Poème-France.com

Poeme : Une Sixième Cicatrices Sur Mon Poignets ! ! !



Une Sixième Cicatrices Sur Mon Poignets ! ! !

J’ai une soudaine envie de me droguer
Parce que je suis allé me rappeler le passé
Sur mon visage des larmes commencent a couler
J’ai envie d’en finir ici, envie de tout oublier
Une envie irrisistible de m’en aller

Vers la salle de bain, je me suis dirigé
Pour ses petites veines bleues, tranchées
Ceci semblait peut-être égoïste, j’ai fini par réalisé
Mais j’en avais tout simplement, asser
De mon autre main, la bouteille, j’ai callé
De la même main, le joint j’ai attisé
Pour ne douleur, ne pas ressentir
De la même main, j’ai pris le couteau
En très peut de temps, j’ai arivé a tomber de haut
J’ai placé une photo devant moi
En pensant à vous, et à toi

Le sang à commencé à couler
Une autre tentative qui allait échoué
Une sixième cicatrice, sur mon poignets, qui aillait me rappeler le passé
Une cicatrice pour tout les mauvais moments que j’ai pas réussi à oublier

J’avais froid, pkoi j’ai fais sa
J’avais pensé prendre la bonne décision mais ca ne l’étais pas
Allais-je survivre ?
Allais-je mourir ?

Sa commencait à tourner
Je me suis allongé
Et à la porte, on n’a frappé
De ma bouche, aucuns sons ne s’est échappé
Et la porte, ils l’ont défoncer
Pour dans une ambulance, m’emmener
Pour à l’hôpital, me sauver

Mais moi je voulais pas revenir
J’voulais arrêter de soufrir
Putin, pkoi vous m’avez pas laisser partit ?
C’est ma vie, et j’ai le droit de décider de fuir

Une septième blessure va bientôt se former
Et la vous pourrez pas me sauver
Car vous en aurez même pas l’idée
Je vais tout laisser

S’il vous plaît, si vous voulez mon bonheur laisser moi m’enfuir
De cette vie qui me fait pourir
Ch’pourrai jamais m’en sortir
N’essayer pas de m’aider
Depuis longtemps mon soleil à cesser de briller
S’il vous plaît, laisser-moi tout quitter, m’en aller
Pour l’éternité…
Tit£-@udr£Y

PostScriptum

Mauvais souvenirs ! ! ! ! = (


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

ʒε ynə sudεnə ɑ̃vi də mə dʁɔɡe
paʁsə kə ʒə sɥiz- ale mə ʁapəle lə pase
syʁ mɔ̃ vizaʒə dε laʁmə- kɔmɑ̃se a kule
ʒε ɑ̃vi dɑ̃ finiʁ isi, ɑ̃vi də tut- ublje
ynə ɑ̃vi iʁizistiblə də mɑ̃n- ale

vεʁ la salə də bɛ̃, ʒə mə sɥi diʁiʒe
puʁ sε pətitə vεnə blø, tʁɑ̃ʃe
səsi sɑ̃blε pø tεtʁə eɡɔistə, ʒε fini paʁ ʁealize
mε ʒɑ̃n- avε tu sɛ̃pləmɑ̃, ase
də mɔ̃n- otʁə mɛ̃, la butεjə, ʒε kale
də la mεmə mɛ̃, lə ʒwɛ̃ ʒε atize
puʁ nə dulœʁ, nə pa ʁəsɑ̃tiʁ
də la mεmə mɛ̃, ʒε pʁi lə kuto
ɑ̃ tʁε pø də tɑ̃, ʒε aʁive a tɔ̃be də-o
ʒε plase ynə fɔto dəvɑ̃ mwa
ɑ̃ pɑ̃sɑ̃ a vu, e a twa

lə sɑ̃ a kɔmɑ̃se a kule
ynə otʁə tɑ̃tativə ki alε eʃue
ynə sizjεmə sikatʁisə, syʁ mɔ̃ pwaɲε, ki ajε mə ʁapəle lə pase
ynə sikatʁisə puʁ tu lε movε mɔmɑ̃ kə ʒε pa ʁeysi a ublje

ʒavε fʁwa, pkwa ʒε fε sa
ʒavε pɑ̃se pʁɑ̃dʁə la bɔnə desizjɔ̃ mε ka nə letε pa
alε ʒə syʁvivʁə ?
alε ʒə muʁiʁ ?

sa kɔmɑ̃kε a tuʁne
ʒə mə sɥiz- alɔ̃ʒe
e a la pɔʁtə, ɔ̃ na fʁape
də ma buʃə, okœ̃ sɔ̃ nə sεt- eʃape
e la pɔʁtə, il lɔ̃ defɔ̃se
puʁ dɑ̃z- ynə ɑ̃bylɑ̃sə, maməne
puʁ a lopital, mə sove

mε mwa ʒə vulε pa ʁəvəniʁ
ʒvulεz- aʁεte də sufʁiʁ
pytɛ̃, pkwa vu mave pa lεse paʁti ?
sε ma vi, e ʒε lə dʁwa də deside də fɥiʁ

ynə sεtjεmə blesyʁə va bjɛ̃to sə fɔʁme
e la vu puʁʁe pa mə sove
kaʁ vuz- ɑ̃n- oʁe mεmə pa lide
ʒə vε tu lεse

sil vu plε, si vu vule mɔ̃ bɔnœʁ lεse mwa mɑ̃fɥiʁ
də sεtə vi ki mə fε puʁiʁ
ʃpuʁʁε ʒamε mɑ̃ sɔʁtiʁ
nesεje pa də mεde
dəpɥi lɔ̃tɑ̃ mɔ̃ sɔlεj a sese də bʁije
sil vu plε, lεse mwa tu kite, mɑ̃n- ale
puʁ letεʁnite…