Poème-France.com

Poeme : Au Phare De La Garoupe



Au Phare De La Garoupe

Assise sur le rebord
D’un muret déjà usé
Au loin, vue sur le port
Le soleil à peine couché

Les lumières de la ville
S’allument comme des étoiles
La mer est tranquille
Les bateaux ont plié leurs voiles

Dans ce coin si paisible
Où j’ai trouvé refuge
Je deviens invisible
Loin du chahut, du grabuge

Pas un bruit alentour
Si ce n’est le vent qui court
Dans les arbres immobiles
Et les grillons au lieu des automobiles

Le phare se met en marche
Posé là derrière moi
Rassurant patriarche
Qui veille depuis des mois

Un sentiment de paix
La douceur d’une sérénité
Comme une tendre caresse
Viendrait tout apaiser

C’est là que j’aime venir
Pour ne plus réfléchir
Juste me ressourcer
Admirer, contempler

La première fois
Tu étais près de moi
Tu m’as fait découvrir
Ce si simple plaisir

C’était ton repos du guerrier
Là où tu aimais te poser
Avec moi tu l’as partagé
Et je n’ai jamais oublié

Phare de la Garoupe
Et sa vue sur la baie
Site magique qu’on loupe
Si l’on est étranger

Une façon de me dire
« Bienvenue chez moi »
Et moi dans un soupir
J’ai dit « merci à toi »

Tu m’offrais ton intimité
J’en profite désormais
Seule si j’en ai besoin
Et pour cela je viens de loin

Mais peu importe la distance
Quand je me retrouve là
De vie je suis en vacances
C’est devenu chez moi

En harmonie avec la nature
Je me fonds dans le clair obscur
Les Alpes au loin me surveillent
Et la Méditerranée sommeille

Un coin de paradis sur terre
Qu’un soir tu m’as offert
Il ne m’appartient pas
Mais je m’y abandonne parfois

Et quand je suis trop loin
Pour être vraiment là
Mes pensées s’envolent là-bas
Antibes - Juan-les-Pins…

J’aimerais t’y retrouver
Bientôt ou bien plus tard
Là où notre amitié
A scellé son histoire
Sophie Chazel

PostScriptum

A Toine…


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

asizə syʁ lə ʁəbɔʁ
dœ̃ myʁε deʒa yze
o lwɛ̃, vɥ syʁ lə pɔʁ
lə sɔlεj a pεnə kuʃe

lε lymjεʁə də la vilə
salymɑ̃ kɔmə dεz- etwalə
la mεʁ ε tʁɑ̃kjə
lε batoz- ɔ̃ plje lœʁ vwalə

dɑ̃ sə kwɛ̃ si pεziblə
u ʒε tʁuve ʁəfyʒə
ʒə dəvjɛ̃z- ɛ̃viziblə
lwɛ̃ dy ʃay, dy ɡʁabyʒə

pa œ̃ bʁɥi alɑ̃tuʁ
si sə nε lə vɑ̃ ki kuʁ
dɑ̃ lεz- aʁbʁəz- imɔbilə
e lε ɡʁijɔ̃z- o ljø dεz- otomobilə

lə faʁə sə mεt ɑ̃ maʁʃə
poze la dəʁjεʁə mwa
ʁasyʁɑ̃ patʁjaʁʃə
ki vεjə dəpɥi dε mwa

œ̃ sɑ̃timɑ̃ də pε
la dusœʁ dynə seʁenite
kɔmə ynə tɑ̃dʁə kaʁεsə
vjɛ̃dʁε tut- apεze

sε la kə ʒεmə vəniʁ
puʁ nə plys ʁefleʃiʁ
ʒystə mə ʁəsuʁse
admiʁe, kɔ̃tɑ̃ple

la pʁəmjεʁə fwa
ty etε pʁε də mwa
ty ma fε dekuvʁiʁ
sə si sɛ̃plə plεziʁ

setε tɔ̃ ʁəpo dy ɡeʁje
la u ty εmε tə poze
avεk mwa ty la paʁtaʒe
e ʒə nε ʒamεz- ublje

faʁə də la ɡaʁupə
e sa vɥ syʁ la bε
sitə maʒikə kɔ̃ lupə
si lɔ̃n- εt- etʁɑ̃ʒe

ynə fasɔ̃ də mə diʁə
« bjɛ̃vənɥ ʃe mwa »
e mwa dɑ̃z- œ̃ supiʁ
ʒε dit « mεʁsi a twa »

ty mɔfʁε tɔ̃n- ɛ̃timite
ʒɑ̃ pʁɔfitə dezɔʁmε
sələ si ʒɑ̃n- ε bəzwɛ̃
e puʁ səla ʒə vjɛ̃ də lwɛ̃

mε pø ɛ̃pɔʁtə la distɑ̃sə
kɑ̃ ʒə mə ʁətʁuvə la
də vi ʒə sɥiz- ɑ̃ vakɑ̃sə
sε dəvəny ʃe mwa

ɑ̃-aʁmɔni avεk la natyʁə
ʒə mə fɔ̃ dɑ̃ lə klεʁ ɔpskyʁ
lεz- alpəz- o lwɛ̃ mə syʁvεje
e la mediteʁane sɔmεjə

œ̃ kwɛ̃ də paʁadi syʁ teʁə
kœ̃ swaʁ ty ma ɔfεʁ
il nə mapaʁtjɛ̃ pa
mε ʒə mi abɑ̃dɔnə paʁfwa

e kɑ̃ ʒə sɥi tʁo lwɛ̃
puʁ εtʁə vʁεmɑ̃ la
mε pɑ̃se sɑ̃vɔle la ba
ɑ̃tibə ʒɥɑ̃ lε pɛ̃…

ʒεməʁε ti ʁətʁuve
bjɛ̃to u bjɛ̃ plys taʁ
la u nɔtʁə amitje
a sεlle sɔ̃n- istwaʁə