Poème-France.com

Poeme : A Tous Les Parents Ou Futurs Parents



A Tous Les Parents Ou Futurs Parents

A tous les parents du monde
Qui tenteraient d’oublier
Que mettre un enfant au monde
C’est aussi et surtout l’élever…

C’est si facile à faire,
Quelques minutes à peine,
Quelques mois pour parfaire,
Et nos sangs dans ses veines.

C’est si tentant de dire :
« Je veux un bébé »
Si merveilleux de découvrir
Son visage qui apparaît.

Mais il ne reste pas
Éternellement enfant.
Le vouloir est un choix
De le voir devenir grand.

Quand on n’a pas conscience
Que c’est une responsabilité,
Quand on a l’insouciance
De croire que seul il va pousser,

On s’abstient de s’engager
Dans des années d’efforts.
La partie n’est jamais jouée,
Il faut donner toujours et encore.

Tout son avenir est dans vos mains,
Il puise son équilibre de demain
Dans l’affection et l’attention des siens.
C’est à vous de le guider vers son destin.

Si personne ne lui montre le chemin
Il empruntera le premier venu ;
S’il fait fausse route à mi-chemin
C’est toute sa vie qui est perdue.

Les blessures d’un enfant
Sont des traces indélébiles,
Des trous à jamais béants
Dans le cœur des gens fragiles.

La stabilité de l’adulte
Nait dans sa tendre enfance.
S’il trébuche ou culbute
Il errera dans ses souffrances.

Si vous croisez dans votre vie
Pareille âme, errante et en péril,
Sachez que vous pouvez dire merci
A des parents puériles ou futiles.

Sachez aussi lui pardonner
De ne pas trouver la voie
Qui lui permettrait d’aimer
Il ne sait simplement pas…

Si on ne lui a pas appris,
Si on ne lui a rien donné,
Si eux n’ont rien compris,
Et n’ont pas su l’aimer,

Il ne saura ni donner ni recevoir
Ou alors à tâtons, dans un épais brouillard.
Il se perdra tout seul dans le noir
Et votre main tendue ne pourra rien y voir.

Si vous le tenez, il vous entraînera.
Dans sa dérive il vous emmènera.
Mais peu importe si vous l’aimez,
Vous tenterez toujours de le guider.

Comme un bateau perdu en mer,
Il faudra le ramener vers la terre,
Lutter contre les vents et marées
Pour que dans vos bras il puisse s’échouer.

J’ai croisé l’homme que j’aime
En plein milieu de son océan…
Je lutte encore pour qu’il revienne
Vers des cieux plus cléments…

Je vois trop bien le résultat
Quand on est sans repères ;
On perd confiance en soi
Quand on n’a ni père ni mère.

Et je maudis ces deux êtres stupides
Qui l’ont laissé partir à la dérive,
Parents incompétents et vides
Qui n’ont pas su lui montrer la rive.

Alors réfléchissez
Avant de vous lancer dans l’aventure ;
Vouloir un bébé
Ce n’est pas le lâcher dans la nature.
Sophie Chazel

PostScriptum

Pour qu’aucun enfant ne devienne un adulte perdu


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

a tus lε paʁɑ̃ dy mɔ̃də
ki tɑ̃təʁε dublje
kə mεtʁə œ̃n- ɑ̃fɑ̃ o mɔ̃də
sεt- osi e syʁtu leləve…

sε si fasilə a fεʁə,
kεlk minytəz- a pεnə,
kεlk mwa puʁ paʁfεʁə,
e no sɑ̃ɡ dɑ̃ sε vεnə.

sε si tɑ̃tɑ̃ də diʁə :
« ʒə vøz- œ̃ bebe »
si mεʁvεjø də dekuvʁiʁ
sɔ̃ vizaʒə ki apaʁε.

mεz- il nə ʁεstə pa
etεʁnεllmɑ̃ ɑ̃fɑ̃.
lə vulwaʁ εt- œ̃ ʃwa
də lə vwaʁ dəvəniʁ ɡʁɑ̃.

kɑ̃t- ɔ̃ na pa kɔ̃sjɑ̃sə
kə sεt- ynə ʁεspɔ̃sabilite,
kɑ̃t- ɔ̃n- a lɛ̃susjɑ̃sə
də kʁwaʁə kə səl il va puse,

ɔ̃ sabstjɛ̃ də sɑ̃ɡaʒe
dɑ̃ dεz- ane defɔʁ.
la paʁti nε ʒamε ʒue,
il fo dɔne tuʒuʁz- e ɑ̃kɔʁə.

tu sɔ̃n- avəniʁ ε dɑ̃ vo mɛ̃,
il pɥizə sɔ̃n- ekilibʁə də dəmɛ̃
dɑ̃ lafεksjɔ̃ e latɑ̃sjɔ̃ dε sjɛ̃.
sεt- a vu də lə ɡide vεʁ sɔ̃ dεstɛ̃.

si pεʁsɔnə nə lɥi mɔ̃tʁə lə ʃəmɛ̃
il ɑ̃pʁœ̃təʁa lə pʁəmje vəny,
sil fε fosə ʁutə a mi ʃəmɛ̃
sε tutə sa vi ki ε pεʁdɥ.

lε blesyʁə dœ̃n- ɑ̃fɑ̃
sɔ̃ dε tʁasəz- ɛ̃delebilə,
dε tʁusz- a ʒamε beɑ̃
dɑ̃ lə kœʁ dε ʒɑ̃ fʁaʒilə.

la stabilite də ladyltə
nε dɑ̃ sa tɑ̃dʁə ɑ̃fɑ̃sə.
sil tʁebyʃə u kylbytə
il eʁəʁa dɑ̃ sε sufʁɑ̃sə.

si vu kʁwaze dɑ̃ vɔtʁə vi
paʁεjə amə, eʁɑ̃tə e ɑ̃ peʁil,
saʃe kə vu puve diʁə mεʁsi
a dε paʁɑ̃ pyeʁiləz- u fytilə.

saʃez- osi lɥi paʁdɔne
də nə pa tʁuve la vwa
ki lɥi pεʁmεtʁε dεme
il nə sε sɛ̃pləmɑ̃ pa…

si ɔ̃ nə lɥi a pa apʁi,
si ɔ̃ nə lɥi a ʁjɛ̃ dɔne,
si ø nɔ̃ ʁjɛ̃ kɔ̃pʁi,
e nɔ̃ pa sy lεme,

il nə soʁa ni dɔne ni ʁəsəvwaʁ
u alɔʁz- a tatɔ̃, dɑ̃z- œ̃n- epε bʁujaʁ.
il sə pεʁdʁa tu səl dɑ̃ lə nwaʁ
e vɔtʁə mɛ̃ tɑ̃dɥ nə puʁʁa ʁjɛ̃ i vwaʁ.

si vu lə təne, il vuz- ɑ̃tʁεnəʁa.
dɑ̃ sa deʁivə il vuz- ɑ̃mεnəʁa.
mε pø ɛ̃pɔʁtə si vu lεme,
vu tɑ̃təʁe tuʒuʁ də lə ɡide.

kɔmə œ̃ bato pεʁdy ɑ̃ mεʁ,
il fodʁa lə ʁaməne vεʁ la teʁə,
lyte kɔ̃tʁə lε vɑ̃z- e maʁe
puʁ kə dɑ̃ vo bʁaz- il pɥisə seʃue.

ʒε kʁwaze lɔmə kə ʒεmə
ɑ̃ plɛ̃ miljø də sɔ̃n- ɔseɑ̃…
ʒə lytə ɑ̃kɔʁə puʁ kil ʁəvjεnə
vεʁ dε sjø plys klemɑ̃…

ʒə vwa tʁo bjɛ̃ lə ʁezylta
kɑ̃t- ɔ̃n- ε sɑ̃ ʁəpεʁə,
ɔ̃ pεʁ kɔ̃fjɑ̃sə ɑ̃ swa
kɑ̃t- ɔ̃ na ni pεʁə ni mεʁə.

e ʒə modi sε døz- εtʁə- stypidə
ki lɔ̃ lεse paʁtiʁ a la deʁivə,
paʁɑ̃z- ɛ̃kɔ̃petɑ̃z- e vidə
ki nɔ̃ pa sy lɥi mɔ̃tʁe la ʁivə.

alɔʁ ʁefleʃise
avɑ̃ də vu lɑ̃se dɑ̃ lavɑ̃tyʁə,
vulwaʁ œ̃ bebe
sə nε pa lə laʃe dɑ̃ la natyʁə.