Poème-France.com

Poeme : Epilogue D’Un Amoureux Transit.



Epilogue D’Un Amoureux Transit.

L’amour, ce sentiment dont je croyais avoir été privé
M’a explosé au visage par une soirée de fin d’été
Même si à l’époque nos cœurs n’étaient pas encore liés
Nos destins s’étaient croisés et le futur désormais scellé

Plus de six mois se sont écoulés depuis le premier jour
Où nos émotions respectives ont évoluées en amour
Tant de secondes écoulées, tant de temps est passé
Mais je n’en reviens toujours pas car même à présent
Notre rencontre reste fraîche comme si elle s’était faite il y a un instant

D’abord de bref passage l’un chez l’autre
Puis maintenant nous comptons les jours avant de se revoir
La distance est plus ou moins vaincue grâce en autre
Au téléphone illimité et à MSN pour se revoir

Tant de beaux jours enivrent mon esprit
Journée simplement à domicile à se câliner
Ou bien voyage romantique en Italie
Sans compter les musées et les autres sorties qui nous font rêver

Bien sûr les orages se créent parfois
Pour ne pas dire des typhons avec nos caractères entiers
Mais au final un compromis ressort de ces moments de désarroi
Et notre couple fragilisé peut alors se réconcilier pour l’éternité

Au moment où j’écris ces lignes dans le train
Qui doit me ramener vers le triste quotidien
Auto, boulot, dodo… loin de toi et de tes câlins
Je me sens atterré, nostalgique, en clair j’ai du chagrin

A peine nous voilà séparé après ces vacances
Que déjà tu me manques, tu es ma drogue, ma dépendance
Je passe mon temps à te dire que je t’aime
Mais si tu savais à quel point mon cœur peine
Lorsque des portes du paradis que tu m’ouvres
L’enfer se dévoile et attends patiemment qu’on se retrouve

Plus je t’aime et plus les départs sont difficiles
Mais j’essaye d’habituer mon cœur à rendre cela moins pénible
Afin que seuls les plus beaux moments persistent
Et que de notre idylle seule bonheur subsiste

Mon petit namour, tu m’as permis
L’accès à un monde où je me croyais banni
Et rien que pour cela je te dis merci
Je t’aime du plus profond de mon cœur et de mon esprit
Elanos

PostScriptum

Dédié à tous ceux qui parviennent à aimer au point de mourir lorsque l’on est éloigné de l’être aimé.
27-07-05


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

lamuʁ, sə sɑ̃timɑ̃e dɔ̃ ʒə kʁwajεz- avwaʁ ete pʁive
ma εksploze o vizaʒə paʁ ynə swaʁe də fɛ̃ dete
mεmə si a lepɔkə no kœʁ netε pa ɑ̃kɔʁə lje
no dεstɛ̃ setε kʁwazez- e lə fytyʁ dezɔʁmε sεlle

plys də si- mwa sə sɔ̃t- ekule dəpɥi lə pʁəmje ʒuʁ
u noz- emɔsjɔ̃ ʁεspεktivəz- ɔ̃ evɔlyez- ɑ̃n- amuʁ
tɑ̃ də səɡɔ̃dəz- ekule, tɑ̃ də tɑ̃z- ε pase
mε ʒə nɑ̃ ʁəvjɛ̃ tuʒuʁ pa kaʁ mεmə a pʁezɑ̃
nɔtʁə ʁɑ̃kɔ̃tʁə ʁεstə fʁεʃə kɔmə si εllə setε fεtə il i a œ̃n- ɛ̃stɑ̃

dabɔʁ də bʁεf pasaʒə lœ̃ ʃe lotʁə
pɥi mɛ̃tənɑ̃ nu kɔ̃tɔ̃ lε ʒuʁz- avɑ̃ də sə ʁəvwaʁ
la distɑ̃sə ε plysz- u mwɛ̃ vɛ̃kɥ ɡʁasə ɑ̃n- otʁə
o telefɔnə ilimite e a εm εs εn puʁ sə ʁəvwaʁ

tɑ̃ də bo ʒuʁz- ɑ̃nivʁe mɔ̃n- εspʁi
ʒuʁne sɛ̃pləmɑ̃ a dɔmisilə a sə kaline
u bjɛ̃ vwajaʒə ʁɔmɑ̃tikə ɑ̃n- itali
sɑ̃ kɔ̃te lε myzez- e lεz- otʁə- sɔʁti ki nu fɔ̃ ʁεve

bjɛ̃ syʁ lεz- ɔʁaʒə sə kʁee paʁfwa
puʁ nə pa diʁə dε tifɔ̃z- avεk no kaʁaktεʁəz- ɑ̃tje
mεz- o final œ̃ kɔ̃pʁɔmi ʁəsɔʁ də sε mɔmɑ̃ də dezaʁwa
e nɔtʁə kuplə fʁaʒilize pø alɔʁ sə ʁekɔ̃silje puʁ letεʁnite

o mɔmɑ̃ u ʒekʁi sε liɲə dɑ̃ lə tʁɛ̃
ki dwa mə ʁaməne vεʁ lə tʁistə kɔtidjɛ̃
oto, bulo, dɔdo… lwɛ̃ də twa e də tε kalɛ̃
ʒə mə sɑ̃sz- ateʁe, nɔstalʒikə, ɑ̃ klεʁ ʒε dy ʃaɡʁɛ̃

a pεnə nu vwala sepaʁe apʁε sε vakɑ̃sə
kə deʒa ty mə mɑ̃k, ty ε ma dʁɔɡ, ma depɑ̃dɑ̃sə
ʒə pasə mɔ̃ tɑ̃z- a tə diʁə kə ʒə tεmə
mε si ty savεz- a kεl pwɛ̃ mɔ̃ kœʁ pεnə
lɔʁskə dε pɔʁtə- dy paʁadi kə ty muvʁə
lɑ̃fe sə devwalə e atɑ̃ pasjamɑ̃ kɔ̃ sə ʁətʁuvə

plys ʒə tεmə e plys lε depaʁ sɔ̃ difisilə
mε ʒesεj dabitɥe mɔ̃ kœʁ a ʁɑ̃dʁə səla mwɛ̃ peniblə
afɛ̃ kə səl lε plys bo mɔmɑ̃ pεʁsiste
e kə də nɔtʁə idilə sələ bɔnœʁ sybzistə

mɔ̃ pəti namuʁ, ty ma pεʁmi
laksεz- a œ̃ mɔ̃də u ʒə mə kʁwajε bani
e ʁjɛ̃ kə puʁ səla ʒə tə di mεʁsi
ʒə tεmə dy plys pʁɔfɔ̃ də mɔ̃ kœʁ e də mɔ̃n- εspʁi