Poème-France.com

Poeme : Ce Cousin Que J’Aime



Ce Cousin Que J’Aime

A toi que je ne vais pas citer
Toi, mon cousin bien aimé
Te voir petit à petit dépérir
Me fait énormément souffrir

Ce passage, nous l’avons déjà connu
Avant toi, c’était lui le prévenu
Prévenu de cette sale maladie
Maladie qui lui a coutée la vie

Nous ne voulons pas revivre cette même souffrance
Ni perdre à nouveau un être chèr
Pour toi, j’irais dans tous les sens
Car je t’aime, et j’en suis fière

Même si nous ne nous vonyons pas souvent
Je suis toujours contente de te revoir
Nous avons gardé cette complicitée d’enfants
Et cela, jusqu’au dernier aurevoir…
Maloubzh

PostScriptum

Pour mon cousin qui se laisse mourrir petit à petit, a à peine 30 ans il est seul, passe son temps au bar, n’arrete pas de fumer et ce jeune homme est déja courbé et parait + vieux. Nous le savons tous, le cancer approche, c’est dur de voir sa démolition


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

a twa kə ʒə nə vε pa site
twa, mɔ̃ kuzɛ̃ bjɛ̃ εme
tə vwaʁ pəti a pəti depeʁiʁ
mə fε enɔʁmemɑ̃ sufʁiʁ

sə pasaʒə, nu lavɔ̃ deʒa kɔny
avɑ̃ twa, setε lɥi lə pʁevəny
pʁevəny də sεtə salə maladi
maladi ki lɥi a kute la vi

nu nə vulɔ̃ pa ʁəvivʁə sεtə mεmə sufʁɑ̃sə
ni pεʁdʁə a nuvo œ̃n- εtʁə ʃεʁ
puʁ twa, ʒiʁε dɑ̃ tus lε sɑ̃s
kaʁ ʒə tεmə, e ʒɑ̃ sɥi fjεʁə

mεmə si nu nə nu vɔniɔ̃ pa suvɑ̃
ʒə sɥi tuʒuʁ kɔ̃tɑ̃tə də tə ʁəvwaʁ
nuz- avɔ̃ ɡaʁde sεtə kɔ̃plisite dɑ̃fɑ̃
e səla, ʒysko dεʁnje oʁəvwaʁ…