Poème-France.com

Poeme : Les Quatre Cavaliers De L’Apocalypse



Les Quatre Cavaliers De L’Apocalypse

Une nuit, alors que la lune était en sang
J’eus tout à coup une étrange sensation
Quelque chose de terrible se trâmait, j’en étais sûre
C’est alors que je les vis, c’est étranges créatures

Quatre cavaliers sur des montures immenses
Armés de puissantes armures, d’épées et de lances
Ils se dirigaient vers moi sans bruit, comme le vent
Je pris peur, mais l’un d’eux me dit : Ecoute attentivement !

Nous sommes ici, car la sentence sur vous est tombée
Dans la balance de mon Maître vous avez été jugés trop légés
Voici venu pour nous le temps d’appliquer son jugement
Je ne sais pourquoi il me prit le bras et me hissa sur sa jument

Nous avons chevauché des mois durant
Parcourant des centaines de lieux sur tous les continents
A chaque henissement, un nuage englobait une cité
Alors chaque cheval reçut la couleur de sa spécificité

Le rouge déclancha la méfiance et le conflit
Le brun dévasta les champs et les prairies
Le vert apporta peste et épidémies
Et au passage du noi l’humanité périt

J’ai vomi toutes les trippes de mon corps
Tout mon être hurlait vouloir quitté ce décor
J’ai fini par me réveiller, le soleil était déjà haut dehors
Juste un rêve, mais pourquoi cette horrible odeur de mort
(Bf) Thea (Bf)

PostScriptum

Un mauvais rêve ?
Je n’en suis plus si sûre !
Et vous ?


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

ynə nɥi, alɔʁ kə la lynə etε ɑ̃ sɑ̃
ʒy tut- a ku ynə etʁɑ̃ʒə sɑ̃sasjɔ̃
kεlkə ʃozə də teʁiblə sə tʁamε, ʒɑ̃n- etε syʁə
sεt- alɔʁ kə ʒə lε vis, sεt- etʁɑ̃ʒə kʁeatyʁə

katʁə kavalje syʁ dε mɔ̃tyʁəz- imɑ̃sə
aʁme də pɥisɑ̃təz- aʁmyʁə, depez- e də lɑ̃sə
il sə diʁiɡε vεʁ mwa sɑ̃ bʁɥi, kɔmə lə vɑ̃
ʒə pʁi pœʁ, mε lœ̃ dø mə di : əkutə atɑ̃tivəmɑ̃ !

nu sɔməz- isi, kaʁ la sɑ̃tɑ̃sə syʁ vuz- ε tɔ̃be
dɑ̃ la balɑ̃sə də mɔ̃ mεtʁə vuz- avez- ete ʒyʒe tʁo leʒe
vwasi vəny puʁ nu lə tɑ̃ daplike sɔ̃ ʒyʒəmɑ̃
ʒə nə sε puʁkwa il mə pʁi lə bʁaz- e mə isa syʁ sa ʒyme

nuz- avɔ̃ ʃəvoʃe dε mwa dyʁɑ̃
paʁkuʁɑ̃ dε sɑ̃tεnə də ljø syʁ tus lε kɔ̃tinɑ̃
a ʃakə ənisəmɑ̃, œ̃ nɥaʒə ɑ̃ɡlɔbε ynə site
alɔʁ ʃakə ʃəval ʁəsy la kulœʁ də sa spesifisite

lə ʁuʒə deklɑ̃ʃa la mefjɑ̃sə e lə kɔ̃fli
lə bʁœ̃ devasta lε ʃɑ̃z- e lε pʁεʁi
lə vεʁ apɔʁta pεstə e epidemi
e o pasaʒə dy nwa lymanite peʁi

ʒε vɔmi tutə lε tʁipə də mɔ̃ kɔʁ
tu mɔ̃n- εtʁə yʁlε vulwaʁ kite sə dekɔʁ
ʒε fini paʁ mə ʁevεje, lə sɔlεj etε deʒa-o dəɔʁ
ʒystə œ̃ ʁεvə, mε puʁkwa sεtə ɔʁiblə ɔdœʁ də mɔʁ