Poème-France.com

Poeme : Magie D’Hiver



Magie D’Hiver

Je suis austère comme une écluse en hiver
Je suis doux comme le dessous du ciel
Là où les nuages fondent sur la terre
Pour nourrir d’illusions les destins sans âge

Je suis froid comme le devant des vitrines
Où finissent par mourir les oiseaux sauvages
Je suis grand et petit, une vapeur sibylline
Qui s’exhume au labeur de rester en cage

Mes humeurs sont folâtres et capricieuses
Il n’est en mon sein pas une lueur qui n’en meure
Il n’est en mon cœur pas le moindre sentiment
Que l’ardeur de satisfaire ne rendrait paresseux

Tout se délétère vers des folies hideuses
Cependant que rien n’est plus joli que l’hérésie
Tout perd sa lumière plombé par la lumière
Où nous naquîmes aussi sombres et mystérieux
Que la magie
Pendantce

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

ʒə sɥiz- ostεʁə kɔmə ynə eklyzə ɑ̃n- ivεʁ
ʒə sɥi du kɔmə lə dəsu dy sjεl
la u lε nɥaʒə fɔ̃de syʁ la teʁə
puʁ nuʁʁiʁ dilyzjɔ̃ lε dεstɛ̃ sɑ̃z- aʒə

ʒə sɥi fʁwa kɔmə lə dəvɑ̃ dε vitʁinə
u finise paʁ muʁiʁ lεz- wazo sovaʒə
ʒə sɥi ɡʁɑ̃t- e pəti, ynə vapœʁ sibilinə
ki sεɡzymə o labœʁ də ʁεste ɑ̃ kaʒə

mεz- ymœʁ sɔ̃ fɔlatʁəz- e kapʁisjøzə
il nεt- ɑ̃ mɔ̃ sɛ̃ pa ynə lɥœʁ ki nɑ̃ məʁə
il nεt- ɑ̃ mɔ̃ kœʁ pa lə mwɛ̃dʁə sɑ̃timɑ̃
kə laʁdœʁ də satisfεʁə nə ʁɑ̃dʁε paʁesø

tu sə deletεʁə vεʁ dε fɔliz- idøzə
səpɑ̃dɑ̃ kə ʁjɛ̃ nε plys ʒɔli kə leʁezi
tu pεʁ sa lymjεʁə plɔ̃be paʁ la lymjεʁə
u nu nakiməz- osi sɔ̃bʁəz- e misteʁjø
kə la maʒi