Poème-France.com

Poeme : L’Histoire



L’Histoire

Je sais que tu dissimules des choses Utilisant des mots doux pour m’abriter tes mots ont ressemblé à un rêve, mais aux rêves ne pouvaient jamais me tromper Pas si facilement
J’ai agi de si loin alors que je ne te t’ai dit au revoir avant que vous tu soit partie Mais j’écoutais tu te battait avec tes batailles loin de moi, Beaucoup trop facilement

« Sauver nos causes des larmes je reviendrai »
Je pourrais entendre dire que tu avait chuchoté comme tu Avait marché par cette porte Mais tout de même j’ai juré de cacher la douleur, quand je revois les pages de l’histoire qui pourraient avoir été la réponse
Et pleuré toutes les larmes de mon corps

Penser mille mots ils on n’a jamais parlé
Voleront vers nous, traversant le temps et la distance vous tenant,
Suspendu sur des ailes d’argent
Et mille mots mille confessions feront
Que toutes les douleur que nous sentez semblent lointaines
Et qu’ils vous tiendront pour toujours ensemble

Le rêve n’est pas fini encore
La pensée, dit souvent que je ne peux pas oublier que je délivre
Toujours, ce jour ; tu était là avec moi entièrement je t’entends toujours dire
« Attends-moi, je t’écrirai des lettres »
Je pourrais voir comment nous sommes debout de notre œil

Causez mille mots appelés par les âges
Qui voleront vers nous bien que nous ne puissions pas voir, mais je sais qu’ils vous atteignent, suspendu sur des ailes d’argent
Oh mille mots mille embrassements feront de nos jours las, lointains et qu’ils nous tiendront pour toujours ensemble
Oh on n’a jamais parlé de ces mille mots qui voleront vers vous
Et qui nous porteront à la maison, et dans tes bras suspendus sur des ailes d’argent
Feront que toutes les années solitaires aux jours solitaires
Nous tiendront pour toujours sur des ailes d’argent, et mille mots nous rapprochera pour toujours… .
Mushuu

PostScriptum

tt ce ki marrive le voila


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

ʒə sε kə ty disimylə dε ʃozəz- ytilizɑ̃ dε mo du puʁ mabʁite tε moz- ɔ̃ ʁəsɑ̃ble a œ̃ ʁεvə, mεz- o ʁεvə nə puvε ʒamε mə tʁɔ̃pe pa si fasiləmɑ̃
ʒε aʒi də si lwɛ̃ alɔʁ kə ʒə nə tə tε di o ʁəvwaʁ avɑ̃ kə vu ty swa paʁti mε ʒekutε ty tə batε avεk tε batajə lwɛ̃ də mwa, boku tʁo fasiləmɑ̃

« sove no kozə dε laʁmə- ʒə ʁəvjɛ̃dʁε »
ʒə puʁʁεz- ɑ̃tɑ̃dʁə diʁə kə ty avε ʃyʃɔte kɔmə ty avε maʁʃe paʁ sεtə pɔʁtə mε tu də mεmə ʒε ʒyʁe də kaʃe la dulœʁ, kɑ̃ ʒə ʁəvwa lε paʒə də listwaʁə ki puʁʁε avwaʁ ete la ʁepɔ̃sə
e pləʁe tutə lε laʁmə- də mɔ̃ kɔʁ

pɑ̃se milə moz- ilz- ɔ̃ na ʒamε paʁle
vɔləʁɔ̃ vεʁ nu, tʁavεʁsɑ̃ lə tɑ̃z- e la distɑ̃sə vu tənɑ̃,
syspɑ̃dy syʁ dεz- εlə daʁʒe
e milə mo milə kɔ̃fesjɔ̃ fəʁɔ̃
kə tutə lε dulœʁ kə nu sɑ̃te sɑ̃ble lwɛ̃tεnə
e kil vu tjɛ̃dʁɔ̃ puʁ tuʒuʁz- ɑ̃sɑ̃blə

lə ʁεvə nε pa fini ɑ̃kɔʁə
la pɑ̃se, di suvɑ̃ kə ʒə nə pø pa ublje kə ʒə delivʁə
tuʒuʁ, sə ʒuʁ, ty etε la avεk mwa ɑ̃tjεʁəmɑ̃ ʒə tɑ̃tɑ̃ tuʒuʁ diʁə
« atɑ̃ mwa, ʒə tekʁiʁε dε lεtʁəs »
ʒə puʁʁε vwaʁ kɔmɑ̃ nu sɔmə dəbu də nɔtʁə œj

koze milə moz- apəle paʁ lεz- aʒə
ki vɔləʁɔ̃ vεʁ nu bjɛ̃ kə nu nə pɥisjɔ̃ pa vwaʁ, mε ʒə sε kil vuz- atεɲe, syspɑ̃dy syʁ dεz- εlə daʁʒe
ɔ milə mo milə ɑ̃bʁasəmɑ̃ fəʁɔ̃ də no ʒuʁ las, lwɛ̃tɛ̃z- e kil nu tjɛ̃dʁɔ̃ puʁ tuʒuʁz- ɑ̃sɑ̃blə
ɔ ɔ̃ na ʒamε paʁle də sε milə mo ki vɔləʁɔ̃ vεʁ vu
e ki nu pɔʁtəʁɔ̃ a la mεzɔ̃, e dɑ̃ tε bʁa syspɑ̃dys syʁ dεz- εlə daʁʒe
fəʁɔ̃ kə tutə lεz- ane sɔlitεʁəz- o ʒuʁ sɔlitεʁə
nu tjɛ̃dʁɔ̃ puʁ tuʒuʁ syʁ dεz- εlə daʁʒe, e milə mo nu ʁapʁoʃəʁa puʁ tuʒuʁ…