Poème-France.com

Poeme : L’Indifférence



L’Indifférence

Ne pas être indifférent est souvent une illusion ; la plupart du temps les gens vous sourient mais restent dans leurs problèmes ==> si les gens ne s’en sortent pas, c’est qu’ils ne peuvent et ne veulent pas ==> s’ils ne peuvent et ne veulent pas c’est parce qu’ils n’ont pas encore conscience (la conscience est un acte) ou bien c’est que le fait de rester avec ses problèmes représente une sécurité intérieure, c’est à dire le fait d’être en sécurité par rapport au fait de s’en sortir, chose que l’on craint souvent.
Bonne question d’ailleurs ; comment peut-on ne pas être indifférent ?
Hormis le fait que cela nous permet de liquider des émotions, déjà on pourrait dire que d’individu à individu, se sentir concerné c’est comme craindre qu’il nous arrive la même chose, par appréhension et anticipation.
Du coup on prend les devants, et au lieu de se dire consciemment à nous mêmes : « C’est son problème », on préfère refouler cette idée et se l’approprier.
L’inconscient dit : « Oui c’est son problème mais non je ne peux pas l’admettre » (refoulement) , et le conscient suit en disant : « Je ne suis pas indifférent à ton problème ».
Or ce mode de fonctionnement est déjà un peu pathologique ; comment voulez-vous accompagner quelqu’un (et non l’aider ! ) , si vous-mêmes vous êtes légèrement déviants ?
(Voire aussi Empathie et Sympathie)

Pour le reste ; question philo-méta-spirituo-physique ; je laisse le soin à chacun d’y réfléchir.
Pendantce

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

nə pa εtʁə ɛ̃difeʁɑ̃ ε suvɑ̃ ynə ilyzjɔ̃, la plypaʁ dy tɑ̃ lε ʒɑ̃ vu suʁje mε ʁεste dɑ̃ lœʁ pʁɔblεməz- eɡal eɡal sypeʁjœʁ si lε ʒɑ̃ nə sɑ̃ sɔʁte pa, sε kil nə pəve e nə vəle pa eɡal eɡal sypeʁjœʁ sil nə pəve e nə vəle pa sε paʁsə kil nɔ̃ pa ɑ̃kɔʁə kɔ̃sjɑ̃sə (la kɔ̃sjɑ̃sə εt- œ̃n- aktə) u bjɛ̃ sε kə lə fε də ʁεste avεk sε pʁɔblεmə ʁəpʁezɑ̃tə ynə sekyʁite ɛ̃teʁjəʁə, sεt- a diʁə lə fε dεtʁə ɑ̃ sekyʁite paʁ ʁapɔʁ o fε də sɑ̃ sɔʁtiʁ, ʃozə kə lɔ̃ kʁɛ̃ suvɑ̃.
bɔnə kεstjɔ̃ dajœʁ, kɔmɑ̃ pø tɔ̃ nə pa εtʁə ɛ̃difeʁɑ̃ ?
ɔʁmi lə fε kə səla nu pεʁmε də likide dεz- emɔsjɔ̃, deʒa ɔ̃ puʁʁε diʁə kə dɛ̃dividy a ɛ̃dividy, sə sɑ̃tiʁ kɔ̃sεʁne sε kɔmə kʁɛ̃dʁə kil nuz- aʁivə la mεmə ʃozə, paʁ apʁeɑ̃sjɔ̃ e ɑ̃tisipasjɔ̃.
dy ku ɔ̃ pʁɑ̃ lε dəvɑ̃, e o ljø də sə diʁə kɔ̃sjamɑ̃ a nu mεmə : « sε sɔ̃ pʁɔblεmə », ɔ̃ pʁefεʁə ʁəfule sεtə ide e sə lapʁɔpʁje.
lɛ̃kɔ̃sjɑ̃ di : « ui sε sɔ̃ pʁɔblεmə mε nɔ̃ ʒə nə pø pa ladmεtʁə » (ʁəfuləmεnt) , e lə kɔ̃sjɑ̃ sɥi ɑ̃ dizɑ̃ : « ʒə nə sɥi pa ɛ̃difeʁɑ̃ a tɔ̃ pʁɔblεmə ».
ɔʁ sə mɔdə də fɔ̃ksjɔnəmɑ̃ ε deʒa œ̃ pø patɔlɔʒikə, kɔmɑ̃ vule vuz- akɔ̃paɲe kεlkyn (εt nɔ̃ lεde ! ) , si vu mεmə vuz- εtə leʒεʁəmɑ̃ devjɑ̃ ?
(vwaʁə osi ɑ̃pati e sɛ̃patjə)

puʁ lə ʁεstə, kεstjɔ̃ filo meta spiʁityo fizikə, ʒə lεsə lə swɛ̃ a ʃakœ̃ di ʁefleʃiʁ.