Poeme-France : Lecture Écrit Colère

Prose : A Mon Compagnon De Toujours

Prose Colère
Publié le 10/10/2013 07:25

L'écrit contient 849 mots qui sont répartis dans 4 strophes.

Poete : Rhissa Rhossey

A Mon Compagnon De Toujours

LE RÉPUBLICAIN

D’entrée de jeu, je me définis comme un citoyen nigérien, certes un obscur citoyen nigérien, mais un citoyen nigérien quand même. Et cela me suffit entièrement, parce que je suis fier d’appartenir à cette nation digne parmi les dignes. Je ne suis ni un journaliste ni un avocat mais peu importe. « Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche », n’est-ce pas Césaire ? « Car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse », n’est-ce pas -encore toi -Césaire ?
Je ne suis qu’un sans voix qui voulait faire passer son cri à travers votre journal, votre courageux journal, qui est une sorte de « fouette-conscience » sur le lac calme de la pensée unique à la nigérienne.
Habitant modeste d’un des coins de ce pays, dans sa partie septentrionale qu’on appelle Tchirozérine. Oui, beaucoup connaissent ou ont entendu parler de cette ville, ce chef-lieu d’arrondissement.
Oui ce nom, entendu à l’intérieur du pays, évoque naturellement une ville fantastique, aux rues larges, éclairées d’immenses lampadaires, arrosées d’innombrables fontaines, n’est-ce pas le site de la Sonichar depuis plus de vingt ans ?
Mais détrompez-vous, Tchirozérine, c’est juste une petite bourgade avec quelques quartiers fort différents, jetés à la « je m’en fous » à travers quelques collines éparses brûlées de soleil, avec deux grandes cheminées crachant inlassablement dans l’air une poussière noirâtre. C’est tout, ne cherchez pas plus, c’est ça Tchirozérine.
Absence criante d’infrastructures qui pourraient distraire sainement une jeunesse rompue au chômage : maison des jeunes, bibliothèque. On vous dira que les dossiers sommeillent dans les tiroirs, mais depuis combien de temps dorment-ils, d’ailleurs se réveilleront-ils un jour ?
Oui, le jour c’est encore mieux, car Dieu, qui est équité, dispense son énergie solaire à parts égales à l’ingénieur comme au jardinier. Mais c’est surtout la nuit que le contraste apparaît dans toute sa monstruosité. Alors là apparaît le grand paradoxe : d’un côté une ville surilluminée avec ses excès, de l’autre Tchiro avec ses autochtones baignant dans la nuit, ou plutôt ses nuits, car cette nuit n’est pas seulement physique, mais aussi absence de lumière morale.
N’est-ce pas toi Richard Wright qui disait à propos de tes frères « ils voient de l’obscurité en plein jour et marchent à tâtons en plein midi comme si c’était la nuit » ? Oui, c’est cela. Ne vous aventurez pas dans
Tchiro la nuit, vous risqueriez de vous retrouver le nez dans un caniveau immonde, ou soyez prudent, emportez votre lampe torche.
Le charbon d’Anou Araren n’est pas lumineux à Tchiro. Dans ma jeunesse, j’ai lu des auteurs sud-africains confrontés à l’apartheid, les townships qu’ils décrivaient ne sont pas très différents d’ici. Ouvrez Peter Abraham ou André Brink et vous comprendrez.
La nuit, en regardant la ville du haut d’une de ces innombrables collines, un fort sentiment d’injustice vous saisit et vous vous dites, au fond de vous-même : « Oh Seigneur, ceux-ci, qui sont dans le noir, quel est leur crime ? Et ceux-là, dans la lumière, connaissent-ils seulement le sens du mot » partage « ou bien leurs néons les ont-ils aveuglés à ce point ? Oh Seigneur, faites la part des choses, après tout, vous êtes l’Omniscient ! »
De temps en temps, une personnalité en vue, un ministère en mission ou un député en campagne passe par là et dit « éclairez la ville, abreuvez-la », mais hélas, letemps d’un discours…
Cet espoir éphémère ressemble bien à un couteau dans une plaie : il nous rappelle notre douleur. Ce n’est certainement pas par hasard qu’une bonne poignée d’hommes a marqué la rébellion des années quatre-vingt-dix et est sortie de ces taudis. Mitterrand disait : « Quand les inégalités, les injustices ou les retards d’une société dépassent la mesure, il n’y a pas d’ordre établi qui puisse résister au soulèvement de la vie. » Il y a tout juste vingt-trois ans (octobre 1981) .
Ce que je dénonce aujourd’hui, d’autres l’ont fait auparavant, ils étaient forts (tant qu’ils n’appartenaient à aucun système) et sincères aussi : ils ne voulaient pas d’un fauteuil de ministre ou même de président. Mais hélas les eaux usées arrosent encore les jardins des abords de nos sociétés, et sur la route de l’uranium, il n’est pas rare de voir quelqu’un quémander de l’eau à boire. Hier Deby a inauguré ses puits de pétrole, et il a fait un très beau discours. Mais la réalité, c’est l’Homme de la rue et l’Histoire qui nous la montreront avec le temps.
Non ! Dans nos luttes, rien n’est grave. si ce n’est de perdre l’Amour.

Rhissa Rhossey
« Jour et Nuit, Sable et Sang, poèmes sahariens »
Éditions transbordeurs

Quand j’étais détenu à Kollo, à 30 km de Niamey, le journal Républicain meublait ma solitude
http : //touaregsmirages. canablog. com/
  • Phonétique : A Mon Compagnon De Toujours

    lə ʁepyblikɛ̃

    dɑ̃tʁe də ʒø, ʒə mə defini kɔmə œ̃ sitwajɛ̃ niʒeʁjɛ̃, sεʁtəz- œ̃n- ɔpskyʁ sitwajɛ̃ niʒeʁjɛ̃, mεz- œ̃ sitwajɛ̃ niʒeʁjɛ̃ kɑ̃ mεmə. e səla mə syfi ɑ̃tjεʁəmɑ̃, paʁsə kə ʒə sɥi fje dapaʁtəniʁ a sεtə nasjɔ̃ diɲə paʁmi lε diɲə. ʒə nə sɥi ni œ̃ ʒuʁnalistə ni œ̃n- avɔka mε pø ɛ̃pɔʁtə. « ma buʃə səʁa la buʃə dε malœʁ ki nɔ̃ pwɛ̃ də buʃə », nε sə pa sezεʁə ? « kaʁ œ̃n- ɔmə ki kʁi nε pa œ̃n- uʁ ki dɑ̃sə », nε sə pa ɑ̃kɔʁə twa sezεʁə ?
    ʒə nə sɥi kœ̃ sɑ̃ vwa ki vulε fεʁə pase sɔ̃ kʁi a tʁavεʁ vɔtʁə ʒuʁnal, vɔtʁə kuʁaʒø ʒuʁnal, ki εt- ynə sɔʁtə də « fuεtə kɔ̃sjɑ̃sə » syʁ lə lak kalmə də la pɑ̃se ynikə a la niʒeʁjεnə.
    abitɑ̃ mɔdεstə dœ̃ dε kwɛ̃ də sə pεi, dɑ̃ sa paʁti sεptɑ̃tʁjɔnalə kɔ̃n- apεllə tʃiʁɔzeʁinə. ui, boku kɔnεse u ɔ̃ ɑ̃tɑ̃dy paʁle də sεtə vilə, sə ʃεf ljø daʁɔ̃disəmɑ̃.
    ui sə nɔ̃, ɑ̃tɑ̃dy a lɛ̃teʁjœʁ dy pεi, evɔkə natyʁεllmɑ̃ ynə vilə fɑ̃tastikə, o ʁy laʁʒə, eklεʁe dimɑ̃sə lɑ̃padεʁə, aʁoze dinɔ̃bʁablə fɔ̃tεnə, nε sə pa lə sitə də la sɔniʃaʁ dəpɥi plys də vɛ̃t- ɑ̃ ?
    mε detʁɔ̃pe vu, tʃiʁɔzeʁinə, sε ʒystə ynə pətitə buʁɡadə avεk kεlk kaʁtje fɔʁ difeʁɑ̃, ʒətez- a la « ʒə mɑ̃ fus » a tʁavεʁ kεlk kɔlinəz- epaʁsə- bʁyle də sɔlεj, avεk dø ɡʁɑ̃də ʃəmine kʁaʃɑ̃ ɛ̃lasabləmɑ̃ dɑ̃ lεʁ ynə pusjεʁə nwaʁatʁə. sε tu, nə ʃεʁʃe pa plys, sε sa tʃiʁɔzeʁinə.
    absɑ̃sə kʁjɑ̃tə dɛ̃fʁastʁyktyʁə ki puʁʁε distʁεʁə sεnəmɑ̃ ynə ʒənεsə ʁɔ̃pɥ o ʃomaʒə : mεzɔ̃ dε ʒənə, bibljɔtεkə. ɔ̃ vu diʁa kə lε dɔsje sɔmεje dɑ̃ lε tiʁwaʁ, mε dəpɥi kɔ̃bjɛ̃ də tɑ̃ dɔʁme til, dajœʁ sə ʁevεjʁɔ̃ tilz- œ̃ ʒuʁ ?
    ui, lə ʒuʁ sεt- ɑ̃kɔʁə mjø, kaʁ djø, ki εt- ekite, dispɑ̃sə sɔ̃n- enεʁʒi sɔlεʁə a paʁz- eɡaləz- a lɛ̃ʒenjœʁ kɔmə o ʒaʁdinje. mε sε syʁtu la nɥi kə lə kɔ̃tʁastə apaʁε dɑ̃ tutə sa mɔ̃stʁyozite. alɔʁ la apaʁε lə ɡʁɑ̃ paʁadɔksə : dœ̃ kote ynə vilə syʁijymine avεk sεz- εksε, də lotʁə tʃiʁo avεk sεz- otoktɔnə bεɲɑ̃ dɑ̃ la nɥi, u plyto sε nɥi, kaʁ sεtə nɥi nε pa sələmɑ̃ fizikə, mεz- osi absɑ̃sə də lymjεʁə mɔʁalə.
    nε sə pa twa ʁiʃaʁ wʁajt ki dizε a pʁɔpo də tε fʁεʁəs « ils vwae də lɔpskyʁite ɑ̃ plɛ̃ ʒuʁ e maʁʃe a tatɔ̃z- ɑ̃ plɛ̃ midi kɔmə si setε la nɥit » ? ui, sε səla. nə vuz- avɑ̃tyʁe pa dɑ̃
    tʃiʁo la nɥi, vu ʁiskəʁje də vu ʁətʁuve lə ne dɑ̃z- œ̃ kanivo imɔ̃də, u swaje pʁyde, ɑ̃pɔʁte vɔtʁə lɑ̃pə tɔʁʃə.
    lə ʃaʁbɔ̃ danu aʁaʁɛ̃ nε pa lyminøz- a tʃiʁo. dɑ̃ ma ʒənεsə, ʒε ly dεz- otœʁ syd afʁikɛ̃ kɔ̃fʁɔ̃tez- a lapaʁtεd, lε tɔwnʃip kil dekʁivε nə sɔ̃ pa tʁε difeʁɑ̃ disi. uvʁe pəte abʁaam u ɑ̃dʁe bʁɛ̃k e vu kɔ̃pʁɑ̃dʁe.
    la nɥi, ɑ̃ ʁəɡaʁdɑ̃ la vilə dy-o dynə də sεz- inɔ̃bʁablə kɔlinə, œ̃ fɔʁ sɑ̃timɑ̃ dɛ̃ʒystisə vu sεzi e vu vu ditə, o fɔ̃ də vu mεmə : « ɔ sεɲœʁ, sø si, ki sɔ̃ dɑ̃ lə nwaʁ, kεl ε lœʁ kʁimə ? e sø la, dɑ̃ la lymjεʁə, kɔnεse til sələmɑ̃ lə sɑ̃s dy mɔt » paʁtaʒə « u bjɛ̃ lœʁ neɔ̃ lεz- ɔ̃ tilz- avøɡlez- a sə pwɛ̃ ? ɔ sεɲœʁ, fεtə la paʁ dε ʃozə, apʁε tu, vuz- εtə lɔmnisjɑ̃ ! »
    də tɑ̃z- ɑ̃ tɑ̃, ynə pεʁsɔnalite ɑ̃ vɥ, œ̃ ministεʁə ɑ̃ misjɔ̃ u œ̃ depyte ɑ̃ kɑ̃paɲə pasə paʁ la e dit « eklεʁe la vilə, abʁəve la », mεz- ela, lətɑ̃ dœ̃ diskuʁ…
    sεt εspwaʁ efemεʁə ʁəsɑ̃blə bjɛ̃ a œ̃ kuto dɑ̃z- ynə plε : il nu ʁapεllə nɔtʁə dulœʁ. sə nε sεʁtεnəmɑ̃ pa paʁ-azaʁ kynə bɔnə pwaɲe dɔməz- a maʁke la ʁebεlljɔ̃ dεz- ane katʁə vɛ̃- diz- e ε sɔʁti də sε todi. miteʁɑ̃ dizε : « kɑ̃ lεz- ineɡalite, lεz- ɛ̃ʒystisəz- u lε ʁətaʁd dynə sɔsjete depase la məzyʁə, il ni a pa dɔʁdʁə etabli ki pɥisə ʁeziste o sulεvəmɑ̃ də la vi. » il i a tu ʒystə vɛ̃t- tʁwaz- ɑ̃s (ɔktɔbʁə milə nəf sɑ̃ katʁə vɛ̃- yn) .
    sə kə ʒə denɔ̃sə oʒuʁdɥi, dotʁə- lɔ̃ fε opaʁavɑ̃, ilz- etε fɔʁts (tɑ̃ kil napaʁtənε a okœ̃ sistεmə) εt sɛ̃sεʁəz- osi : il nə vulε pa dœ̃ fotəj də ministʁə u mεmə də pʁezide. mεz- ela lεz- oz- yzez- aʁoze ɑ̃kɔʁə lε ʒaʁdɛ̃ dεz- abɔʁd də no sɔsjete, e syʁ la ʁutə də lyʁanjɔm, il nε pa ʁaʁə də vwaʁ kεlkœ̃ kemɑ̃de də lo a bwaʁə. jεʁ dəbi a inoɡyʁe sε pɥi də petʁɔlə, e il a fε œ̃ tʁε bo diskuʁ. mε la ʁealite, sε lɔmə də la ʁy e listwaʁə ki nu la mɔ̃tʁəʁɔ̃ avεk lə tɑ̃.
    nɔ̃ ! dɑ̃ no lytə, ʁjɛ̃ nε ɡʁavə. si sə nε də pεʁdʁə lamuʁ.

    ʁisa ʁɔse
    « ʒuʁ e nɥi, sablə e sɑ̃, pɔεmə saaʁjɛ̃s »
    edisjɔ̃ tʁɑ̃zbɔʁdœʁ

    kɑ̃ ʒetε detəny a kɔlo, a tʁɑ̃tə ka εm də njame, lə ʒuʁnal ʁepyblikɛ̃ məblε ma sɔlitydə
    aʃ te te pe : slaʃ slaʃ tuaʁεɡsmiʁaʒə. kanablɔɡ. kɔm slaʃ

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
11/10/2013 14:56Eden33

Je ne donne pas de coup de cœur, mais là, je l’ai fait et de plus je partage sur mon fb !
J’espère que d’autres vont vous lire
Énorme ressenti ... Eden

Auteur de Poésie
21/10/2013 10:34Melifica

Les actualités françaises la 1, la 2 ,3 nous donnent par la voix de journalistes grassement payé la vision de leur realité qui oublie certains détails...

Auteur de Poésie
10/11/2013 20:24Fadi.Alansary

Ici tu decris le probleme du peuple touareg Hospitalier ,oublie
vivant misere et pauvrete sur leurs terres qui regorgent de richesses.
J aime bien ton style tres eloquent .