Poème-France.com

Poeme : Laisser-Moi M’Envoler



Laisser-Moi M’Envoler

Ne me promets pas que tu resteras
Car je sais qu’au fond de toi
Ton cœur rempli autrefois de joie
Étant échorché par toute les promesses
Que la vie transformait en tristesse
Toi qui était bondé d’entrain
Tu voulais y sauter pour y mettre fin
Toi qui courais dans les champs
À la recherche de petites fleurs roses
Tu croyais que tout changerait… mais ce n’était qu’une prose. .
Un jour tu es tombé,
Lorsqu’on t’a poussé, tu voulais pleurer
Parce que tu avais mal
On te disait que c’était dû à ton moral…
Mais au fond tu souffrais vraiment
Il vaut mieux regardé le ciel
Plutôt que de regarder une tombe en mabre
Tu m’avais promie, chère amie
Que ta maladie, n’était pas si élargie
Sur ton cœur tu avait des marques
Tu avais mal, tu voulait t’envoler comme un mornarque…
Tu m’avais dit que ça irais mais ce n’était pas vrai…
Ne me promets pas, ne me dit pas que tu est là, ce seront des larmes que jetterai sur toi et non des fleurs, les petites fleurs roses que tu aimais tant
Je t’aime et je croyais en ta promesse
Ne me promets pas, car tu n’es plus là

-Échorchée
Échorchée

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

nə mə pʁɔmε pa kə ty ʁεstəʁa
kaʁ ʒə sε ko fɔ̃ də twa
tɔ̃ kœʁ ʁɑ̃pli otʁəfwa də ʒwa
etɑ̃ eʃɔʁʃe paʁ tutə lε pʁɔmesə
kə la vi tʁɑ̃sfɔʁmε ɑ̃ tʁistεsə
twa ki etε bɔ̃de dɑ̃tʁɛ̃
ty vulεz- i sote puʁ i mεtʁə fɛ̃
twa ki kuʁε dɑ̃ lε ʃɑ̃
a la ʁəʃεʁʃə də pətitə flœʁ ʁozə
ty kʁwajε kə tu ʃɑ̃ʒəʁε… mε sə netε kynə pʁozə.
œ̃ ʒuʁ ty ε tɔ̃be,
lɔʁskɔ̃ ta puse, ty vulε pləʁe
paʁsə kə ty avε mal
ɔ̃ tə dizε kə setε dy a tɔ̃ mɔʁal…
mεz- o fɔ̃ ty sufʁε vʁεmɑ̃
il vo mjø ʁəɡaʁde lə sjεl
plyto kə də ʁəɡaʁde ynə tɔ̃bə ɑ̃ mabʁə
ty mavε pʁɔmi, ʃεʁə ami
kə ta maladi, netε pa si elaʁʒi
syʁ tɔ̃ kœʁ ty avε dε maʁk
ty avε mal, ty vulε tɑ̃vɔle kɔmə œ̃ mɔʁnaʁkə…
ty mavε di kə sa iʁε mε sə netε pa vʁε…
nə mə pʁɔmε pa, nə mə di pa kə ty ε la, sə səʁɔ̃ dε laʁmə- kə ʒεtəʁε syʁ twa e nɔ̃ dε flœʁ, lε pətitə flœʁ ʁozə kə ty εmε tɑ̃
ʒə tεmə e ʒə kʁwajεz- ɑ̃ ta pʁɔmεsə
nə mə pʁɔmε pa, kaʁ ty nε plys la

eʃɔʁʃe