Poème-France.com

Poeme : Finalement



Finalement

Finalement les gens ne sont pas aussi irremplaçables qu’on le pense. Finalement les sourires deviennent plus flous. On s’habitue à marcher seul. On s’habitue. On s’habitue à tout, même à l’absence, qui au début nous pèse puis finalement devient juste comme une ombre familière. Finalement on apprend à se résigner et on comprend que vouloir garder les gens pour toujours auprès de sois est complètement irraisonné et dérisoire. On apprend à accepter le fait que tout le monde s’éloigne ou s’en va un jour, on cesse de s’agripper comme des forcenés tout ce que nos doigts peuvent attraper pour les retenir. On laisse le temps faire à sa guise, puisque de tout façon on ne peut rien pour lui.
Be!la

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

finaləmɑ̃ lε ʒɑ̃ nə sɔ̃ pa osi iʁɑ̃plasablə kɔ̃ lə pɑ̃sə. finaləmɑ̃ lε suʁiʁə dəvjεne plys flus. ɔ̃ sabitɥ a maʁʃe səl. ɔ̃ sabitɥ. ɔ̃ sabitɥ a tu, mεmə a labsɑ̃sə, ki o deby nu pεzə pɥi finaləmɑ̃ dəvjɛ̃ ʒystə kɔmə ynə ɔ̃bʁə familjεʁə. finaləmɑ̃ ɔ̃n- apʁɑ̃t- a sə ʁeziɲe e ɔ̃ kɔ̃pʁɑ̃ kə vulwaʁ ɡaʁde lε ʒɑ̃ puʁ tuʒuʁz- opʁε də swaz- ε kɔ̃plεtəmɑ̃ iʁεzɔne e deʁizwaʁə. ɔ̃n- apʁɑ̃t- a aksεpte lə fε kə tu lə mɔ̃də selwaɲə u sɑ̃ va œ̃ ʒuʁ, ɔ̃ sεsə də saɡʁipe kɔmə dε fɔʁsəne tu sə kə no dwa pəve atʁape puʁ lε ʁətəniʁ. ɔ̃ lεsə lə tɑ̃ fεʁə a sa ɡizə, pɥiskə də tu fasɔ̃ ɔ̃ nə pø ʁjɛ̃ puʁ lɥi.