Poème-France.com

Poeme : Je N’Arrive Pas A T’Oublier



Je N’Arrive Pas A T’Oublier

Ces quelques jours avec toi
M’on rendue heureuse
Tu étais si romantique avec moi
Je suis tombée amoureuse
Mais quand tu es parti
Je ne savais pas si c’était vraiment fini.
Mais je t’avou qu’entre temps
Il n’y a pas si longtemps
J’ai cru trouver un autre amour
Et que je t’avais oublié
Mais toi et moi c’est pour toujours,
Je voudrais t’embrasser
Et sentir ton odeur,
Celle qui fait battre mon cœur.
Je me souviens de tes carresses
De nos moments de tendresses
On se promenaient mains dans la main
C’était tellement bien !
Je ne sais pas pourquoi
Mais je pense encore a toi
C’est la première fois que ça me fais ça
J’ai du mal a t’oublié Mattia.
Je pensais l’avoir fait
Je croyais que je le kiffais
C’est vrai que je pensais a lui
Mais je me rend compte aujourd’hui
Que je pourrais faire n’importe quoi,
Tout lacher pour toi.
Impossible d’expliquer cet effet
Tout ce que je ressent
Pour toi je n’ai pas de secret
Tu connais mes sentiments.
Il m’arrive encors de pleurer
En repensant a nos baisers
Tu es l’homme le plus magnifique
Avec toi tout est magique
J’ai juste a regarder le ciel
Pour savoir que notre amour est éternel.
Le plus tragique dans tous cela
C’est qu’on ne se reverra peut être pas
Je sais au fond de moi
Que des autres il y en aura
Mais sache que toi
Tu seras toujours là
Tu hanteras mes pensés
Car je ne cesserait de t’aimer.
Lilou

PostScriptum

ba je suis sorti avec un garçon seulement 3 jours mais c’était les plus
beaux jours de ma vie je crois bien ! ! !


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

sε kεlk ʒuʁz- avεk twa
mɔ̃ ʁɑ̃dɥ œʁøzə
ty etε si ʁɔmɑ̃tikə avεk mwa
ʒə sɥi tɔ̃be amuʁøzə
mε kɑ̃ ty ε paʁti
ʒə nə savε pa si setε vʁεmɑ̃ fini.
mε ʒə tavu kɑ̃tʁə tɑ̃
il ni a pa si lɔ̃tɑ̃
ʒε kʁy tʁuve œ̃n- otʁə amuʁ
e kə ʒə tavεz- ublje
mε twa e mwa sε puʁ tuʒuʁ,
ʒə vudʁε tɑ̃bʁase
e sɑ̃tiʁ tɔ̃n- ɔdœʁ,
sεllə ki fε batʁə mɔ̃ kœʁ.
ʒə mə suvjɛ̃ də tε kaʁesə
də no mɔmɑ̃ də tɑ̃dʁesə
ɔ̃ sə pʁɔmənε mɛ̃ dɑ̃ la mɛ̃
setε tεllmɑ̃ bjɛ̃ !
ʒə nə sε pa puʁkwa
mε ʒə pɑ̃sə ɑ̃kɔʁə a twa
sε la pʁəmjεʁə fwa kə sa mə fε sa
ʒε dy mal a tublje matja.
ʒə pɑ̃sε lavwaʁ fε
ʒə kʁwajε kə ʒə lə kifε
sε vʁε kə ʒə pɑ̃sεz- a lɥi
mε ʒə mə ʁɑ̃ kɔ̃tə oʒuʁdɥi
kə ʒə puʁʁε fεʁə nɛ̃pɔʁtə kwa,
tu laʃe puʁ twa.
ɛ̃pɔsiblə dεksplike sεt efε
tu sə kə ʒə ʁəse
puʁ twa ʒə nε pa də sεkʁε
ty kɔnε mε sɑ̃timɑ̃.
il maʁivə ɑ̃kɔʁ də pləʁe
ɑ̃ ʁəpɑ̃sɑ̃ a no bεze
ty ε lɔmə lə plys maɲifikə
avεk twa tut- ε maʒikə
ʒε ʒystə a ʁəɡaʁde lə sjεl
puʁ savwaʁ kə nɔtʁə amuʁ εt- etεʁnεl.
lə plys tʁaʒikə dɑ̃ tus səla
sε kɔ̃ nə sə ʁəveʁa pø εtʁə pa
ʒə sεz- o fɔ̃ də mwa
kə dεz- otʁəz- il i ɑ̃n- oʁa
mε saʃə kə twa
ty səʁa tuʒuʁ la
ty-ɑ̃təʁa mε pɑ̃se
kaʁ ʒə nə sesəʁε də tεme.