Poème-France.com

Poeme : Aveuglée Par La Beauté D’Une Vie



Aveuglée Par La Beauté D’Une Vie

C’était par une nuit sombre
Où l’on ne pouvait même pas voir l’étincelle d’une ombre
La demoiselle faisait la fête
À son âge on était un peu bête
On croyait qu’on était maître du destin
Que la vie n’était qu’un dessin
Qu’on pouvait tracer nous même
Faire ce qu’on veut sans problèmes

Dans les petites heures du matin
Saoule elle rentra et se mit en chemin
Elle vit un homme qui la suivait
Mais dans l’état dans lequel elle était
Elle riait et tombait
Impuissante, vomissait

Dans peu de minutes l’homme la rejoint
Lui offrit une bière pour le chemin
Elle accepta en se disant
Comme il pouvait être charmant
Tout d’un coup la tête lui tourna
Elle tombe et s’endormit
Ses vêtements l’homme arrachât
Assoiffé de son corps
Il profita d’elle sans remords
La battus pour le plaisir
La battus presque à en mourir

Il laissa son corps meurtri
Dans la rue où personne ne les vit
Il s’en sortit trop facilement
Quel lâche qu’il était
Mais elle ne le revit plus jamais

Quand elle se réveilla
Elle réalisa ce qu’elle avait fait
Et surtout ce qu’il lui a fait
Toutes les larmes de son corps elle pleura
Trop de douleur et de honte
« Je regrette, Je regrette » elle se disait
Trop le cœur brisé
Trop de sang coulé
Que la lame avait provoqué
Car se mutiler était
La seule douleur qu’elle pouvait contrôler
Elle mourut en se disant
Qu’elle avait tout mérité
Kokinne

PostScriptum

Voici un nouveau poème auquel je n’ai pas trouvé de titre si vous pouviez me donner une petite idée ça serait très aprcié et merci d’avance pour vos comm : D


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

setε paʁ ynə nɥi sɔ̃bʁə
u lɔ̃ nə puvε mεmə pa vwaʁ letɛ̃sεllə dynə ɔ̃bʁə
la dəmwazεllə fəzε la fεtə
a sɔ̃n- aʒə ɔ̃n- etε œ̃ pø bεtə
ɔ̃ kʁwajε kɔ̃n- etε mεtʁə dy dεstɛ̃
kə la vi netε kœ̃ desɛ̃
kɔ̃ puvε tʁase nu mεmə
fεʁə sə kɔ̃ vø sɑ̃ pʁɔblεmə

dɑ̃ lε pətitəz- œʁ dy matɛ̃
saulə εllə ʁɑ̃tʁa e sə mit ɑ̃ ʃəmɛ̃
εllə vit œ̃n- ɔmə ki la sɥivε
mε dɑ̃ leta dɑ̃ ləkεl εllə etε
εllə ʁjε e tɔ̃bε
ɛ̃pɥisɑ̃tə, vɔmisε

dɑ̃ pø də minytə lɔmə la ʁəʒwɛ̃
lɥi ɔfʁi ynə bjεʁə puʁ lə ʃəmɛ̃
εllə aksεpta ɑ̃ sə dizɑ̃
kɔmə il puvε εtʁə ʃaʁmɑ̃
tu dœ̃ ku la tεtə lɥi tuʁna
εllə tɔ̃bə e sɑ̃dɔʁmi
sε vεtəmɑ̃ lɔmə aʁaʃa
aswafe də sɔ̃ kɔʁ
il pʁɔfita dεllə sɑ̃ ʁəmɔʁd
la batys puʁ lə plεziʁ
la batys pʁεskə a ɑ̃ muʁiʁ

il lεsa sɔ̃ kɔʁ məʁtʁi
dɑ̃ la ʁy u pεʁsɔnə nə lε vit
il sɑ̃ sɔʁti tʁo fasiləmɑ̃
kεl laʃə kil etε
mεz- εllə nə lə ʁəvi plys ʒamε

kɑ̃t- εllə sə ʁevεja
εllə ʁealiza sə kεllə avε fε
e syʁtu sə kil lɥi a fε
tutə lε laʁmə- də sɔ̃ kɔʁz- εllə pləʁa
tʁo də dulœʁ e də ɔ̃tə
« ʒə ʁəɡʁεtə, ʒə ʁəɡʁεtə » εllə sə dizε
tʁo lə kœʁ bʁize
tʁo də sɑ̃ kule
kə la lamə avε pʁɔvɔke
kaʁ sə mytile etε
la sələ dulœʁ kεllə puvε kɔ̃tʁole
εllə muʁy ɑ̃ sə dizɑ̃
kεllə avε tu meʁite