Poème-France.com

Poeme : L’Impoésie Poétique



L’Impoésie Poétique

Je me dis que la poésie n’existe pas plusse qu’elle n’existe pas dans la réalité, et
Qu’elle n’existe pas, sauf quand on y pense, donc sauf quand on y réfléchit
Au fond poésie = cerveau
Mais
Il y a aussi la volonté de dieu
Le cerveau de dieu
Qui est la seule poésie à laquelle l’homme ne peut penser qu’en tant que lui-même
Je me dis que la poésie n’existe pas plusse qu’elle n’existe pas dans la réalité, et
Qu’elle n’existe pas, sauf quand on y pense, donc sauf quand on y réfléchit

Au fond réalité = impoésie poétique
Puisque la réalité vient de dieu
Et que dieu est apolitiquement poétique
Mais
Il y a aussi la réalité des hommes
La poésie des hommes
Qui, outre le fait d’homme,
Est la seule réalité à laquelle l’homme ne peut penser qu’en singeant dieu et ses victimes
La seule réalité à laquelle l’homme participe en tant qu’homme pour l’homme
L’homme est amour, car l’homme sans l’homme n’existe pas
L’homme est poésie, car l’amour pour l’amour n’existe pas
Tiens je vais continuer


« Le ciel est bleu aujourd’hui »
« Non il est turquoise »
« Je dirais plutôt un turquoise pâle »
« Oui le ciel est bleu pâle on dirait »
« Enfin bleu ciel quoi »

Et finalement à la fin, c’est l’évidence même… à la fin cependant, néanmoins qu’une conversation pourrait commencer et finir aussitôt
N’est-ce pas le but de toute conversation ? ne pas converser, ne pas convertir, donc converser sans faire la conversion d’individu à individu, sans demander même ce que tel mot lui évoque, non pas dans la conversation, mais ce que ce même mot aurait pu lui éviter de commettre pendant
Car s’il vient une conversation, de surcroît une idée dans la conversation, partagée ou pas, c’est qu’il y avait une problématique entre les individus dès le départ

(Je suis mais je ne suis pas)
« Bonjour ! »
(Qu’attendez-vous de moi ? )
« Ca va ? »
(Il faut en attendre)
« Oui, et toi ? »
(Je n’attends rien)
« Ca va moyennement »
(Il ne demande rien)
« Qu’est ce qui ne va pas ? »
(Je ne réponds rien)
« Ma femme est partie »
(Il n’existe pas)
« Pourquoi ? »
(Je suis et je ne suis rien)
« Pour un autre homme »

Ici comme souvent l’absurde est de mise, car à quoi bon parler de sa femme qui est partie, alors que foncièrement l’autre en aura toujours rien à foutre, ou se donnera l’illusion d’être concerné, par faiblesse affective : par lâcheté de soi à ne pas parler de soi, par ego potentiel blessé, par l’infériorisation de l’autre qui a eu une femme, et qui connaît maintenant le fait de ne plus en avoir, par intimidation inconsciente paranoïsée, le tout débouchant sur l’hypocrisie de l’autre, déguisée en intéressement.
Voilà souvent ce qui motive les gens à se faire la conversation : une hypocrisie, un faire-semblant
Et en vérité conservation est davantage correct que conversation
Préservation de son instinct potentiel à se prémunir, à se protéger, en faisant une diversion pitoyable, qui ne peut pas être une diversion, car une conversation n’est jamais que rien… et tout
… Tout… et rien…
Le rien console, rassure, à la seule condition qu’il soit quelque chose
Légitimité
Le jour où les hommes s’éveilleront, ils comprendront qu’il fallait rester couché
Bienheureux sont ceux qui peuvent se coucher sur leur vérité, malheureux sont ceux qui essayent de secouer le drap alors qu’ils y sont encore allongés… mais il y a du vent dehors, le corps est une pierre, s’il fallait secouer les draps, les draps nous échapperaient, et il ne resterait plus que nous, toujours debout pour rien, pas plusse que nous étions allongés pour quelque chose.
Pendantce

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

ʒə mə di kə la pɔezi nεɡzistə pa plysə kεllə nεɡzistə pa dɑ̃ la ʁealite, e
kεllə nεɡzistə pa, sof kɑ̃t- ɔ̃n- i pɑ̃sə, dɔ̃k sof kɑ̃t- ɔ̃n- i ʁefleʃi
o fɔ̃ pɔezi eɡal sεʁvo

il i a osi la vɔlɔ̃te də djø
lə sεʁvo də djø
ki ε la sələ pɔezi a lakεllə lɔmə nə pø pɑ̃se kɑ̃ tɑ̃ kə lɥi mεmə
ʒə mə di kə la pɔezi nεɡzistə pa plysə kεllə nεɡzistə pa dɑ̃ la ʁealite, e
kεllə nεɡzistə pa, sof kɑ̃t- ɔ̃n- i pɑ̃sə, dɔ̃k sof kɑ̃t- ɔ̃n- i ʁefleʃi

o fɔ̃ ʁealite eɡal ɛ̃pɔezi pɔetikə
pɥiskə la ʁealite vjɛ̃ də djø
e kə djø εt- apɔlitikəmɑ̃ pɔetikə

il i a osi la ʁealite dεz- ɔmə
la pɔezi dεz- ɔmə
ki, utʁə lə fε dɔmə,
ε la sələ ʁealite a lakεllə lɔmə nə pø pɑ̃se kɑ̃ sɛ̃ʒɑ̃ djø e sε viktimə
la sələ ʁealite a lakεllə lɔmə paʁtisipə ɑ̃ tɑ̃ kɔmə puʁ lɔmə
lɔmə εt- amuʁ, kaʁ lɔmə sɑ̃ lɔmə nεɡzistə pa
lɔmə ε pɔezi, kaʁ lamuʁ puʁ lamuʁ nεɡzistə pa
tjɛ̃ ʒə vε kɔ̃tinɥe


« lə sjεl ε blø oʒuʁdɥi »
« nɔ̃ il ε tyʁkwazə »
« ʒə diʁε plyto œ̃ tyʁkwazə palə »
« ui lə sjεl ε blø palə ɔ̃ diʁεt »
« ɑ̃fɛ̃ blø sjεl kwa »

e finaləmɑ̃ a la fɛ̃, sε levidɑ̃sə mεmə… a la fɛ̃ səpɑ̃dɑ̃, neɑ̃mwɛ̃ kynə kɔ̃vεʁsasjɔ̃ puʁʁε kɔmɑ̃se e finiʁ osito
nε sə pa lə byt də tutə kɔ̃vεʁsasjɔ̃ ? nə pa kɔ̃vεʁse, nə pa kɔ̃vεʁtiʁ, dɔ̃k kɔ̃vεʁse sɑ̃ fεʁə la kɔ̃vεʁsjɔ̃ dɛ̃dividy a ɛ̃dividy, sɑ̃ dəmɑ̃de mεmə sə kə tεl mo lɥi evɔkə, nɔ̃ pa dɑ̃ la kɔ̃vεʁsasjɔ̃, mε sə kə sə mεmə mo oʁε py lɥi evite də kɔmεtʁə pɑ̃dɑ̃
kaʁ sil vjɛ̃ ynə kɔ̃vεʁsasjɔ̃, də syʁkʁwa ynə ide dɑ̃ la kɔ̃vεʁsasjɔ̃, paʁtaʒe u pa, sε kil i avε ynə pʁɔblematikə ɑ̃tʁə lεz- ɛ̃dividys dε lə depaʁ

(ʒə sɥi mε ʒə nə sɥi pas)
« bɔ̃ʒuʁ ! »
(katɑ̃de vu də mwa ? )
« ka va ? »
(il fo ɑ̃n- atɑ̃dʁə)
« ui, e twa ? »
(ʒə natɑ̃ ʁjən)
« ka va mwajεnəmεnt »
(il nə dəmɑ̃də ʁjən)
« kε sə ki nə va pa ? »
(ʒə nə ʁepɔ̃ ʁjən)
« ma famə ε paʁtjə »
(il nεɡzistə pas)
« puʁkwa ? »
(ʒə sɥiz- e ʒə nə sɥi ʁjən)
« puʁ œ̃n- otʁə ɔmə »

isi kɔmə suvɑ̃ labsyʁdə ε də mizə, kaʁ a kwa bɔ̃ paʁle də sa famə ki ε paʁti, alɔʁ kə fɔ̃sjεʁəmɑ̃ lotʁə ɑ̃n- oʁa tuʒuʁ ʁjɛ̃ a futʁə, u sə dɔnəʁa lilyzjɔ̃ dεtʁə kɔ̃sεʁne, paʁ fεblεsə afεktivə : paʁ laʃəte də swa a nə pa paʁle də swa, paʁ əɡo pɔtɑ̃sjεl blese, paʁ lɛ̃feʁjɔʁizasjɔ̃ də lotʁə ki a y ynə famə, e ki kɔnε mɛ̃tənɑ̃ lə fε də nə plysz- ɑ̃n- avwaʁ, paʁ ɛ̃timidasjɔ̃ ɛ̃kɔ̃sjɑ̃tə paʁanɔize, lə tu debuʃɑ̃ syʁ lipɔkʁizi də lotʁə, deɡize ɑ̃n- ɛ̃teʁəsəmɑ̃.
vwala suvɑ̃ sə ki mɔtivə lε ʒɑ̃z- a sə fεʁə la kɔ̃vεʁsasjɔ̃ : ynə ipɔkʁizi, œ̃ fεʁə sɑ̃blɑ̃
e ɑ̃ veʁite kɔ̃sεʁvasjɔ̃ ε davɑ̃taʒə kɔʁεkt kə kɔ̃vεʁsasjɔ̃
pʁezεʁvasjɔ̃ də sɔ̃n- ɛ̃stɛ̃ pɔtɑ̃sjεl a sə pʁemyniʁ, a sə pʁɔteʒe, ɑ̃ fəzɑ̃ ynə divεʁsjɔ̃ pitwajablə, ki nə pø pa εtʁə ynə divεʁsjɔ̃, kaʁ ynə kɔ̃vεʁsasjɔ̃ nε ʒamε kə ʁjɛ̃… e tu
… tu… e ʁjɛ̃…
lə ʁjɛ̃ kɔ̃sɔlə, ʁasyʁə, a la sələ kɔ̃disjɔ̃ kil swa kεlkə ʃozə
leʒitimite
lə ʒuʁ u lεz- ɔmə sevεjʁɔ̃, il kɔ̃pʁɑ̃dʁɔ̃ kil falε ʁεste kuʃe
bjɛ̃əʁø sɔ̃ sø ki pəve sə kuʃe syʁ lœʁ veʁite, maləʁø sɔ̃ sø ki esεje də səkue lə dʁa alɔʁ kilz- i sɔ̃t- ɑ̃kɔʁə alɔ̃ʒe… mεz- il i a dy vɑ̃ dəɔʁ, lə kɔʁz- εt- ynə pjeʁə, sil falε səkue lε dʁa, lε dʁa nuz- eʃapəʁε, e il nə ʁεstəʁε plys kə nu, tuʒuʁ dəbu puʁ ʁjɛ̃, pa plysə kə nuz- esjɔ̃z- alɔ̃ʒe puʁ kεlkə ʃozə.