Poème-France.com

Poeme : Gabarnac



Gabarnac

C’est au bout d’un chemin qui mène dans la vigne,
Masquée par une haie de hêtres, d’acacias,
Une vieille maison, qu’on ne devine pas,
Depuis la route en bas, a gardé son air digne.

A droite en arrivant, une pompe rouillée,
Supporte allègrement du lierre qui s’enroule,
Depuis longtemps déjà, nul filet d’eau n’en coule,
D’ailleurs dans cet état, elle serait souillée.

Des parterres de fleurs limitent la maison,
Un bosquet de lilas embaume l’atmosphère,
Derrière, un cerisier, puis un lopin de terre,
Un rosier qui fleurit deux fois chaque saison.

Les murs sont recouverts d’un crépi qui lézarde,
Les volets délavés, sont brisés par endroits,
Deux grands chais, un grenier, on n’est pas à l’étroit,
Avant l’entrée un hall, permet qu’on s’y attarde.

La cuisine en longueur, puis un garde-manger,
Deux pièces d’un côté, une chambre de l’autre,
La vieille cheminée noircie, l’odeur d’épeautre,
Qui parvient du grenier sans jamais déranger.

Tout est vieux, cependant tout est rempli de charme,
Des toiles d’araignées, un peu d’humidité,
Un lit en fer doré, plein de rigidité,
Un évier en ciment ou l’eau succombe en larmes.

Dans la chambre vieillotte en blanc badigeonnée,
Une poutre au plafond recouverte de plâtre,
De vieux interrupteurs, auréoles saumâtres,
Bâtisse du passé, longtemps abandonnée.

Ceux qui n’ont pas connu une histoire d’amour,
Ne sauraient apprécier la beauté de l’ensemble,
Gabarnac c’est sacré, car c’est là il me semble,
Où nous avons coulé les plus beaux de nos jours !

Ce fût court, mais rempli, émotions, souvenirs,
L’esprit comme le cœur en furent imprégnés,
Et je sais aujourd’hui que l’amour a régné,
A Gabarnac, jamais rien n’aurait dû finir !

J’y ai vécu trois ans, et les meilleurs moments,
Furent ceux partagés avec une princesse,
Je l’aimais tellement, elle était ma déesse,
C’est là que j’ai connu les plus forts sentiments !

Pourquoi n’as-tu rien fait pour que ce lieu nous reste,
C’était notre maison, c’était tout notre amour,
Pourquoi n’as-tu pas cru, j’espérais tant un geste,
De ta part pour sauver notre histoire d’un four !



St Just (Joël Gauthier) Ste Croix du Mont 1987
Moments partagés avec Esther Hugli.
St Just

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

sεt- o bu dœ̃ ʃəmɛ̃ ki mεnə dɑ̃ la viɲə,
maske paʁ ynə-ε də εtʁə, dakasja,
ynə vjεjə mεzɔ̃, kɔ̃ nə dəvinə pa,
dəpɥi la ʁutə ɑ̃ ba, a ɡaʁde sɔ̃n- εʁ diɲə.

a dʁwatə ɑ̃n- aʁivɑ̃, ynə pɔ̃pə ʁuje,
sypɔʁtə alεɡʁəmɑ̃ dy ljeʁə ki sɑ̃ʁulə,
dəpɥi lɔ̃tɑ̃ deʒa, nyl filε do nɑ̃ kulə,
dajœʁ dɑ̃ sεt eta, εllə səʁε suje.

dε paʁteʁə- də flœʁ limite la mεzɔ̃,
œ̃ bɔskε də lilaz- ɑ̃bomə latmɔsfεʁə,
dəʁjεʁə, œ̃ səʁizje, pɥiz- œ̃ lɔpɛ̃ də teʁə,
œ̃ ʁozje ki fləʁi dø fwa ʃakə sεzɔ̃.

lε myʁ sɔ̃ ʁəkuvεʁ dœ̃ kʁepi ki lezaʁdə,
lε vɔlε delave, sɔ̃ bʁize paʁ ɑ̃dʁwa,
dø ɡʁɑ̃ ʃε, œ̃ ɡʁənje, ɔ̃ nε pa a letʁwa,
avɑ̃ lɑ̃tʁe œ̃-al, pεʁmε kɔ̃ si ataʁdə.

la kɥizinə ɑ̃ lɔ̃ɡœʁ, pɥiz- œ̃ ɡaʁdə mɑ̃ʒe,
dø pjεsə dœ̃ kote, ynə ʃɑ̃bʁə də lotʁə,
la vjεjə ʃəmine nwaʁsi, lɔdœʁ depotʁə,
ki paʁvjɛ̃ dy ɡʁənje sɑ̃ ʒamε deʁɑ̃ʒe.

tut- ε vjø, səpɑ̃dɑ̃ tut- ε ʁɑ̃pli də ʃaʁmə,
dε twalə daʁεɲe, œ̃ pø dymidite,
œ̃ li ɑ̃ fεʁ dɔʁe, plɛ̃ də ʁiʒidite,
œ̃n- evje ɑ̃ sime u lo sykɔ̃bə ɑ̃ laʁmə.

dɑ̃ la ʃɑ̃bʁə vjεjɔtə ɑ̃ blɑ̃ badiʒɔne,
ynə putʁə o plafɔ̃ ʁəkuvεʁtə də platʁə,
də vjøz- ɛ̃teʁyptœʁ, oʁeɔlə somatʁə,
batisə dy pase, lɔ̃tɑ̃z- abɑ̃dɔne.

sø ki nɔ̃ pa kɔny ynə istwaʁə damuʁ,
nə soʁε apʁesje la bote də lɑ̃sɑ̃blə,
ɡabaʁnak sε sakʁe, kaʁ sε la il mə sɑ̃blə,
u nuz- avɔ̃ kule lε plys bo də no ʒuʁ !

sə fy kuʁ, mε ʁɑ̃pli, emɔsjɔ̃, suvəniʁ,
lεspʁi kɔmə lə kœʁ ɑ̃ fyʁe ɛ̃pʁeɲe,
e ʒə sεz- oʒuʁdɥi kə lamuʁ a ʁeɲe,
a ɡabaʁnak, ʒamε ʁjɛ̃ noʁε dy finiʁ !

ʒi ε veky tʁwaz- ɑ̃, e lε mεjœʁ mɔmɑ̃,
fyʁe sø paʁtaʒez- avεk ynə pʁɛ̃sεsə,
ʒə lεmε tεllmɑ̃, εllə etε ma deεsə,
sε la kə ʒε kɔny lε plys fɔʁ sɑ̃timɑ̃ɑ̃ !

puʁkwa na ty ʁjɛ̃ fε puʁ kə sə ljø nu ʁεstə,
setε nɔtʁə mεzɔ̃, setε tu nɔtʁə amuʁ,
puʁkwa na ty pa kʁy, ʒεspeʁε tɑ̃ œ̃ ʒεstə,
də ta paʁ puʁ sove nɔtʁə istwaʁə dœ̃ fuʁ !



εs te ʒyst uvʁə paʁɑ̃tεzə ʒɔεl ɡotje fεʁmə paʁɑ̃tεzə stə kʁwa dy mɔ̃ milə nəf sɑ̃ katʁə vɛ̃- sεt
mɔmɑ̃ paʁtaʒez- avεk εstœʁ yɡli.