Poème-France.com

Poeme : La Larme Ultime



La Larme Ultime

« Regardez tes yeux
T’aimer un peu
Toucher tes mains
Se sentir bien
Effleurer tes lèvres
Se croire dans un rêve
Être dans tes bras
Te vouloir pour roi.

Une saison s’achève
Mettant fin au rêve
Se réveiller le matin
Avec le chagrin
Se coucher le soir
En compagnie du cafard
Tu es loin de moi
Que vais-je faire sans toi ? »

Ne plus pouvoir ouvrir les yeux
Mais se sentir mieux
Comme une plume être légère
Ne plus avoir les pieds sur terre
Puis s’installe le désarroi
En bas tout est noir et froid
Une fille allongée sans vie
Autour d’elle ses proches, ses amis.

Les souvenirs reviennent
Tant de tristesse et de haine
Un couteau, un cri strident
Un carrelage couvert de sang
Des personnes en noires
Semant le désespoir
Un homme au loin sourit
Celui qui t’a ôté la vie.

L’homme que tu aimais tant
Est là à ton enterrement
Il pleure sans pouvoir s’arrêter
Il dit qu’il t’a toujours aimer
Alors pourquoi t’être tuée ?
Si seulement ils savaient
Tout ce que tu as subi
De ce mal qui rit.

Cet homme en noir
Te battait tous les soirs
Pour assouvir ses envies
Jusqu’à ce que tu lui dises oui
Là il te violait
Pendant que tu pleurais.
La saleté s’installait en toi
Ton roi tu ne le méritais pas.

Tu le laissa là
Il ne comprit pas
Mais c’était pour son bien
Pour qu’il ne se doute de rien.
Un soir, l’homme est en colère
Il a dû boire plus d’un verre
Il plante un couteau dans ton cœur
Alors que tu es sa sœur…
Chérichou

PostScriptum

c’est une histoire que j’ai inventé, j’aime bien la chute on ne s’y attend pas vous en pensez quoi ?


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

« ʁəɡaʁde tεz- iø
tεme œ̃ pø
tuʃe tε mɛ̃
sə sɑ̃tiʁ bjɛ̃
efləʁe tε lεvʁə
sə kʁwaʁə dɑ̃z- œ̃ ʁεvə
εtʁə dɑ̃ tε bʁa
tə vulwaʁ puʁ ʁwa.

ynə sεzɔ̃ saʃεvə
mεtɑ̃ fɛ̃ o ʁεvə
sə ʁevεje lə matɛ̃
avεk lə ʃaɡʁɛ̃
sə kuʃe lə swaʁ
ɑ̃ kɔ̃paɲi dy kafaʁ
ty ε lwɛ̃ də mwa
kə vε ʒə fεʁə sɑ̃ twa ? »

nə plys puvwaʁ uvʁiʁ lεz- iø
mε sə sɑ̃tiʁ mjø
kɔmə ynə plymə εtʁə leʒεʁə
nə plysz- avwaʁ lε pje syʁ teʁə
pɥi sɛ̃stalə lə dezaʁwa
ɑ̃ ba tut- ε nwaʁ e fʁwa
ynə fijə alɔ̃ʒe sɑ̃ vi
otuʁ dεllə sε pʁoʃə, sεz- ami.

lε suvəniʁ ʁəvjεne
tɑ̃ də tʁistεsə e də-εnə
œ̃ kuto, œ̃ kʁi stʁide
œ̃ kaʁəlaʒə kuvεʁ də sɑ̃
dε pεʁsɔnəz- ɑ̃ nwaʁə
səmɑ̃ lə dezεspwaʁ
œ̃n- ɔmə o lwɛ̃ suʁi
səlɥi ki ta ote la vi.

lɔmə kə ty εmε tɑ̃
ε la a tɔ̃n- ɑ̃tεʁəmɑ̃
il pləʁə sɑ̃ puvwaʁ saʁεte
il di kil ta tuʒuʁz- εme
alɔʁ puʁkwa tεtʁə tye ?
si sələmɑ̃ il savε
tu sə kə ty a sybi
də sə mal ki ʁit.

sεt ɔmə ɑ̃ nwaʁ
tə batε tus lε swaʁ
puʁ asuviʁ sεz- ɑ̃vi
ʒyska sə kə ty lɥi dizəz- ui
la il tə vjɔlε
pɑ̃dɑ̃ kə ty pləʁε.
la saləte sɛ̃stalε ɑ̃ twa
tɔ̃ ʁwa ty nə lə meʁitε pa.

ty lə lεsa la
il nə kɔ̃pʁi pa
mε setε puʁ sɔ̃ bjɛ̃
puʁ kil nə sə dutə də ʁjɛ̃.
œ̃ swaʁ, lɔmə εt- ɑ̃ kɔlεʁə
il a dy bwaʁə plys dœ̃ veʁə
il plɑ̃tə œ̃ kuto dɑ̃ tɔ̃ kœʁ
alɔʁ kə ty ε sa sœʁ…