Poème-France.com

Poeme : Les Mal-Aimés



Les Mal-Aimés

Les mal-aimés pour moi, ce sont tous ceux qui pleurent,
Ils ont faim plus souvent qu’ils ne sont rassasiés,
Ils attendent toujours, pleins d’espoirs, ils se leurrent,
Car face à leurs amours, on les voit extasiés !

Les mal-aimés, ce sont tous ceux que l’on délaisse,
Pour un oui ou un non, ils passent en dernier,
D’ailleurs, devant autrui, sans cesse on les rabaisse,
S’ils ne sont appréciés, on sait les calomnier !

Les mal-aimés en vain, espèrent un élan,
Un regard qui fait d’eux au milieu de la foule,
Le préféré : hélas, quand ils font le bilan,
Le passif est si lourd, que souvent il les coule !

Les mal-aimés, je crois que nul ne les écoute,
On ne se soucie pas de leur faire plaisir,
Ils ont beau exprimer, bien signaler leur route,
Personne de ses mains ne viendra les saisir !

Les mal-aimés, se voient petits aux yeux de celle,
Qui donne à leurs vies, un but, une raison,
Ils languissent figés. Un signe, une étincelle,
Raviveraient leurs cœurs, en changeant la saison !

Les mal-aimés en eux, regorgent de tendresse,
Ils se sentent frustrés, car ils voudraient donner,
On tiédit leurs ardeurs, s’ils tentent une caresse,
Un simple geste, un mot, les font abandonner !

Les mal-aimés pourtant, débordent de richesses,
Tout au fond de leurs cœurs, il faut y regarder,
Pour eux une souillon, devient une duchesse,
Si elle est sans appas… ils savent la farder !



St Just (Joël Gauthier)
Marché de Piraillan 8. 9. 87
St Just

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

lε mal εme puʁ mwa, sə sɔ̃ tus sø ki pləʁe,
ilz- ɔ̃ fɛ̃ plys suvɑ̃ kil nə sɔ̃ ʁasazje,
ilz- atɑ̃de tuʒuʁ, plɛ̃ dεspwaʁ, il sə ləʁe,
kaʁ fasə a lœʁz- amuʁ, ɔ̃ lε vwa εkstazje !

lε mal εme, sə sɔ̃ tus sø kə lɔ̃ delεsə,
puʁ œ̃n- ui u œ̃ nɔ̃, il pase ɑ̃ dεʁnje,
dajœʁ, dəvɑ̃ otʁɥi, sɑ̃ sεsə ɔ̃ lε ʁabεsə,
sil nə sɔ̃t- apʁesje, ɔ̃ sε lε kalɔmnje !

lε mal εmez- ɑ̃ vɛ̃, εspεʁe œ̃n- elɑ̃,
œ̃ ʁəɡaʁ ki fε døz- o miljø də la fulə,
lə pʁefeʁe : ela, kɑ̃t- il fɔ̃ lə bilɑ̃,
lə pasif ε si luʁ, kə suvɑ̃ il lε kulə !

lε mal εme, ʒə kʁwa kə nyl nə lεz- ekutə,
ɔ̃ nə sə susi pa də lœʁ fεʁə plεziʁ,
ilz- ɔ̃ bo εkspʁime, bjɛ̃ siɲale lœʁ ʁutə,
pεʁsɔnə də sε mɛ̃ nə vjɛ̃dʁa lε sεziʁ !

lε mal εme, sə vwae pətiz- oz- iø də sεllə,
ki dɔnə a lœʁ vi, œ̃ byt, ynə ʁεzɔ̃,
il lɑ̃ɡise fiʒe. œ̃ siɲə, ynə etɛ̃sεllə,
ʁavivəʁε lœʁ kœʁ, ɑ̃ ʃɑ̃ʒɑ̃ la sεzɔ̃ !

lε mal εmez- ɑ̃n- ø, ʁəɡɔʁʒe də tɑ̃dʁεsə,
il sə sɑ̃te fʁystʁe, kaʁ il vudʁε dɔne,
ɔ̃ tjedi lœʁz- aʁdœʁ, sil tɑ̃te ynə kaʁεsə,
œ̃ sɛ̃plə ʒεstə, œ̃ mo, lε fɔ̃ abɑ̃dɔne !

lε mal εme puʁtɑ̃, debɔʁde də ʁiʃesə,
tut- o fɔ̃ də lœʁ kœʁ, il fo i ʁəɡaʁde,
puʁ øz- ynə sujɔ̃, dəvjɛ̃ ynə dyʃεsə,
si εllə ε sɑ̃z- apa… il save la faʁde !



εs te ʒyst uvʁə paʁɑ̃tεzə ʒɔεl ɡotje fεʁmə paʁɑ̃tεzə
maʁʃe də piʁajɑ̃ ɥi pwɛ̃ nəf pwɛ̃ katʁə vɛ̃- sεt