Poème-France.com

Poeme : Désenchantement Amoureux



Désenchantement Amoureux

Sur le sable fin où ses pensées s’effilent
En cette nuit ses songes la réveillent.
La marrée montante à ses pieds se fofile,
La magie ne s’éteind, elle reste en veille.

Le flambeau vespéral sur son corps s’émerveille
L’alizé à ses douces lèvres vermeilles
Se dépose, comme la rosée défile
Sur les fleurs panachées des matins d’Avril.

Tout semblerait parfait, mais rien ne peut l’être.
Puisque le malheur a empli toute sa chair,
Puirque la joie même s’est trouvée mal-être
Puisqu’elle sait maintenant, tout est éphémère.

Alors l’imagine n’est plus une lumière,
Du calme nocturne elle en est étrangère
Et rien à présent ne peut le faire renaître,
Le désespoir tue peut à peu tout son être.

Rien ne sera plus comme avant, leur amour
S’en est allé au gré des courants, dérive
Assurée pour les amants, aucun secour,
Et c’est bien trop souvent que ça arrive.

Il n’y a, en l’océan, aucune rive
Qui puisse rammener la barque en dérive.
Mais elle n’arrive à oublier ses discours,
Tous ses mots bien trop faux pour durer toujours.

Et elle rêve encore de leurs corps
Mélangés sur la plage du désir blême,
Leur odeur, tous leurs trésors et leurs remorts,
Tout ce qu’ils croyaient au-dessus du système.

Elle s’est trompée et c’est tout son problème,
Pourtant il n’y eu, ici, aucun blasphème.
Mais parfois l’amour le plus fort vous dévore
Et il faut souffrir avant qu’il ne s’évapore.
**linann**

PostScriptum

(encore une poème un peu pourrit de mes vacs !
Mais laissez vos coms ! les critiques peuvent, de toute façon, faire avancer ! )


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

syʁ lə sablə fɛ̃ u sε pɑ̃se sefile
ɑ̃ sεtə nɥi sε sɔ̃ʒə la ʁevεje.
la maʁe mɔ̃tɑ̃tə a sε pje sə fɔfilə,
la maʒi nə setɛ̃d, εllə ʁεstə ɑ̃ vεjə.

lə flɑ̃bo vεspeʁal syʁ sɔ̃ kɔʁ semεʁvεjə
lalize a sε dusə lεvʁə- vεʁmεjə
sə depozə, kɔmə la ʁoze defilə
syʁ lε flœʁ panaʃe dε matɛ̃ davʁil.

tu sɑ̃bləʁε paʁfε, mε ʁjɛ̃ nə pø lεtʁə.
pɥiskə lə malœʁ a ɑ̃pli tutə sa ʃεʁ,
pɥiʁkə la ʒwa mεmə sε tʁuve mal εtʁə
pɥiskεllə sε mɛ̃tənɑ̃, tut- εt- efemεʁə.

alɔʁ limaʒinə nε plysz- ynə lymjεʁə,
dy kalmə nɔktyʁnə εllə ɑ̃n- εt- etʁɑ̃ʒεʁə
e ʁjɛ̃ a pʁezɑ̃ nə pø lə fεʁə ʁənεtʁə,
lə dezεspwaʁ tɥ pø a pø tu sɔ̃n- εtʁə.

ʁjɛ̃ nə səʁa plys kɔmə avɑ̃, lœʁ amuʁ
sɑ̃n- εt- ale o ɡʁe dε kuʁɑ̃, deʁivə
asyʁe puʁ lεz- amɑ̃, okœ̃ səkuʁ,
e sε bjɛ̃ tʁo suvɑ̃ kə sa aʁivə.

il ni a, ɑ̃ lɔseɑ̃, okynə ʁivə
ki pɥisə ʁaməne la baʁkə ɑ̃ deʁivə.
mεz- εllə naʁivə a ublje sε diskuʁ,
tus sε mo bjɛ̃ tʁo fo puʁ dyʁe tuʒuʁ.

e εllə ʁεvə ɑ̃kɔʁə də lœʁ kɔʁ
melɑ̃ʒe syʁ la plaʒə dy deziʁ blεmə,
lœʁ ɔdœʁ, tus lœʁ tʁezɔʁz- e lœʁ ʁəmɔʁ,
tu sə kil kʁwajε o dəsy dy sistεmə.

εllə sε tʁɔ̃pe e sε tu sɔ̃ pʁɔblεmə,
puʁtɑ̃ il ni y, isi, okœ̃ blasfεmə.
mε paʁfwa lamuʁ lə plys fɔʁ vu devɔʁə
e il fo sufʁiʁ avɑ̃ kil nə sevapɔʁə.