Poème-France.com

Poeme : La Mémoire De L’Oubli



La Mémoire De L’Oubli

Dans mon jardin secret
A l’arrière-cour de ma vie
Je cultive mes vieux regrets
Et les rêves qu’on m’a pris
Les souvenirs que j’ai semés
Aux quatre coins s’éparpillent
Tout au long de ma traversée
Me reviennent à l’esprit
Je les cueille sans arrêt
Aux frontières de l’oubli
Je les garde à jamais
Au fin fond d’un puits.

Dans mon jardin j’ai planté
Mes espoirs et mes fantaisies
Je les arrose jusqu’à l’excès
Mais aucun d’eux n’a fleuri
Je les attends sans succès
Pour leur mémoire je prie
Sur une parcelle mes idées
Contre cet ordre préétablit
Comment sauver l’humanité
Et créer un monde en utopie
Dans un coin mes pêchés
Qui me hantent chaque nuit
Me rappellent mon passé
Et l’insoucieux que je suis
Dans un autre ces pensées
Qui me coupent l’appétit
M’interpellent de si près
Sur tout le mal qui sévit.

Sur une surface s’étendait
Ce cimetière j’ai construit
Pour mon enfance enterrée
Depuis que j’étais tout petit
Pour mon adolescence volée
N’ayant même pas grandi
Pour ma jeunesse déchirée
En mile morceaux et débris
Pour ma carrière sacrifiée
Et mes plaisirs interdits
Pour ma dignité brisée
Sur le rocher du mépris
Pour mon honneur bradé
Sur les tables des paris
Pour toute une vie gâchée
Et l’homme en moi détruit
Le tout est parti en fumée
Sans même faire de bruit.

Mon jardin est le livre sacré
De mes prières et psalmodies
Un magique miroir sculpté
Qui m’ôte tous mes habits
Un émouvant conte de fée
Tiré des mile et une nuits
Des images qui font illustrer
Des histoires et des récits
L’arbre qui cache la forêt
L’écho qui renvoie mes cris
L’épée qui remue mes plaies
L’étendu ciel d’un sans abri
Là où mes démons déchaînés
S’adonnent à toutes les folies
Entre l’enfer où ils régnaient
Après avoir longtemps servi
Et à ce quoi ils aspiraient
Finir un beau jour au paradis
Pour retrouver enfin une paix
Qui m’échappe encore depuis :
Que l’amour me manquait
Pour pouvoir faire mon nid
Que la chance me boudait
Pour savoir relever le défi
Qu’un bonheur hors de portée
Encore et toujours me fuit.

Je vole vers l’éternité
De mon jardin maudit
A l’étendue de sa portée
Je suis un ange bénit
Un fantôme embarqué
Sur un volant tapis
Un aventurier débarqué
A la quête de la magie
Un solitaire guerrier
A la guette de l’ennemi
Un pirate à l’attrait
D’un trésor enseveli
Un papillon enflammé
Par la lumière éblouit
Un phénix qui renaît
Des cendres de l’ennui
Un narrateur qui récitait
Sa propre biographie.

Je détiens seul la clef
De mon jardin inouï
Là où se font alterner
Le beau temps et la pluie
Je garde la porte d’entrée
A son univers inédit
Où je m’amuse à errer
Sans me faire de soucis
Car je connais le code d’accès
A ses sentiers infinis
Où je peux me faufiler
Tel un visiteur de minuit.

Hamid Hafidi
Nemesis

PostScriptum

Graffiti sur le mur de la vie. Je vous invite à un voyage interne, où j’ai laissé libre cour aux fantasmes et fantaisies de ma plume déchaînée.


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

dɑ̃ mɔ̃ ʒaʁdɛ̃ sεkʁε
a laʁjεʁə kuʁ də ma vi
ʒə kyltivə mε vjø ʁəɡʁε
e lε ʁεvə kɔ̃ ma pʁi
lε suvəniʁ kə ʒε səme
o katʁə kwɛ̃ sepaʁpije
tut- o lɔ̃ də ma tʁavεʁse
mə ʁəvjεne a lεspʁi
ʒə lε kœjə sɑ̃z- aʁε
o fʁɔ̃tjεʁə də lubli
ʒə lε ɡaʁdə a ʒamε
o fɛ̃ fɔ̃ dœ̃ pɥi.

dɑ̃ mɔ̃ ʒaʁdɛ̃ ʒε plɑ̃te
mεz- εspwaʁz- e mε fɑ̃tεzi
ʒə lεz- aʁozə ʒyska lεksε
mεz- okœ̃ dø na fləʁi
ʒə lεz- atɑ̃ sɑ̃ syksε
puʁ lœʁ memwaʁə ʒə pʁi
syʁ ynə paʁsεllə mεz- ide
kɔ̃tʁə sεt ɔʁdʁə pʁeetabli
kɔmɑ̃ sove lymanite
e kʁee œ̃ mɔ̃də ɑ̃n- ytɔpi
dɑ̃z- œ̃ kwɛ̃ mε pεʃe
ki mə-ɑ̃te ʃakə nɥi
mə ʁapεlle mɔ̃ pase
e lɛ̃susjø kə ʒə sɥi
dɑ̃z- œ̃n- otʁə sε pɑ̃se
ki mə kupe lapeti
mɛ̃tεʁpεlle də si pʁε
syʁ tu lə mal ki sevi.

syʁ ynə syʁfasə setɑ̃dε
sə simətjεʁə ʒε kɔ̃stʁɥi
puʁ mɔ̃n- ɑ̃fɑ̃sə ɑ̃teʁe
dəpɥi kə ʒetε tu pəti
puʁ mɔ̃n- adɔlesɑ̃sə vɔle
nεjɑ̃ mεmə pa ɡʁɑ̃di
puʁ ma ʒənεsə deʃiʁe
ɑ̃ milə mɔʁsoz- e debʁi
puʁ ma kaʁjεʁə sakʁifje
e mε plεziʁz- ɛ̃tεʁdi
puʁ ma diɲite bʁize
syʁ lə ʁoʃe dy mepʁi
puʁ mɔ̃n- ɔnœʁ bʁade
syʁ lε tablə dε paʁi
puʁ tutə ynə vi ɡaʃe
e lɔmə ɑ̃ mwa detʁɥi
lə tut- ε paʁti ɑ̃ fyme
sɑ̃ mεmə fεʁə də bʁɥi.

mɔ̃ ʒaʁdɛ̃ ε lə livʁə sakʁe
də mε pʁjεʁəz- e psalmɔdi
œ̃ maʒikə miʁwaʁ skylpte
ki motə tus mεz- abi
œ̃n- emuvɑ̃ kɔ̃tə də fe
tiʁe dε milə e ynə nɥi
dεz- imaʒə ki fɔ̃ ilystʁe
dεz- istwaʁəz- e dε ʁesi
laʁbʁə ki kaʃə la fɔʁε
leʃo ki ʁɑ̃vwa mε kʁi
lepe ki ʁəmɥ mε plε
letɑ̃dy sjεl dœ̃ sɑ̃z- abʁi
la u mε demɔ̃ deʃεne
sadɔne a tutə lε fɔli
ɑ̃tʁə lɑ̃fe u il ʁeɲε
apʁεz- avwaʁ lɔ̃tɑ̃ sεʁvi
e a sə kwa ilz- aspiʁε
finiʁ œ̃ bo ʒuʁ o paʁadi
puʁ ʁətʁuve ɑ̃fɛ̃ ynə pε
ki meʃapə ɑ̃kɔʁə dəpɥi :
kə lamuʁ mə mɑ̃kε
puʁ puvwaʁ fεʁə mɔ̃ nid
kə la ʃɑ̃sə mə budε
puʁ savwaʁ ʁələve lə defi
kœ̃ bɔnœʁ ɔʁ də pɔʁte
ɑ̃kɔʁə e tuʒuʁ mə fɥi.

ʒə vɔlə vεʁ letεʁnite
də mɔ̃ ʒaʁdɛ̃ modi
a letɑ̃dɥ də sa pɔʁte
ʒə sɥiz- œ̃n- ɑ̃ʒə beni
œ̃ fɑ̃tomə ɑ̃baʁke
syʁ œ̃ vɔlɑ̃ tapi
œ̃n- avɑ̃tyʁje debaʁke
a la kεtə də la maʒi
œ̃ sɔlitεʁə ɡeʁje
a la ɡεtə də lεnəmi
œ̃ piʁatə a latʁε
dœ̃ tʁezɔʁ ɑ̃səvəli
œ̃ papijɔ̃ ɑ̃flame
paʁ la lymjεʁə eblui
œ̃ feniks ki ʁənε
dε sɑ̃dʁə- də lɑ̃nɥi
œ̃ naʁatœʁ ki ʁesitε
sa pʁɔpʁə bjɔɡʁafi.

ʒə detjɛ̃ səl la kle
də mɔ̃ ʒaʁdɛ̃ inui
la u sə fɔ̃ altεʁne
lə bo tɑ̃z- e la plɥi
ʒə ɡaʁdə la pɔʁtə dɑ̃tʁe
a sɔ̃n- ynivez- inedi
u ʒə mamyzə a eʁe
sɑ̃ mə fεʁə də susi
kaʁ ʒə kɔnε lə kɔdə daksε
a sε sɑ̃tjez- ɛ̃fini
u ʒə pø mə fofile
tεl œ̃ vizitœʁ də minɥi.

amid-afidi