Poème-France.com

Poeme : Rire Le Temps



Rire Le Temps

C’est à l’abri d’un calme cerisier en fleurs,
Où proliféraient milles folies printanières
Qu’un perce neige égaré mourrait en pleurs,
Criant grâce au ciel qui buvait ses prières.

Le temps l’avait déjà oublié et partout,
Les primevères à l’affût, guettaient sa mort,
Maquillées de vices, scintillantes d’atouts,
Qu’elles dissimulaient à l’heure où on dort.

Si le temps pouvait m’amortir, mon âme, elle,
Glissait par tourbillons dans un vent immortel
Qui s’infiltrait dans les dorures devancières.

Comme l’hiver qui meurt au profit du printemps,
Je laisserais, impuissante, bûcher le temps,
Et émerger l’appas d’une nouvelle ère.
Fleurissons

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

sεt- a labʁi dœ̃ kalmə səʁizje ɑ̃ flœʁ,
u pʁɔlifeʁε milə fɔli pʁɛ̃tanjεʁə
kœ̃ pεʁsə nεʒə eɡaʁe muʁʁε ɑ̃ plœʁ,
kʁjɑ̃ ɡʁasə o sjεl ki byvε sε pʁjεʁə.

lə tɑ̃ lavε deʒa ublje e paʁtu,
lε pʁiməvεʁəz- a lafy, ɡεtε sa mɔʁ,
makje də visə, sɛ̃tijɑ̃tə datu,
kεllə disimylε a lœʁ u ɔ̃ dɔʁ.

si lə tɑ̃ puvε mamɔʁtiʁ, mɔ̃n- amə, εllə,
ɡlisε paʁ tuʁbijɔ̃ dɑ̃z- œ̃ vɑ̃ imɔʁtεl
ki sɛ̃filtʁε dɑ̃ lε dɔʁyʁə dəvɑ̃sjεʁə.

kɔmə livεʁ ki məʁ o pʁɔfi dy pʁɛ̃tɑ̃,
ʒə lεsəʁε, ɛ̃pɥisɑ̃tə, byʃe lə tɑ̃,
e emεʁʒe lapa dynə nuvεllə εʁə.

Il n'a aucune proposition de lecture pour le moment.