Poème-France.com

Prose : Ce Qui Est En Nous - Pensees D’Une Folle



Ce Qui Est En Nous - Pensees D’Une Folle

’’La vie est un pétale porté par la brise. Personne ne saît d’où vient cette brise, parfois brûlante, parfois glaciale. Seulement, un jour, cette brise cesse. ’’
Les horloges du monde entier continuent leur lente agonie. Elles battent en cœur, un rythme à l’unisson. Ce même rythme qui fait battre notre cœur, ce même rythme qui cadence nos pas. Une vibration dont la portée nous dépasse.
L’Homme, à travers les âges, a mis en oeuvre de se faire maître des choses qui l’entouraient. Le Feu, la Terre, l’Eau puis le Vent. Il a crée le Temps : symbole de son avènement, symbole de sa disparition.
Enfin, il a crée la Mort, concept étrange qui l’encourage à continuer dans ses besognes pathétiques, pensant être heureux.
Seule la vie lui échappe. Alors il l’oublie et fait avec.

Un jour, deux enfants naissent, comme tant d’autres sur notre monde au même moment. Deux enfants issus du même sang.
Mais la vie décide d’accorder un miracle à l’un d’eux. La possibilité d’entrevoir ce qu’est réellement la vie.
Ils ont atteint leur sixième année lorsque l’un des deux accompagne l’autre dans la mort, à son chevet jusqu’au souffle final.
Devant la dépouille de celui qui avait été son compagnon d’innocence, il pleure.
Des pleurs qui durèrent un temps infini, plongé dans des ténèbres profondes et denses, d’où personne ne pouvait l’aider.
Un jour, un de ces innombrables jours de souffrance et d’agonie, dans un monde devenu fade et aux couleurs passés, quelque chose se produisit.
L’enfant, devenu plus grand, fit quelque chose qu’il n’avait pas fait depuis longtemps : il releva le regard. Ses yeux clignèrent et des larmes coulèrent.
Ce qu’il vit, il n’en parla pas. Il n’en avait pas besoin, car cela est présent dans toute chose.
Il suffit simplement de regarder.
Murmure

PostScriptum

Ce sera la dernière chose que j’écrirai. Il n’y a aucune logique, seulement un choix personnel.
Merci à ceux qui m’ont lu, et que la brise vous porte…


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

la vi εt- œ̃ petalə pɔʁte paʁ la bʁizə. pεʁsɔnə nə sε du vjɛ̃ sεtə bʁizə, paʁfwa bʁylɑ̃tə, paʁfwa ɡlasjalə. sələmɑ̃, œ̃ ʒuʁ, sεtə bʁizə sεsə.
lεz- ɔʁlɔʒə dy mɔ̃də ɑ̃tje kɔ̃tinɥe lœʁ lɑ̃tə aɡɔni. εllə bate ɑ̃ kœʁ, œ̃ ʁitmə a lynisɔ̃. sə mεmə ʁitmə ki fε batʁə nɔtʁə kœʁ, sə mεmə ʁitmə ki kadɑ̃sə no pa. ynə vibʁasjɔ̃ dɔ̃ la pɔʁte nu depasə.
lɔmə, a tʁavεʁ lεz- aʒə, a miz- ɑ̃n- œvʁə də sə fεʁə mεtʁə dε ʃozə ki lɑ̃tuʁε. lə fø, la teʁə, lo pɥi lə vɑ̃. il a kʁe lə tɑ̃ : sɛ̃bɔlə də sɔ̃n- avεnəmɑ̃, sɛ̃bɔlə də sa dispaʁisjɔ̃.
ɑ̃fɛ̃, il a kʁe la mɔʁ, kɔ̃sεpt etʁɑ̃ʒə ki lɑ̃kuʁaʒə a kɔ̃tinɥe dɑ̃ sε bəzɔɲə patetik, pɑ̃sɑ̃ εtʁə œʁø.
sələ la vi lɥi eʃapə. alɔʁz- il lubli e fε avεk.

œ̃ ʒuʁ, døz- ɑ̃fɑ̃ nεse, kɔmə tɑ̃ dotʁə- syʁ nɔtʁə mɔ̃də o mεmə mɔmɑ̃. døz- ɑ̃fɑ̃z- isys dy mεmə sɑ̃.
mε la vi desidə dakɔʁde œ̃ miʁaklə a lœ̃ dø. la pɔsibilite dɑ̃tʁəvwaʁ sə kε ʁeεllmɑ̃ la vi.
ilz- ɔ̃ atɛ̃ lœʁ sizjεmə ane lɔʁskə lœ̃ dε døz- akɔ̃paɲə lotʁə dɑ̃ la mɔʁ, a sɔ̃ ʃəvε ʒysko suflə final.
dəvɑ̃ la depujə də səlɥi ki avε ete sɔ̃ kɔ̃paɲɔ̃ dinɔsɑ̃sə, il plœʁə.
dε plœʁ ki dyʁεʁe œ̃ tɑ̃z- ɛ̃fini, plɔ̃ʒe dɑ̃ dε tenεbʁə- pʁɔfɔ̃dəz- e dɑ̃sə, du pεʁsɔnə nə puvε lεde.
œ̃ ʒuʁ, œ̃ də sεz- inɔ̃bʁablə ʒuʁ də sufʁɑ̃sə e daɡɔni, dɑ̃z- œ̃ mɔ̃də dəvəny fadə e o kulœʁ pase, kεlkə ʃozə sə pʁɔdɥizi.
lɑ̃fɑ̃, dəvəny plys ɡʁɑ̃, fi kεlkə ʃozə kil navε pa fε dəpɥi lɔ̃tɑ̃ : il ʁələva lə ʁəɡaʁ. sεz- iø kliɲεʁe e dε laʁmə- kulεʁe.
sə kil vit, il nɑ̃ paʁla pa. il nɑ̃n- avε pa bəzwɛ̃, kaʁ səla ε pʁezɑ̃ dɑ̃ tutə ʃozə.
il syfi sɛ̃pləmɑ̃ də ʁəɡaʁde.