    ʒɔpsεʁvə kɑ̃ vu vu kɔsez- o sɔmε dε mɔ̃
    vo toʁoz- e beljez- avεk lε mutɔ̃
    vu vuz- ɛ̃syltez- e vuz- eʃɑ̃ʒe lε butɔ̃

    e mɛ̃tənɑ̃ vɔtʁə dεstɛ̃ εt- ɑ̃tʁə mε mɛ̃
    vɔtʁə vi na plys də pʁi oʒuʁdɥi e dəmɛ̃
    dɔʁenavɑ̃ ɑ̃ ma pʁezɑ̃sə vu nə buʒe pwɛ̃
    ʁεste fiksə kɔmə ynə statɥ dɑ̃ vo kwɛ̃
    fεtə bjɛ̃ ɡafə a mɔ̃ puvwaʁ dɔminɑ̃

    ʒə sɥi lə bʁidɔ̃ e osi lε ʁεnəz- e ʒə nə mɑ̃
    sese də buʒe ʁefleʃisez- e pɑ̃se lɑ̃təmɑ̃
    ʒə nε pa laʃe syʁ vu mε maʁinə puʁ la dεstʁyksjɔ̃
    falε plyto mə ʁəmεʁsje e mə dəmɑ̃de paʁdɔ̃
    sə kə ʒə vwaz- e ʒə di e vu dəvez- ɔbeiʁ syʁ lə ʃɑ̃
    e vu dəve bjɛ̃ syʁ pεje tutə lε faktyʁəz- ɑ̃ ʃɑ̃tɑ̃
    e pɥiskə ʒə savε tu sə ki sə pasə dɑ̃ tu kɑ̃
    osi ʒə kɔnεsε tutə lεz- ɛ̃pasə də sɑ̃t- ɑ̃

    lineditə tʁɑ̃zaksjɔ̃ də sə sjεklə e ki ε mjεnə e də tajə
    e vu saʃe kə ʒə nə kɔ̃fiskəʁε vɔtʁə pajəz- e paʁεj
    osi ʒə nə kupəʁε vɔtʁə εʁbəz- e ʒə nə detʁɥiʁε vo ʁaj
    e ʒə nə mənɔtəʁε ni vo mɛ̃ ni vɔtʁə sɔ̃ la u ty ajə

    ale mɛ̃tənɑ̃ εɡzεʁse vɔtʁə bεləmɑ̃ e vɔtʁə bøɡləmɑ̃
    ɑ̃ ʁepetɑ̃ tusz- ɑ̃sɑ̃blə no siɲəʁɔ̃ nu siɲəʁɔ̃z- avøɡləmɑ̃

    te εʁ
    εn be se

PostScriptum

Une phrase apprise par tous parlants français par foi
Aussi pour se souvenir de ces homophones d’autre fois
Il était une fois une marchande de foie
Ainsi qui vendait du foie dans la ville de Foix
Elle se dit ’ma foi c’est la première fois
Et la dernière fois que je vends du foie dans la ville de Foix

Récompense

0
0
0

Poesie sans commentaire


Commentaire poème
03/06/2020Poeme-France
En mettant un commentaire, vous pourrez exprimer sur cet écrit : votre resentit, un encouragement, un conseille ou simplement dire que vous l'avez lu.
De plus si vous écrivez aussi sur le site, vous gagnerez des liens vers vos écrits...
Pour mettre des commentaires vous devez être membre ou poète du site. Un simple inscription suffit pour le devenir.