Poème-France.com

Poeme : Pas Pas



Pas Pas

Vraiment pas prêt,
Six mois après
La vivante,
Papa est mort.
Pas un mot.
Pas un cri.
Pas un pleur.
Point de poing.
Hémorragie
Introvertie,
Nid des dénis.
Le fatal venin digère
Tout mon organisme
Sans hématome.


Mon corps, là, liquéfié,
Papa me l’avait confié
Afin qu’il consolide
L’érection de son nom.

Que la poche d’eau crève
Les fleurs dépérissent.
J’arrête les arrhes de la diarrhée
Qui veut évacuer ma peau vide.


Une peluche hurle en mon nom
La douleur de toutes les couleurs
Et fantasme une élucubration :
Dotée de l’antidote
Ma dépouille construit
Un autre squelette
Un autre organisme
Un autre cœur,
Autrement, ailleurs,
Dans la même peau.
Peluche, j’espère
Ton rêve repère
Offert par mon père.
Eugène

PostScriptum

à toi, papa, au jour anniversaire de tes 90 ans, et 66 ans de vie avec la vivante, maman.


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

vʁεmɑ̃ pa pʁε,
si- mwaz- apʁε
la vivɑ̃tə,
papa ε mɔʁ.
pa œ̃ mo.
pa œ̃ kʁi.
pa œ̃ plœʁ.
pwɛ̃ də puiŋ.
emɔʁaʒi
ɛ̃tʁɔvεʁti,
nid dε deni.
lə fatal vənɛ̃ diʒεʁə
tu mɔ̃n- ɔʁɡanismə
sɑ̃z- ematɔmə.

mɔ̃ kɔʁ, la, likefje,
papa mə lavε kɔ̃fje
afɛ̃ kil kɔ̃sɔlidə
leʁεksjɔ̃ də sɔ̃ nɔ̃.
kə la poʃə do kʁεvə
lε flœʁ depeʁise.
ʒaʁεtə lεz- aʁə- də la djaʁe
ki vø evakɥe ma po vidə.

ynə pəlyʃə yʁlə ɑ̃ mɔ̃ nɔ̃
la dulœʁ də tutə lε kulœʁ
e fɑ̃tasmə ynə elykybʁasjɔ̃ :
dɔte də lɑ̃tidɔtə
ma depujə kɔ̃stʁɥi
œ̃n- otʁə skəlεtə
œ̃n- otʁə ɔʁɡanismə
œ̃n- otʁə kœʁ,
otʁəmɑ̃, ajœʁ,
dɑ̃ la mεmə po.
pəlyʃə, ʒεspεʁə
tɔ̃ ʁεvə ʁəpεʁə
ɔfεʁ paʁ mɔ̃ pεʁə.