Poème-France.com

Poeme : L’Arène Des Prés



L’Arène Des Prés

Le toréador n’était pas encore né
Le taureau lui n’était pas en corned
Alors la vache d’un regard l’étreint
Cela la sort un peu de ses trains trains
Faut dire qu’il n’est vraiment pas lait
Mais il faut que génisse se passe
Pour connaitre l’avenir et ses menaces
Elle aime faire tourner l’étable
La vie était bien agréable
Mais c’était troupeau pour être vrai
L’animal parti faire un bœuf avec le paysan
Dans un grand tour de champ
Ils dirent : IO Pour faire du rap
Mais le taureau avait un handicap
Il meuglait beaucoup trop bas
Finalement le fermier préférait l’opéra
Et en le prenant par les cornes, le castra
Depuis on l’appelle la Reine des Près
Mais on ne l’entend plus chanter

Moralité : Il n’y pas que dans les arènes que l’on doit faire attention à ses oreilles
Papillon11

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

lə tɔʁeadɔʁ netε pa ɑ̃kɔʁə ne
lə toʁo lɥi netε pa ɑ̃ kɔʁnεd
alɔʁ la vaʃə dœ̃ ʁəɡaʁ letʁɛ̃
səla la sɔʁ œ̃ pø də sε tʁɛ̃ tʁɛ̃
fo diʁə kil nε vʁεmɑ̃ pa lε
mεz- il fo kə ʒenisə sə pasə
puʁ kɔnεtʁə lavəniʁ e sε mənasə
εllə εmə fεʁə tuʁne letablə
la vi etε bjɛ̃ aɡʁeablə
mε setε tʁupo puʁ εtʁə vʁε
lanimal paʁti fεʁə œ̃ bœf avεk lə pεizɑ̃
dɑ̃z- œ̃ ɡʁɑ̃ tuʁ də ʃɑ̃
il diʁe : jo puʁ fεʁə dy ʁap
mε lə toʁo avε œ̃-ɑ̃dikap
il møɡlε boku tʁo ba
finaləmɑ̃ lə fεʁmje pʁefeʁε lɔpeʁa
e ɑ̃ lə pʁənɑ̃ paʁ lε kɔʁnə, lə kastʁa
dəpɥiz- ɔ̃ lapεllə la ʁεnə dε pʁε
mεz- ɔ̃ nə lɑ̃tɑ̃ plys ʃɑ̃te

mɔʁalite : il ni pa kə dɑ̃ lεz- aʁεnə kə lɔ̃ dwa fεʁə atɑ̃sjɔ̃ a sεz- ɔʁεjə