Poème-France.com

Poeme : Au Revoir.



Au Revoir.

Ce poème n’est pas vraiment un adieu
Seulement un petit au revoir
Il pourrait paraître un peu noir
Mais il n’y a que dans mon cœur qu’il pleut

Je ne sais pas trop quoi vous dire
C’est pour ça que j’arrête d’écrire
J’ai dit que je partirai plusieurs fois
Mais cette fois, je ne reviendrai pas

J’ai plaisir à faire travailler ma plume
Mais quand meurt note âme
On ne sait plus trop où aller
Pour pouvoir se relever et continuer

Quand on a ces douleurs dans notre cœur
Qu’on le sent qui se détruit, qui se meurt
On cherche une petite issue de secours
Et même si on se trompe, on cherche toujours

Et puis on fait peut-être pas les bons choix
Mais j’ai besoin de me retrouver avec moi
J’ai besoin de trouver des réponses, une solution
A toutes ce qui hante mon esprit, ces questions

Et je n’ai plus rien à écrire, à expliquer
C’est pourquoi je préfère m’effacer
A quoi bon espérer, continuer ?
Je ne demande pas que vous compreniez

Je ne fais qu’un petit poème
Pour vous poètes, que j’aime
Pour vous dire que je laisse la place
A ceux qui ont vraiment la classe

Je n’ai aucune explication à donner
Je n’écrit que ces mots : « Au revoir »
Cet écrit n’est qu’un simple miroir
Des sentiments qui me font pleurer

Parce que je n’ai plus rien à vous raconter
Parce que j’ai besoin d’avancer, de me détacher du passé
Avec tous mes souvenirs, comme j’en deviendrais un pour vous
Je vous dis « Au revoir » et prenez soin de vous.
Cindy Limpens

PostScriptum

Je pense que tout est dit dans le poeme… Ces poemes, c’est fini pour moi… Mais je passerai toujours vous lire avec grand plaisir même si moi, je n’écris plus. J’ai encore un duo qui va arriver (si tout se passe bien) … Peut-être d’autre après mais ç


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

sə pɔεmə nε pa vʁεmɑ̃ œ̃n- adjø
sələmɑ̃ œ̃ pəti o ʁəvwaʁ
il puʁʁε paʁεtʁə œ̃ pø nwaʁ
mεz- il ni a kə dɑ̃ mɔ̃ kœʁ kil plø

ʒə nə sε pa tʁo kwa vu diʁə
sε puʁ sa kə ʒaʁεtə dekʁiʁə
ʒε di kə ʒə paʁtiʁε plyzjœʁ fwa
mε sεtə fwa, ʒə nə ʁəvjɛ̃dʁε pa

ʒε plεziʁ a fεʁə tʁavaje ma plymə
mε kɑ̃ məʁ nɔtə amə
ɔ̃ nə sε plys tʁo u ale
puʁ puvwaʁ sə ʁələve e kɔ̃tinɥe

kɑ̃t- ɔ̃n- a sε dulœʁ dɑ̃ nɔtʁə kœʁ
kɔ̃ lə sɑ̃ ki sə detʁɥi, ki sə məʁ
ɔ̃ ʃεʁʃə ynə pətitə isɥ də səkuʁ
e mεmə si ɔ̃ sə tʁɔ̃pə, ɔ̃ ʃεʁʃə tuʒuʁ

e pɥiz- ɔ̃ fε pø tεtʁə pa lε bɔ̃ ʃwa
mε ʒε bəzwɛ̃ də mə ʁətʁuve avεk mwa
ʒε bəzwɛ̃ də tʁuve dε ʁepɔ̃sə, ynə sɔlysjɔ̃
a tutə sə ki-ɑ̃tə mɔ̃n- εspʁi, sε kεstjɔ̃

e ʒə nε plys ʁjɛ̃ a ekʁiʁə, a εksplike
sε puʁkwa ʒə pʁefεʁə mefase
a kwa bɔ̃ εspeʁe, kɔ̃tinɥe ?
ʒə nə dəmɑ̃də pa kə vu kɔ̃pʁənje

ʒə nə fε kœ̃ pəti pɔεmə
puʁ vu pɔεtə, kə ʒεmə
puʁ vu diʁə kə ʒə lεsə la plasə
a sø ki ɔ̃ vʁεmɑ̃ la klasə

ʒə nε okynə εksplikasjɔ̃ a dɔne
ʒə nekʁi kə sε mo : « o ʁəvwaʁ »
sεt ekʁi nε kœ̃ sɛ̃plə miʁwaʁ
dε sɑ̃timɑ̃ɑ̃ ki mə fɔ̃ pləʁe

paʁsə kə ʒə nε plys ʁjɛ̃ a vu ʁakɔ̃te
paʁsə kə ʒε bəzwɛ̃ davɑ̃se, də mə detaʃe dy pase
avεk tus mε suvəniʁ, kɔmə ʒɑ̃ dəvjɛ̃dʁεz- œ̃ puʁ vu
ʒə vu dis « o ʁəvwaʁ » εt pʁəne swɛ̃ də vu.