Poème-France.com

Prose : Eloge De La Folie.



Eloge De La Folie.

Je ne savais pas que le bonheur pouvait être si intense.
Il vous prend à la gorge et se donne tout entier à vous, emportant avec lui vos rêves les plus noirs, vos peines les plus profondes ;
Je ne sais plus rien.
Je suis comme. Fascinée.
Je dirais mieux !
Eblouie !
Tandis que la nuit vous apporte réconfort, le bonheur lui ! La lumière divine ! Il vous transforme et vous rend vos maux, comme sur un plateau ! :
« Tiens ! je te les rends en gage de tes beaux yeux bleus ! »
Peut-être devrais-je continuer à en rire !
Oh oui ! Je voudrais passé ma vie à m’extasier devant ce ridicule état d’âme dont je suis victime !
Le bonheur !
Oh ! Quel bonheur ?
Le ridicule, le divin ou bien ! que le diable les emporte, mes grands mots, mes gros mots aussi ! Tant qu’il y est !
MOI. !
« Je vivrai d’absurde, de jolies chansons à vous en couper le souffle, avec des fleurs ! Mon Dieu ! Et de la liqueur ; pour ces longs soirs d’hiver, assise seule sur ce si beau canapé de cuir rouge ! »

- Satan sort de ce corps ! Il est bien trop idiot pour toi voyons !
- Ah !
- Comment ? Le Diable dans un esprit si futile ?
[… ]
Puis d’un coup, d’un seul ; tout recommence ;
Le malheur et ses dérives, ses crises de larmes et ses douleurs à l’estomac, vous pliant en deux !
Acte 47.
Scène 20.
Le malheur : AH ! Comme il est bon que je m’exalte de votre cœur encore bien faible ; vous êtes à moi ! A moi seule ! Je suis votre honte, vous hantant des ans et des ans ; votre existence durant !
MOI ! L’ami du Diable, à la gauche de Dieu, moi, le tout puissant le bien heureux !
- fin de l’acte -

Moi.
Eva. Louise, ou je ne sais quoi ! Laissez- moi reprendre mes maux, les assembler, ça, et là ! Laissez-moi, s’il vous plait. « La tête en vrille. »
- Je ne sais plus ou je suis, ou je vis.
Mon Dieu, suis-je sotte !
Louise.

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

ʒə nə savε pa kə lə bɔnœʁ puvε εtʁə si ɛ̃tɑ̃sə.
il vu pʁɑ̃t- a la ɡɔʁʒə e sə dɔnə tut- ɑ̃tje a vu, ɑ̃pɔʁtɑ̃ avεk lɥi vo ʁεvə lε plys nwaʁ, vo pεnə lε plys pʁɔfɔ̃də,
ʒə nə sε plys ʁjɛ̃.
ʒə sɥi kɔmə. fasine.
ʒə diʁε mjø !
εblui !
tɑ̃di kə la nɥi vuz- apɔʁtə ʁekɔ̃fɔʁ, lə bɔnœʁ lɥi ! la lymjεʁə divinə ! il vu tʁɑ̃sfɔʁmə e vu ʁɑ̃ vo mo, kɔmə syʁ œ̃ plato ! :
« tjɛ̃ ! ʒə tə lε ʁɑ̃z- ɑ̃ ɡaʒə də tε boz- iø bløs ! »
pø tεtʁə dəvʁε ʒə kɔ̃tinɥe a ɑ̃ ʁiʁə !
ɔ ui ! ʒə vudʁε pase ma vi a mεkstazje dəvɑ̃ sə ʁidikylə eta damə dɔ̃ ʒə sɥi viktimə !
lə bɔnœʁ !
ɔ ! kεl bɔnœʁ ?
lə ʁidikylə, lə divɛ̃ u bjɛ̃ ! kə lə djablə lεz- ɑ̃pɔʁtə, mε ɡʁɑ̃ mo, mε ɡʁo moz- osi ! tɑ̃ kil i ε !
mwa. !
« ʒə vivʁε dabsyʁdə, də ʒɔli ʃɑ̃sɔ̃z- a vuz- ɑ̃ kupe lə suflə, avεk dε flœʁ ! mɔ̃ djø ! e də la likœʁ, puʁ sε lɔ̃ɡ swaʁ divεʁ, asizə sələ syʁ sə si bo kanape də kɥiʁ ʁuʒə ! »

satɑ̃ sɔʁ də sə kɔʁ ! il ε bjɛ̃ tʁo idjo puʁ twa vwajɔ̃ !
a !
kɔmɑ̃ ? lə djablə dɑ̃z- œ̃n- εspʁi si fytilə ?
uvʁə kʁoʃε… fεʁmə kʁoʃε
pɥi dœ̃ ku, dœ̃ səl, tu ʁəkɔmɑ̃sə,
lə malœʁ e sε deʁivə, sε kʁizə də laʁməz- e sε dulœʁz- a lεstɔmak, vu pljɑ̃ ɑ̃ dø !
aktə kaʁɑ̃tə sεt.
sεnə vɛ̃.
lə malœʁ : a ! kɔmə il ε bɔ̃ kə ʒə mεɡzaltə də vɔtʁə kœʁ ɑ̃kɔʁə bjɛ̃ fεblə, vuz- εtəz- a mwa ! a mwa sələ ! ʒə sɥi vɔtʁə ɔ̃tə, vu-ɑ̃tɑ̃ dεz- ɑ̃ e dεz- ɑ̃, vɔtʁə εɡzistɑ̃sə dyʁɑ̃ !
mwa ! lami dy djablə, a la ɡoʃə də djø, mwa, lə tu pɥisɑ̃ lə bjɛ̃ œʁø !
fɛ̃ də laktə

mwa.
əva. lwizə, u ʒə nə sε kwa ! lεse mwa ʁəpʁɑ̃dʁə mε mo, lεz- asɑ̃ble, sa, e la ! lεse mwa, sil vu plε. « la tεtə ɑ̃ vʁijə. »
ʒə nə sε plysz- u ʒə sɥi, u ʒə vis.
mɔ̃ djø, sɥi ʒə sɔtə !

Il n'a aucune proposition de lecture pour le moment.