Poème-France.com

Poeme : Orgueil



Orgueil

Lame forgée puis gravée dans l’inconscient chétif ;
Lame plantée à moitié dans mon oeil fugitif,
Trop farouche pour avoir entièrement reçu
L’éternel fardeau d’une jeunesse assidue.

Mon regard bipolaire de temps en temps critique
Cet aveugle brasier, perenne mécanique
QUi beugle à notre oreille « va agreste trouillard ! ».
Mais trop velléitaire il rejoint le brouillard.

Et alors je me perds, percé par le parfum
Perçu dans le perfide parement de mes pairs.
Et alors je glisse, bercé par les images
D’un sensuel onirisme silloné de courage.

Etre Homme ou étranger ? Gêné par le mutisme
Du dément assumé, guidé par les tropismes
D’un enfant périmé, l’encre barre mes ratures
Et crie sur la papier « Que cesse l’imposture ».

D’un idéal pourri, altéré par le jeu,
Dans lequel la fierté est l’un des seuls enjeux ;
De la peur d’être seul, de l’envie d’être en vie,
De cet orgeuil masqué je fais ma poésie.
Stroff

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

lamə fɔʁʒe pɥi ɡʁave dɑ̃ lɛ̃kɔ̃sjɑ̃ ʃetif,
lamə plɑ̃te a mwatje dɑ̃ mɔ̃n- ɔεj fyʒitif,
tʁo faʁuʃə puʁ avwaʁ ɑ̃tjεʁəmɑ̃ ʁəsy
letεʁnεl faʁdo dynə ʒənεsə asidɥ.

mɔ̃ ʁəɡaʁ bipɔlεʁə də tɑ̃z- ɑ̃ tɑ̃ kʁitikə
sεt avøɡlə bʁazje, pəʁεnə mekanikə
ki bøɡlə a nɔtʁə ɔʁεjə « va aɡʁεstə tʁujaʁ ! ».
mε tʁo vεlleitεʁə il ʁəʒwɛ̃ lə bʁujaʁ.

e alɔʁ ʒə mə pεʁd, pεʁse paʁ lə paʁfœ̃
pεʁsy dɑ̃ lə pεʁfidə paʁəmɑ̃ də mε pεʁ.
e alɔʁ ʒə ɡlisə, bεʁse paʁ lεz- imaʒə
dœ̃ sɑ̃sɥεl ɔniʁismə sijɔne də kuʁaʒə.

εtʁə ɔmə u etʁɑ̃ʒe ? ʒεne paʁ lə mytismə
dy demɑ̃ asyme, ɡide paʁ lε tʁɔpismə
dœ̃n- ɑ̃fɑ̃ peʁime, lɑ̃kʁə baʁə mε ʁatyʁə
e kʁi syʁ la papjəʁ « kə sεsə lɛ̃pɔstyʁə ».

dœ̃n- ideal puʁʁi, alteʁe paʁ lə ʒø,
dɑ̃ ləkεl la fjεʁte ε lœ̃ dε səlz- ɑ̃ʒø,
də la pœʁ dεtʁə səl, də lɑ̃vi dεtʁə ɑ̃ vi,
də sεt ɔʁʒəj maske ʒə fε ma pɔezi.

Il n'a aucune proposition de lecture pour le moment.