Poème-France.com

Poeme : Qd Aimer Rime Avec Pleurer…



Qd Aimer Rime Avec Pleurer…

Par cette nuit de pleine lune
Mes yeux s’emplisent de brumes
Car depuis que je t’ai rencontré
Plus rien n’as été

Dés la premiere soirée
Tres fort tu m’as attiré
Au fil du temp j’ai appris a te connaitre
Et l’on a vu mes sentiments naitre

Je n’ai voulu que t’enlacer
Tu m’as accepter
Lorsque je me surpris a t’aimer
Tu m’avait deja oublié

Tout ce dont j’avait rever
Tout c’est écroulé
Je connaissait le bonheur
Tu m’as appris les pleurs

Je n’ai fait que t’aimer
Tu n’as fait que me briser
Sur mes joues des larmes perlé
Et mon cœur à jamais déchirer

Tu aurai pu etre un grand bonheur
Mais tu a fait naitre mon malheur
Ais je eu tort de t’aimer ?
Ou a tu tort de me repoussé ?

Peut etre ai je tort de t’aimer
Parce que mon amour tu n’as mérité
Peut etre a tu tort de me repousser
Parce que ton bonheur je ferai

Peut etre est ce si compliqué
Juste parce que nous nous sommes aimé
Meme si cela n’as duré qu’une soirée
Tout aurai été simplifié

Si nous nous etions point rencontré
Mais dans ce cas je n’aurai certe pleurer
Je n’aurai pas non plus été briser
Mais jamais je n’aurai su ce qu’est Aimer

Tu m’as peut etre detruit
Mais tu m’as aussi beaucoup appris
C’est pourquoi nous sommes encore amis
Et lorsque nous nous serons construit

Peut etre reviendra tu dans mes bras
Peut etre je serai toujour la,
Peut etre pas
Tout cela un jour on vera,

Aujourd hui ce qui est important
C’est que tu connaisse mes sentiments
Dorenavant je t’ai tout avouer
Si jamais tu ne l’avait pas deja remarqué
Traven

PostScriptum

3h10 Am cette fois ci : p (la on sent clairement la fatigue)


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

paʁ sεtə nɥi də plεnə lynə
mεz- iø sɑ̃plize də bʁymə
kaʁ dəpɥi kə ʒə tε ʁɑ̃kɔ̃tʁe
plys ʁjɛ̃ na ete

des la pʁəmjəʁə swaʁe
tʁə- fɔʁ ty ma atiʁe
o fil dy tɑ̃p ʒε apʁiz- a tə kɔnεtʁə
e lɔ̃n- a vy mε sɑ̃timɑ̃ɑ̃ nεtʁə

ʒə nε vuly kə tɑ̃lase
ty ma aksεpte
lɔʁskə ʒə mə syʁpʁiz- a tεme
ty mavε dəʒa ublje

tu sə dɔ̃ ʒavε ʁəve
tu sεt- ekʁule
ʒə kɔnεsε lə bɔnœʁ
ty ma apʁi lε plœʁ

ʒə nε fε kə tεme
ty na fε kə mə bʁize
syʁ mε ʒu dε laʁmə- pεʁle
e mɔ̃ kœʁ a ʒamε deʃiʁe

ty oʁε py εtʁə œ̃ ɡʁɑ̃ bɔnœʁ
mε ty a fε nεtʁə mɔ̃ malœʁ
εs ʒə y tɔʁ də tεme ?
u a ty tɔʁ də mə ʁəpuse ?

pø εtʁə ε ʒə tɔʁ də tεme
paʁsə kə mɔ̃n- amuʁ ty na meʁite
pø εtʁə a ty tɔʁ də mə ʁəpuse
paʁsə kə tɔ̃ bɔnœʁ ʒə fəʁε

pø εtʁə ε sə si kɔ̃plike
ʒystə paʁsə kə nu nu sɔməz- εme
məmə si səla na dyʁe kynə swaʁe
tut- oʁε ete sɛ̃plifje

si nu nuz- əsjɔ̃ pwɛ̃ ʁɑ̃kɔ̃tʁe
mε dɑ̃ sə ka ʒə noʁε sεʁtə pləʁe
ʒə noʁε pa nɔ̃ plysz- ete bʁize
mε ʒamε ʒə noʁε sy sə kεt- εme

ty ma pø εtʁə dətʁɥi
mε ty ma osi boku apʁi
sε puʁkwa nu sɔməz- ɑ̃kɔʁə ami
e lɔʁskə nu nu səʁɔ̃ kɔ̃stʁɥi

pø εtʁə ʁəvjɛ̃dʁa ty dɑ̃ mε bʁa
pø εtʁə ʒə səʁε tuʒuʁ la,
pø εtʁə pa
tu səla œ̃ ʒuʁ ɔ̃ vəʁa,

oʒuʁ ɥi sə ki εt- ɛ̃pɔʁtɑ̃
sε kə ty kɔnεsə mε sɑ̃timɑ̃ɑ̃
dɔʁənavɑ̃ ʒə tε tut- avue
si ʒamε ty nə lavε pa dəʒa ʁəmaʁke