Poème-France.com

Prose : L’Etranger



L’Etranger

C’est un étranger qui se promenait,
Très mal intégré qu’on discriminait
De par son aspect et pour ses méfaits.

On l’avait trompé et se débattait ;
On l’humiliait tous jours sans arrêt,
Par sa société qui ne l’acceptait.

Ce grand étranger, dont on se moquait,
Était écarté et désespérait
De par sa santé qui se dégradait ;
Il est décédé, personne ne l’aimait.

C’est les tolérer que je vous prierais
Que cruauté soit rejetée, que vous fraternisiez
Dans un monde aimé où règne la paix !
Larme De Joie.

PostScriptum

Un message universel, un. appel au respect.
(Poeme inspire du celebrissime Albert Camus)


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

sεt- œ̃n- etʁɑ̃ʒe ki sə pʁɔmənε,
tʁε mal ɛ̃teɡʁe kɔ̃ diskʁiminε
də paʁ sɔ̃n- aspε e puʁ sε mefε.

ɔ̃ lavε tʁɔ̃pe e sə debatε,
ɔ̃ lymiljε tus ʒuʁ sɑ̃z- aʁε,
paʁ sa sɔsjete ki nə laksεptε.

sə ɡʁɑ̃t- etʁɑ̃ʒe, dɔ̃ ɔ̃ sə mɔkε,
etε ekaʁte e dezεspeʁε
də paʁ sa sɑ̃te ki sə deɡʁadε,
il ε desede, pεʁsɔnə nə lεmε.

sε lε tɔleʁe kə ʒə vu pʁjəʁε
kə kʁɥote swa ʁəʒəte, kə vu fʁatεʁnizje
dɑ̃z- œ̃ mɔ̃də εme u ʁεɲə la pε !