Poème-France.com

Poeme : Le Chasseur D’Etoiles



Le Chasseur D’Etoiles

Qu’ici les cœurs battent de peur, tant que battre se peut
Ville morte écrase et déchire les adieux
Ils montent te chercher, petite, il faut fermer les yeux

Tu peux pleurer en vain, mais dans ce monde étrange
Jours et nuits, ils chassent les anges
Tu n’as rien à dire petite, c’est ainsi qu’ils se vengent

Maman est partie, petit cœur, pour cette étoile dorée
Te souviens tu d’elle, de son visage effaré ?
Tu les as vu la prendre, n’est ce pas, là où tu te terrais

Tu ne vois que ses bottes noires mais tu sais tout déjà
Papa a dit que les étoiles qu’ils emmènent là bas
Aux grands wagons sans âme serviront de repas

Ils fouillent chaque soir la ville aux étoiles d’or
Sous chaque quartier de ciel et sans aucun remord
Ils sont sourds à tes cris : c’est la loi des plus forts

Tu les entends venir, le parquet crisse et la peur te dévore
Il t’a vue trembler, et toi tu vois la mort
S’avancer, sourire et rire aux premiers feux de l’aurore

Tu peux l’implorer, petite, il n’entend que sa haine
Il hait les étoiles, c’est le chasseur de gène
Que lui importe ton âge, il en a tué des centaines

Des enfants terrifiés qui pleuraient leurs parents…
Il a traqué leurs larmes, guidé par le courant,
Du fleuve pourpre qui jaillit le soir, et noie le firmament.
Huangdi

PostScriptum

Ceci est un poème de Huangdi (le vrai) et je suis son frère. Il est indisponible pour plusieurs mois : )
Bonne lecture


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

kisi lε kœʁ bate də pœʁ, tɑ̃ kə batʁə sə pø
vilə mɔʁtə ekʁazə e deʃiʁə lεz- adjø
il mɔ̃te tə ʃεʁʃe, pətitə, il fo fεʁme lεz- iø

ty pø pləʁe ɑ̃ vɛ̃, mε dɑ̃ sə mɔ̃də etʁɑ̃ʒə
ʒuʁz- e nɥi, il ʃase lεz- ɑ̃ʒə
ty na ʁjɛ̃ a diʁə pətitə, sεt- ɛ̃si kil sə vɑ̃ʒe

mamɑ̃ ε paʁti, pəti kœʁ, puʁ sεtə etwalə dɔʁe
tə suvjɛ̃ ty dεllə, də sɔ̃ vizaʒə efaʁe ?
ty lεz- a vy la pʁɑ̃dʁə, nε sə pa, la u ty tə teʁε

ty nə vwa kə sε bɔtə nwaʁə mε ty sε tu deʒa
papa a di kə lεz- etwalə kilz- ɑ̃mεne la ba
o ɡʁɑ̃ waɡɔ̃ sɑ̃z- amə sεʁviʁɔ̃ də ʁəpa

il fuje ʃakə swaʁ la vilə oz- etwalə dɔʁ
su ʃakə kaʁtje də sjεl e sɑ̃z- okœ̃ ʁəmɔʁ
il sɔ̃ suʁdz- a tε kʁi : sε la lwa dε plys fɔʁ

ty lεz- ɑ̃tɑ̃ vəniʁ, lə paʁkε kʁisə e la pœʁ tə devɔʁə
il ta vɥ tʁɑ̃ble, e twa ty vwa la mɔʁ
savɑ̃se, suʁiʁə e ʁiʁə o pʁəmje fø də loʁɔʁə

ty pø lɛ̃plɔʁe, pətitə, il nɑ̃tɑ̃ kə sa-εnə
il-ε lεz- etwalə, sε lə ʃasœʁ də ʒεnə
kə lɥi ɛ̃pɔʁtə tɔ̃n- aʒə, il ɑ̃n- a tye dε sɑ̃tεnə

dεz- ɑ̃fɑ̃ teʁifje ki pləʁε lœʁ paʁɑ̃…
il a tʁake lœʁ laʁmə, ɡide paʁ lə kuʁɑ̃,
dy fləvə puʁpʁə ki ʒaji lə swaʁ, e nwa lə fiʁmame.