Poème-France.com

Poeme : Pour M-C



Pour M-C

Déjà 13 mois
Qu’on traine ensemble
Des moments formidables
À sècher les cours
À aller faire des tours
À fumer des méga joints
À caller des méga bouteille
Des moments que j’oublirai jamais
Et ns, on le sait
On sera toujours tous les deux
Quand sa va pas, a s’sècher nos yeux
Pour ne plus voir nos larmes couler
Pour ne plus se faire marcher sur les pieds
Pour les personnes détester, câler
Des virées inoubliable
Des soirées agréable
Mais toujours ensemble
À apprécier le moment présent
À ne plus chialer
Contre les parents
Qui ns font royalement chier
Avec leur interdictions
Et leurs petites permissions
Qui nous pourisse l’existence
Mais malgré tous s’kon peut raconter
Jamais on ne cessera de les aimer
Toujours, dans nos cœurs ils seront placé
C’edst juste le faite qu’ils essaient de nous comprendre
Et qu’ils y arrivent pas
À ce que je vois
On n’est pas si compliké que sa
Un jour ou l’autre, ils finiront pas y arrivé ! ! !
Dja 13 moins qu’ont traîne ensemble
À faire des conneries incencé
Que personne n’arrive a capter
Nos rires sans raisons
Que personne n’arrive à stoper
Toujours on va se retrouver
Pour essayer de leur faire apprendre
Que plus rien ne pourra nous séparer ! ! ! !

Pour toi M-C, mon meilleur ami, faut pas que tu t’nquiète, plus jamais on aura l’envie de creuver parce k’on sra pu jamais séparé
Pour mon double-moi (lol) avec ki je passe le plus de temps ! ! ! !
Tit£-@udr£Y

PostScriptum

Pour toi m-c, faut pas qu’tu t’inquiète, plus jamais on n’aura l’envie de creuver parce kon s’ra plus jamais séparé


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

deʒa tʁεzə mwa
kɔ̃ tʁεnə ɑ̃sɑ̃blə
dε mɔmɑ̃ fɔʁmidablə
a sεʃe lε kuʁ
a ale fεʁə dε tuʁ
a fyme dε meɡa ʒwɛ̃
a kale dε meɡa butεjə
dε mɔmɑ̃ kə ʒubliʁε ʒamε
e εn εs, ɔ̃ lə sε
ɔ̃ səʁa tuʒuʁ tus lε dø
kɑ̃ sa va pa, a ssεʃe noz- iø
puʁ nə plys vwaʁ no laʁmə- kule
puʁ nə plys sə fεʁə maʁʃe syʁ lε pje
puʁ lε pεʁsɔnə detεste, kale
dε viʁez- inubljablə
dε swaʁez- aɡʁeablə
mε tuʒuʁz- ɑ̃sɑ̃blə
a apʁesje lə mɔmɑ̃ pʁezɑ̃
a nə plys ʃjale
kɔ̃tʁə lε paʁɑ̃
ki εn εs fɔ̃ ʁwajaləmɑ̃ ʃje
avεk lœʁ ɛ̃tεʁdiksjɔ̃
e lœʁ pətitə pεʁmisjɔ̃
ki nu puʁisə lεɡzistɑ̃sə
mε malɡʁe tus skɔ̃ pø ʁakɔ̃te
ʒamεz- ɔ̃ nə sesəʁa də lεz- εme
tuʒuʁ, dɑ̃ no kœʁz- il səʁɔ̃ plase
sεdst ʒystə lə fεtə kilz- esε də nu kɔ̃pʁɑ̃dʁə
e kilz- i aʁive pa
a sə kə ʒə vwa
ɔ̃ nε pa si kɔ̃plike kə sa
œ̃ ʒuʁ u lotʁə, il finiʁɔ̃ pa i aʁive ! ! !
dʒa tʁεzə mwɛ̃ kɔ̃ tʁεnə ɑ̃sɑ̃blə
a fεʁə dε kɔnəʁiz- ɛ̃sɑ̃se
kə pεʁsɔnə naʁivə a kapte
no ʁiʁə sɑ̃ ʁεzɔ̃
kə pεʁsɔnə naʁivə a stɔpe
tuʒuʁz- ɔ̃ va sə ʁətʁuve
puʁ esεje də lœʁ fεʁə apʁɑ̃dʁə
kə plys ʁjɛ̃ nə puʁʁa nu sepaʁe ! ! !

puʁ twa εm se, mɔ̃ mεjœʁ ami, fo pa kə ty tnkjεtə, plys ʒamεz- ɔ̃n- oʁa lɑ̃vi də kʁəve paʁsə kɔ̃ sʁa py ʒamε sepaʁe
puʁ mɔ̃ dublə mwa (lɔl) avεk ki ʒə pasə lə plys də tɑ̃ ! ! !