Poème-France.com

Poeme : De La Haine La Jalousie S’Éleva



De La Haine La Jalousie S’Éleva

Le démon avait détruit ce que les hommes aimaient
Et il avait brûlé ce que les elfes avaient bâti
De ce monde ravagé avait disparu toute féérie
Et le chaos chaque jour un peu plus l’entraînait
Dans un cataclysme abyssal et plus noir
Que la robe des défunts. Par quelques mots
Il s’était joué du bonheur la joie faisait défaut
Partout la sombre haine semait le désespoir.

Le temps était venu d’en damner toutes les âmes
Afin que pour toujours ce monde fut condamné
Car il y avait encore des dragons bleutés
Qui regardaient avec dépit sa trame
Se dérouler sur la terre, détruisant leurs plaisirs
Mais ils en restaient cois, et ne combattaient pas
Aussi le grand démon, ce rouge et triste sire
Parcourut tout ce monde et à chacun clama
Que les dragons de la montagne étaient riches
Et qu’ils vivaient mieux que des dieux
Alors que ces fées et elfes maleureux
Se battaient quelquefois juste pour une miche
De pain sec et moisi, et chacun fut fâché
Il fallait partager ce qu’ils avaient caché
Ces dragons bleus qui vivaient comme des rois
Les hommes avancèrent avec bannière et croix.

Et c’est ainsi que la guerre engloutit les dragons
Et seul dans son volcan festoyait le démon
Car il avait détruit toute vie toute joie
Il n’était plus sur terre que le sang et la poix.
Ikare

PostScriptum

Chapitre… 5 je crois de la geste du démon… merci de me dire ce que vous en pensez


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

lə demɔ̃ avε detʁɥi sə kə lεz- ɔməz- εmε
e il avε bʁyle sə kə lεz- εlfəz- avε bati
də sə mɔ̃də ʁavaʒe avε dispaʁy tutə feeʁi
e lə ʃao ʃakə ʒuʁ œ̃ pø plys lɑ̃tʁεnε
dɑ̃z- œ̃ kataklismə abisal e plys nwaʁ
kə la ʁɔbə dε defœ̃. paʁ kεlk mo
il setε ʒue dy bɔnœʁ la ʒwa fəzε defo
paʁtu la sɔ̃bʁə-εnə səmε lə dezεspwaʁ.

lə tɑ̃z- etε vəny dɑ̃ damne tutə lεz- amə
afɛ̃ kə puʁ tuʒuʁ sə mɔ̃də fy kɔ̃damne
kaʁ il i avε ɑ̃kɔʁə dε dʁaɡɔ̃ bløte
ki ʁəɡaʁdε avεk depi sa tʁamə
sə deʁule syʁ la teʁə, detʁɥizɑ̃ lœʁ plεziʁ
mεz- ilz- ɑ̃ ʁεstε kwa, e nə kɔ̃batε pa
osi lə ɡʁɑ̃ demɔ̃, sə ʁuʒə e tʁistə siʁə
paʁkuʁy tu sə mɔ̃də e a ʃakœ̃ klama
kə lε dʁaɡɔ̃ də la mɔ̃taɲə etε ʁiʃə
e kil vivε mjø kə dε djø
alɔʁ kə sε fez- e εlfə maləʁø
sə batε kεlkəfwa ʒystə puʁ ynə miʃə
də pɛ̃ sεk e mwazi, e ʃakœ̃ fy faʃe
il falε paʁtaʒe sə kilz- avε kaʃe
sε dʁaɡɔ̃ bløs ki vivε kɔmə dε ʁwa
lεz- ɔməz- avɑ̃sεʁe avεk banjεʁə e kʁwa.

e sεt- ɛ̃si kə la ɡeʁə ɑ̃ɡluti lε dʁaɡɔ̃
e səl dɑ̃ sɔ̃ vɔlkɑ̃ fεstwajε lə demɔ̃
kaʁ il avε detʁɥi tutə vi tutə ʒwa
il netε plys syʁ teʁə kə lə sɑ̃ e la pwa.