Poème-France.com

Poeme : Même Si C’Était De L’Imparfait



Même Si C’Était De L’Imparfait

Une larme coule, dévale le long de notre histoire,
En emportant avec elle, bien plus que ce que les autres peuvent savoir,
Neuf mois qui glisse entre mes doigts,
Pour atterrir quelques part par là.

J’ai beau me dire qu’un jour tout iras mieux,
Il y a toujours autant de larmes dans mes yeux,
Tu m’as appris à m’aimer et à me respecter,
Sans toi, je ne sais pas si je pourrais continuer.

Ton prénom est gravé dans mon cœur,
4 lettres y seront jusqu’à la mort,
Je t’aime pour les accompagnés,
Même si c’était de l’imparfait
Titmary027

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

ynə laʁmə kulə, devalə lə lɔ̃ də nɔtʁə istwaʁə,
ɑ̃n- ɑ̃pɔʁtɑ̃ avεk εllə, bjɛ̃ plys kə sə kə lεz- otʁə- pəve savwaʁ,
nəf mwa ki ɡlisə ɑ̃tʁə mε dwa,
puʁ ateʁiʁ kεlk paʁ paʁ la.

ʒε bo mə diʁə kœ̃ ʒuʁ tut- iʁa mjø,
il i a tuʒuʁz- otɑ̃ də laʁmə- dɑ̃ mεz- iø,
ty ma apʁiz- a mεme e a mə ʁεspεkte,
sɑ̃ twa, ʒə nə sε pa si ʒə puʁʁε kɔ̃tinɥe.

tɔ̃ pʁenɔ̃ ε ɡʁave dɑ̃ mɔ̃ kœʁ,
katʁə lεtʁəz- i səʁɔ̃ ʒyska la mɔʁ,
ʒə tεmə puʁ lεz- akɔ̃paɲe,
mεmə si setε də lɛ̃paʁfε