Poème-France.com

Poeme : Visions 4 - Rêverie D’Un Mirage Créole



Visions 4 - Rêverie D’Un Mirage Créole

Belle romance
Quelle insolence
Tant d’insouciance
Pendant ces vacances

On s’est rencontré
Dans une laverie du quartier
J’étais omnubilé
Par tant de beauté

Avec tes 2 couettes
Et ton air indifférent
Tu sortais une paire de chaussettes
Et 2 ou 3 t-shirts blancs

L’un d’eux est tombé
J’me suis baissé pour les ramasser
Je t’ai tendu ton précieux bien
Tu m’as dit d’le garder
Que c’était pour me remercier

Comme j’crois aux contes de fée
J’voulais pas en rester la
Alors j’t’ai tendu un truc à moi
J’crois qu’c’était un caleçon
J’avais pas trop r’gardé
J’suis sur avoir eu l’ai con
Mais t’as souri, j’étais bouleversé.

Ta peau dorée au soleil couchant
Le seul rayon de cette laverie
Un charme insensé, un parfum enivrant
Nos regards ont insisté, on a rougi

Et nous sommes allé boire un thé
J’avais rien à dire
Y’avait juste qu’à t’écouter
Te regarder rire
Ta joie de vivre m’a stupéfait.

T’as parlé de ton passé
De ce que tu faisais
Et j’ai appris, ô désespoir
Qu’t’étais juste là par hasard

J’étais ton escale, ton avion t’attendait
J’voulais pas en rester là, tu m’as donné dix minutes
J’suis parti en courant chez moi, j’me suis dit : et pis zut
J’ai rempli un sac d’affaires pour une semaine ou une éternité

Tu m’as attendu, on a pris un taxi
On est allé dans le ciel, à la tombé de la nuit
Et quelques heures plus tard, après avoir longuement discuté
Nous étions la, sur ton île enchantée

Le destin est tellement instantané
Mais si intense lorsque de telles surprises viennent pimenter votre vie
Ou plutôt vos rêves… ça c’était prévisible
Sydtama

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

bεllə ʁɔmɑ̃sə
kεllə ɛ̃sɔlɑ̃sə
tɑ̃ dɛ̃susjɑ̃sə
pɑ̃dɑ̃ sε vakɑ̃sə

ɔ̃ sε ʁɑ̃kɔ̃tʁe
dɑ̃z- ynə lavəʁi dy kaʁtje
ʒetεz- ɔmnybile
paʁ tɑ̃ də bote

avεk tε dø kuεtə
e tɔ̃n- εʁ ɛ̃difeʁɑ̃
ty sɔʁtεz- ynə pεʁə də ʃosεtə
e døz- u tʁwa te ʃiʁ blɑ̃

lœ̃ døz- ε tɔ̃be
ʒmə sɥi bεse puʁ lε ʁamase
ʒə tε tɑ̃dy tɔ̃ pʁesjø bjɛ̃
ty ma di dlə ɡaʁde
kə setε puʁ mə ʁəmεʁsje

kɔmə ʒkʁwaz- o kɔ̃tə də fe
ʒvulε pa ɑ̃ ʁεste la
alɔʁ ʒtε tɑ̃dy œ̃ tʁyk a mwa
ʒkʁwa ksetε œ̃ kaləsɔ̃
ʒavε pa tʁo ʁɡaʁde
ʒsɥi syʁ avwaʁ y lε kɔ̃
mε ta suʁi, ʒetε buləvεʁse.

ta po dɔʁe o sɔlεj kuʃɑ̃
lə səl ʁεjɔ̃ də sεtə lavəʁi
œ̃ ʃaʁmə ɛ̃sɑ̃se, œ̃ paʁfœ̃ ɑ̃nivʁɑ̃
no ʁəɡaʁdz- ɔ̃ ɛ̃siste, ɔ̃n- a ʁuʒi

e nu sɔməz- ale bwaʁə œ̃ te
ʒavε ʁjɛ̃ a diʁə
iavε ʒystə ka tekute
tə ʁəɡaʁde ʁiʁə
ta ʒwa də vivʁə ma stypefε.

ta paʁle də tɔ̃ pase
də sə kə ty fəzε
e ʒε apʁi, o dezεspwaʁ
ktetε ʒystə la paʁ-azaʁ

ʒetε tɔ̃n- εskalə, tɔ̃n- avjɔ̃ tatɑ̃dε
ʒvulε pa ɑ̃ ʁεste la, ty ma dɔne di- minytə
ʒsɥi paʁti ɑ̃ kuʁɑ̃ ʃe mwa, ʒmə sɥi di : e pi zyt
ʒε ʁɑ̃pli œ̃ sak dafεʁə puʁ ynə səmεnə u ynə etεʁnite

ty ma atɑ̃dy, ɔ̃n- a pʁiz- œ̃ taksi
ɔ̃n- εt- ale dɑ̃ lə sjεl, a la tɔ̃be də la nɥi
e kεlkz- œʁ plys taʁ, apʁεz- avwaʁ lɔ̃ɡəmɑ̃ diskyte
nuz- esjɔ̃ la, syʁ tɔ̃n- ilə ɑ̃ʃɑ̃te

lə dεstɛ̃ ε tεllmɑ̃ ɛ̃stɑ̃tane
mε si ɛ̃tɑ̃sə lɔʁskə də tεllə syʁpʁizə vjεne pimɑ̃te vɔtʁə vi
u plyto vo ʁεvə… sa setε pʁeviziblə