Poème-France.com

Poeme : À L’Aube De Ma Résurrection



À L’Aube De Ma Résurrection

À l’aube de ma résurrection

J’ai éraflé mes mains sur la pierre du restant
Nourris, de mes seins, tout, sauf un enfant
J’ai pointé, du doigt, demain, bien trop souvent
Et fais de mes matins un éternel recommencement

Avec ma tête, j’ai joué dans toutes les histoires
De mes pieds, j’ai glacé toutes les patinoires
Bien trop tôt, j’ai laissé, à mon ventre, croire
Que de cet Amour, de ces baisers, il en deviendrait le tiroir

Mes yeux se sont voilés, se sont fixés sur lui
Mes cheveux se sont arrachés, n’ayant plus de vie
Mon nez s’est rebouché, il n’y a plus rien à sentir la nuit
À part le vide et l’humidité que cause la pluie

J’avais prêté mes oreilles aux vibrations de sa voix
Avais évité les querelles, ayant mis à ma bouche un cadenas
J’ai bu trop du ciel et, maintenant, ma langue se noie
Rien n’est plus pareil, j’ai perdu ma croix

Mon estomac était remplit d’un sentiment qui le nourrissait
Mes poumons étaient détruis, tellement je respirais
Mais mon cœur s’est assombrit, même si je croyais qu’il ne le pouvait
Tellement il a brûlé, en cendres il a été réduit et maintenant : du sang noir j’en extrais.

(_) Fleur-de-Lys-O (_)
Flo Leclerc

PostScriptum

À l’aube de ma résurrection, il me hante, Lui, Celui de mon ancienne vie. . .


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

a lobə də ma ʁezyʁεksjɔ̃

ʒε eʁafle mε mɛ̃ syʁ la pjeʁə dy ʁεstɑ̃
nuʁʁi, də mε sɛ̃, tu, sof œ̃n- ɑ̃fɑ̃
ʒε pwɛ̃te, dy dwa, dəmɛ̃, bjɛ̃ tʁo suvɑ̃
e fε də mε matɛ̃z- œ̃n- etεʁnεl ʁəkɔmɑ̃səmɑ̃

avεk ma tεtə, ʒε ʒue dɑ̃ tutə lεz- istwaʁə
də mε pje, ʒε ɡlase tutə lε patinwaʁə
bjɛ̃ tʁo to, ʒε lεse, a mɔ̃ vɑ̃tʁə, kʁwaʁə
kə də sεt amuʁ, də sε bεze, il ɑ̃ dəvjɛ̃dʁε lə tiʁwaʁ

mεz- iø sə sɔ̃ vwale, sə sɔ̃ fikse syʁ lɥi
mε ʃəvø sə sɔ̃t- aʁaʃe, nεjɑ̃ plys də vi
mɔ̃ ne sε ʁəbuʃe, il ni a plys ʁjɛ̃ a sɑ̃tiʁ la nɥi
a paʁ lə vidə e lymidite kə kozə la plɥi

ʒavε pʁεte mεz- ɔʁεjəz- o vibʁasjɔ̃ də sa vwa
avεz- evite lε kəʁεllə, εjɑ̃ miz- a ma buʃə œ̃ kadəna
ʒε by tʁo dy sjεl e, mɛ̃tənɑ̃, ma lɑ̃ɡ sə nwa
ʁjɛ̃ nε plys paʁεj, ʒε pεʁdy ma kʁwa

mɔ̃n- εstɔmak etε ʁɑ̃pli dœ̃ sɑ̃timɑ̃ ki lə nuʁʁisε
mε pumɔ̃z- etε detʁɥi, tεllmɑ̃ ʒə ʁεspiʁε
mε mɔ̃ kœʁ sεt- asɔ̃bʁi, mεmə si ʒə kʁwajε kil nə lə puvε
tεllmɑ̃ il a bʁyle, ɑ̃ sɑ̃dʁəz- il a ete ʁedɥi e mɛ̃tənɑ̃ : dy sɑ̃ nwaʁ ʒɑ̃n- εkstʁε.

(asteʁiskə suliɲe asteʁiskə) flœʁ də lis ɔ (asteʁiskə suliɲe asteʁiskə)