Poème-France.com

Poeme : Une Histoire D’Amour



Une Histoire D’Amour

Un jour je t’ai rencontré c’était dans Bernay
Jamais j’pourrais oublier cet instant passé
Ce que j’ai ressentie en ce moment précis
Jamais par le passé ce sentiment m’avais traversée.
Amour, sentiments incontrolés
Regard amoureux, affection passionnée
C’est message que je voulais te porter
Malheureusement tu était trop pris, tant pis.
Les jours défilés, je ne parvenais a t’oublier.
Mon espoir c’est pourtant envolé
Jamais tu ne m’aimeras,
Tu as déjà tes préférées.
Pourtant un soir, désespérée
J’entendis mon portable vibrer,
Un espoir c’était réveillé
Quand j’ai vu ton nom signé
Sur le message que tu m’avais envoyé.
Alors en moi tout c’est agité,
Tout ce que j’avais caché pendant des mois entiers.
Puis je t’ai revu, proche on est devenu
Et puis un matin tout à dérapé on s’est
Embrassé. Tous les deux gelés ce mercredi
Devant le lycée mutuellement on s’est
Réchauffé, tendresse, passion j’éprouvais
Blottie dans tes bras je voulais rester et ce
Pour l’éternité.
Une divinité m’avais frapper de plein fouet
Celle qui me donne le pouvoir d’aimer

Une semaine s’est écoulée, j’étais heureuse,
Remplie de bonheur pourtant tout cela s’est écroulée
Ce mercredi après-midi où il m’a dit
Que c’était fini.
A partir de là, tout s’est effondré et il encombré mes pensées, rêves Et mes journées
Il n’y a que à lui que je tenais, maintenant c’est fini tout ce rêve Etait bien passé
Mais je n’arrivais toujours pas à oublier
Car dans mon amour propre il m’avait beaucoup blessé
Je l’ai pourtant revu, ce lundi soir doré où il m’a prise dans ces Bras et j’ai faillit pleurer,
Et quand mon amie est partie on s’est embrassée mon rêve recommencé a se réaliser
Un rêve ça ne dure pas toute la vie pourtant celui ci j’espérais Arriver à le prolonger
Mon cœur a été touché de la plus belle chose qui puisse exister
Cupidon m’a envoyé sa flèche empoissonnée,
Je suis a jamais prisonnière de cet amour que j’éprouvais
Eprouve et continuerai d’éprouver son nom résonne
En moi l’éternité.
Il hante mes pensées chaque seconde passée
Je voudrai être avec lui.
C’est avec les larmes aux yeux que je continue cette histoire que j’aurai bien voulu terminer par ils vécurent heureux et eurent Beaucoup d’enfants mais tout à recommencé
Cette fois c’était un dimanche après-midi quand mon portable a vibré
Pour m’annoncer que mon rêve s’achevé
Encore une fois tu m’as fait souffrir
Je vais donc essayer de tout oublier
Tous ces moments magiques passés dans tes bras où tu me réchauffais
C’est bel et bien terminé comme ce poème qui finira sur ces mots, mon rêve s’est effondré
Et pourtant je t’aimerai pour l’éternité

La vie nous réserve parfois des surprises, on dit jamais deux sans trois,
Et la troisième fois est arrivée Tout ce bonheur a recommencé ça fait bientôt cinq mois.
Cette fois je compte bien le garder lui et moi c’est pour l’éternité.
Jamais je n’ai baissé les bras, toujours il hanté mes pensées et il est venu me retrouvé.
Rhys

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

œ̃ ʒuʁ ʒə tε ʁɑ̃kɔ̃tʁe setε dɑ̃ bεʁnε
ʒamε ʒpuʁʁεz- ublje sεt ɛ̃stɑ̃ pase
sə kə ʒε ʁəsɑ̃ti ɑ̃ sə mɔmɑ̃ pʁesi
ʒamε paʁ lə pase sə sɑ̃timɑ̃ mavε tʁavεʁse.
amuʁ, sɑ̃timɑ̃z- ɛ̃kɔ̃tʁɔle
ʁəɡaʁ amuʁø, afεksjɔ̃ pasjɔne
sε mesaʒə kə ʒə vulε tə pɔʁte
maləʁøzəmɑ̃ ty etε tʁo pʁi, tɑ̃ pi.
lε ʒuʁ defile, ʒə nə paʁvənεz- a tublje.
mɔ̃n- εspwaʁ sε puʁtɑ̃ ɑ̃vɔle
ʒamε ty nə mεməʁa,
ty a deʒa tε pʁefeʁe.
puʁtɑ̃ œ̃ swaʁ, dezεspeʁe
ʒɑ̃tɑ̃di mɔ̃ pɔʁtablə vibʁe,
œ̃n- εspwaʁ setε ʁevεje
kɑ̃ ʒε vy tɔ̃ nɔ̃ siɲe
syʁ lə mesaʒə kə ty mavεz- ɑ̃vwaje.
alɔʁz- ɑ̃ mwa tu sεt- aʒite,
tu sə kə ʒavε kaʃe pɑ̃dɑ̃ dε mwaz- ɑ̃tje.
pɥi ʒə tε ʁəvy, pʁoʃə ɔ̃n- ε dəvəny
e pɥiz- œ̃ matɛ̃ tut- a deʁape ɔ̃ sε
ɑ̃bʁase. tus lε dø ʒəle sə mεʁkʁədi
dəvɑ̃ lə lise mytɥεllmɑ̃ ɔ̃ sε
ʁeʃofe, tɑ̃dʁεsə, pasjɔ̃ ʒepʁuvε
blɔti dɑ̃ tε bʁa ʒə vulε ʁεste e sə
puʁ letεʁnite.
ynə divinite mavε fʁape də plɛ̃ fuε
sεllə ki mə dɔnə lə puvwaʁ dεme

ynə səmεnə sεt- ekule, ʒetεz- œʁøzə,
ʁɑ̃pli də bɔnœʁ puʁtɑ̃ tu səla sεt- ekʁule
sə mεʁkʁədi apʁε midi u il ma di
kə setε fini.
a paʁtiʁ də la, tu sεt- efɔ̃dʁe e il ɑ̃kɔ̃bʁe mε pɑ̃se, ʁεvəz- e mε ʒuʁne
il ni a kə a lɥi kə ʒə tənε, mɛ̃tənɑ̃ sε fini tu sə ʁεvə ətε bjɛ̃ pase
mε ʒə naʁivε tuʒuʁ pa a ublje
kaʁ dɑ̃ mɔ̃n- amuʁ pʁɔpʁə il mavε boku blese
ʒə lε puʁtɑ̃ ʁəvy, sə lœ̃di swaʁ dɔʁe u il ma pʁizə dɑ̃ sε bʁaz- e ʒε faji pləʁe,
e kɑ̃ mɔ̃n- ami ε paʁti ɔ̃ sεt- ɑ̃bʁase mɔ̃ ʁεvə ʁəkɔmɑ̃se a sə ʁealize
œ̃ ʁεvə sa nə dyʁə pa tutə la vi puʁtɑ̃ səlɥi si ʒεspeʁεz- aʁive a lə pʁɔlɔ̃ʒe
mɔ̃ kœʁ a ete tuʃe də la plys bεllə ʃozə ki pɥisə εɡziste
kypidɔ̃ ma ɑ̃vwaje sa flεʃə ɑ̃pwasɔne,
ʒə sɥiz- a ʒamε pʁizɔnjεʁə də sεt amuʁ kə ʒepʁuvε
εpʁuvə e kɔ̃tinɥəʁε depʁuve sɔ̃ nɔ̃ ʁezɔnə
ɑ̃ mwa letεʁnite.
il-ɑ̃tə mε pɑ̃se ʃakə səɡɔ̃də pase
ʒə vudʁε εtʁə avεk lɥi.
sεt- avεk lε laʁməz- oz- iø kə ʒə kɔ̃tinɥ sεtə istwaʁə kə ʒoʁε bjɛ̃ vuly tεʁmine paʁ il vekyʁe œʁøz- e əʁe boku dɑ̃fɑ̃ mε tut- a ʁəkɔmɑ̃se
sεtə fwa setε œ̃ dimɑ̃ʃə apʁε midi kɑ̃ mɔ̃ pɔʁtablə a vibʁe
puʁ manɔ̃se kə mɔ̃ ʁεvə saʃəve
ɑ̃kɔʁə ynə fwa ty ma fε sufʁiʁ
ʒə vε dɔ̃k esεje də tut- ublje
tus sε mɔmɑ̃ maʒik pase dɑ̃ tε bʁaz- u ty mə ʁeʃofε
sε bεl e bjɛ̃ tεʁmine kɔmə sə pɔεmə ki finiʁa syʁ sε mo, mɔ̃ ʁεvə sεt- efɔ̃dʁe
e puʁtɑ̃ ʒə tεməʁε puʁ letεʁnite

la vi nu ʁezεʁvə paʁfwa dε syʁpʁizə, ɔ̃ di ʒamε dø sɑ̃ tʁwa,
e la tʁwazjεmə fwaz- εt- aʁive tu sə bɔnœʁ a ʁəkɔmɑ̃se sa fε bjɛ̃to sɛ̃k mwa.
sεtə fwa ʒə kɔ̃tə bjɛ̃ lə ɡaʁde lɥi e mwa sε puʁ letεʁnite.
ʒamε ʒə nε bεse lε bʁa, tuʒuʁz- il-ɑ̃te mε pɑ̃sez- e il ε vəny mə ʁətʁuve.