Poème-France.com

Poeme : De Ces Cendres Naquit L’Espoir



De Ces Cendres Naquit L’Espoir

Partout le malheur sur le monde s’étendait
Et le démon réjouit, en haut de son volcan
Les regardait mourir et souffrir en hurlant
Dans le ciel nocturne les étoiles se mourraient
Et elles pâlissaient, laissant le triste monde
S’enfoncer dans le noir seul et abandonné
Et la foudre, le tonnerre, comme un refrain chanté
Par milles voix démoniques fouettaient l’air d’une fronde…

Les vivants de cette terre en avaient oublié
Le bon temps de jadis, et ils restaient errer
A travers le chaos, le feu et puis la mort
Ils avaient oublié qui leur avait fait tort
Leurs tristes souvenirs débutaient en ce temps
Où déjà leurs légions dévastaient tous leurs champs
Mais en eux une chose à son tour était née
Qui les poussait plus loin vers leur noire destinée
Quelle était cette étoile, quel était cet espoir
Car c’était l’espérance que de ses yeux brûlants
Le démon voyait scintiller dans le ciel noir
L’espérérance des damnés et celle des enfants.

Le démon, au désespoir hurla à la lune
Comme le triste loup à travers les dunes.
Les prières éclataient comme la nouvelle étoile
Car si le mal toujours oeuvre à tisser sa toile
Le bien et l’espérance sont toujours accessibles
Et jamais l’on pourra détruire ces deux cibles.
Ikare

PostScriptum

Voila, 6eme et dernier chapitre de la geste du démon… continuez à me donner votre avis, merci


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

paʁtu lə malœʁ syʁ lə mɔ̃də setɑ̃dε
e lə demɔ̃ ʁeʒui, ɑ̃-o də sɔ̃ vɔlkɑ̃
lε ʁəɡaʁdε muʁiʁ e sufʁiʁ ɑ̃n- yʁlɑ̃
dɑ̃ lə sjεl nɔktyʁnə lεz- etwalə sə muʁʁε
e εllə palisε, lεsɑ̃ lə tʁistə mɔ̃də
sɑ̃fɔ̃se dɑ̃ lə nwaʁ səl e abɑ̃dɔne
e la fudʁə, lə tɔneʁə, kɔmə œ̃ ʁəfʁɛ̃ ʃɑ̃te
paʁ milə vwa demɔnik fuεtε lεʁ dynə fʁɔ̃də…

lε vivɑ̃ də sεtə teʁə ɑ̃n- avε ublje
lə bɔ̃ tɑ̃ də ʒadi, e il ʁεstε eʁe
a tʁavεʁ lə ʃao, lə fø e pɥi la mɔʁ
ilz- avε ublje ki lœʁ avε fε tɔʁ
lœʁ tʁistə suvəniʁ debytε ɑ̃ sə tɑ̃
u deʒa lœʁ leʒjɔ̃ devastε tus lœʁ ʃɑ̃
mεz- ɑ̃n- øz- ynə ʃozə a sɔ̃ tuʁ etε ne
ki lε pusε plys lwɛ̃ vεʁ lœʁ nwaʁə dεstine
kεllə etε sεtə etwalə, kεl etε sεt εspwaʁ
kaʁ setε lεspeʁɑ̃sə kə də sεz- iø bʁylɑ̃
lə demɔ̃ vwajε sɛ̃tije dɑ̃ lə sjεl nwaʁ
lεspeʁeʁɑ̃sə dε damnez- e sεllə dεz- ɑ̃fɑ̃.

lə demɔ̃, o dezεspwaʁ yʁla a la lynə
kɔmə lə tʁistə lu a tʁavεʁ lε dynə.
lε pʁjεʁəz- eklatε kɔmə la nuvεllə etwalə
kaʁ si lə mal tuʒuʁz- œvʁə a tise sa twalə
lə bjɛ̃ e lεspeʁɑ̃sə sɔ̃ tuʒuʁz- aksesiblə
e ʒamε lɔ̃ puʁʁa detʁɥiʁə sε dø siblə.