Poème-France.com

Poeme : Amour Et Dieux



Amour Et Dieux

Aimer c’est combattre les Dieux ;
Mais aussi les respecter.
Pour toi j’ai combattu Hypnos,
Qui longtemps dans les ténèbres m’a endormi.
Du sort que m’avait jeté Hadès,
Asclépios m’a guéri et m’a remit debout,
Afin que se réalise ce qu’Apollon, Dieu de la prophétie
Par la voix d’Hermès, messager des Dieux avait prédit :
Hadès et Hypnos l’emprisonneront mais sa foi en Éros le sauvera.
Aphrodite déesse de la beauté m’en a donné un peu,
Et grâce à elle je t’ai conquis.
J’ai fait appel à Athéna, déesse de la sagesse
Pour savoir comment m’y prendre.
Ses conseils m’ont mené vers ton chemin
Et Artémis, déesse de la lune m’y a guidé.
Les voies étaient inaccessibles et risquées,
Remplies jusqu’aux recoins des draguons et d’herbes serpentes
Heureusement, qu’Héphaïstos Dieu du feu et des métaux ; forgeron des dieux

M’avait forgé cane, lances, épée et armure.

Et que Dionysos, Dieu de la végétation,

M’avait donné pouvoir sur elle.

Parce qu’Arès Dieu de la guerre était avec moi,
Et parce qu’Athéna, déesse des arts et techniques de la guerre m’avait tout enseigné,
Parce que j’avais la force d’Achille,
La clairvoyance d’Hector,
J’ai gagné toutes les guerres et enseveli tous tes prétendants.
Tu es ma couronne et par les mains d’Héra, déesse du mariage, Zeus te fais mienne.
Prière à Hestia, gardienne des foyers de veiller sur nous ;
Qu’Aphrodite déesse de l’amour et de la fécondité nous bénisse ;
Et que Déméter, déesse des moissons nous abonde d’enfants.
Gloire et louange à Zeus, Dieu suprême,
Qui a fais de Régisphius que je suis, Dieu des Écrits.
S.r@le

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

εme sε kɔ̃batʁə lε djø,
mεz- osi lε ʁεspεkte.
puʁ twa ʒε kɔ̃baty ipno,
ki lɔ̃tɑ̃ dɑ̃ lε tenεbʁə- ma ɑ̃dɔʁmi.
dy sɔʁ kə mavε ʒəte-adε,
asklepjo ma ɡeʁi e ma ʁəmi dəbu,
afɛ̃ kə sə ʁealizə sə kapɔlɔ̃, djø də la pʁɔfeti
paʁ la vwa dεʁmε, mesaʒe dε djøz- avε pʁedi :
adεz- e ipno lɑ̃pʁizɔnəʁɔ̃ mε sa fwa ɑ̃n- eʁo lə sovəʁa.
afʁɔditə deεsə də la bote mɑ̃n- a dɔne œ̃ pø,
e ɡʁasə a εllə ʒə tε kɔ̃ki.
ʒε fε apεl a atena, deεsə də la saʒεsə
puʁ savwaʁ kɔmɑ̃ mi pʁɑ̃dʁə.
sε kɔ̃sεj mɔ̃ məne vεʁ tɔ̃ ʃəmɛ̃
e aʁtemi, deεsə də la lynə mi a ɡide.
lε vwaz- etε inaksesibləz- e ʁiske,
ʁɑ̃pli ʒysko ʁəkwɛ̃ dε dʁaɡɔ̃z- e dεʁbə- sεʁpɑ̃tə
œʁøzəmɑ̃, kefajsto djø dy fø e dε meto, fɔʁʒəʁɔ̃ dε djø

mavε fɔʁʒe kanə, lɑ̃sə, epe e aʁmyʁə.

e kə djɔnizos, djø də la veʒetasjɔ̃,

mavε dɔne puvwaʁ syʁ εllə.

paʁsə kaʁε djø də la ɡeʁə etε avεk mwa,
e paʁsə katena, deεsə dεz- aʁz- e tεknik də la ɡeʁə mavε tut- ɑ̃sεɲe,
paʁsə kə ʒavε la fɔʁsə daʃijə,
la klεʁvwajɑ̃sə dεktɔʁ,
ʒε ɡaɲe tutə lε ɡeʁəz- e ɑ̃səvəli tus tε pʁetɑ̃dɑ̃.
ty ε ma kuʁɔnə e paʁ lε mɛ̃ deʁa, deεsə dy maʁjaʒə, zøs tə fε mjεnə.
pʁjεʁə a εstja, ɡaʁdjεnə dε fwaje də vεje syʁ nu,
kafʁɔditə deεsə də lamuʁ e də la fekɔ̃dite nu benisə,
e kə demete, deεsə dε mwasɔ̃ nuz- abɔ̃də dɑ̃fɑ̃.
ɡlwaʁə e lwɑ̃ʒə a zøs, djø sypʁεmə,
ki a fε də ʁeʒisfjys kə ʒə sɥi, djø dεz- ekʁi.