Poème-France.com

Poeme : Les 4 Saisons Du Silence : I. L’Automne.



Les 4 Saisons Du Silence : I. L’Automne.

I. L’Automne.

Seuls mes pas résonnent encore,
Dans la fraîcheur du soir, dehors,
Je remonte le col de mon manteau,
Je me dirige vers un endroit chaud,

J’aurai aimé courir vers tes bras,
Mais seule l’absence a voulu de moi,
Le Silence est mon seul et unique écho,
A mes appels, S. O. S venus à toi par flots

Je me suis finalement fait à cette idée
De ne plus espérer, de ne plus te rêver,
J’ai tenté de ne plus revoir ton visage,
Mais le cœur n’écoute la voix du Sage,

Le Silence produit son bruit dans la nuit,
Comme ta délicieuse bouche qui me fuie,
Les feuilles séchées craquent sous mes pieds,
Tel mon cœur qui s’est doucement fissuré,

Je me suis projeté dans mon avenir,
Et je n’y ai rien vu sauf ton sourire,
J’ai bien tenté d’effacer notre passé,
Mais ton nom en mes yeux est ancré,

Tu es bien la seule et unique que j’espère,
Le souffle qui empêche le résultat poussière
Mais ce long silence de cet Amour absent,
Qui à peine né est mort, me hante tellement,

J’attends ces mots de ton cœur, ma belle,
Qui auront le pouvoir de faire pousser des ailes
Je reste, tel un condamné attend sa sentence,
Que tu veuilles bien me donner une chance,

Bientôt 7 ans que je t’aime avec patience,
L’Automne ravive encore ma souffrance,
Bientôt 7 ans que je meurs de ton absence,
Et l’automne me ramène à nos silences.
Cindy Limpens

PostScriptum

Vala, je refais une suite, cette fois-ci en 4 poèmes sur chaque saison et un silence de souffrance… Le silence n’est pas toujours symbole de souffrance, au contraire, enfin pour moi en tout cas, en général ; ) . . mais pour cette suite, je choisis des cas


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

i. lotɔmnə.

səl mε pa ʁezɔne ɑ̃kɔʁə,
dɑ̃ la fʁεʃœʁ dy swaʁ, dəɔʁ,
ʒə ʁəmɔ̃tə lə kɔl də mɔ̃ mɑ̃to,
ʒə mə diʁiʒə vεʁz- œ̃n- ɑ̃dʁwa ʃo,

ʒoʁε εme kuʁiʁ vεʁ tε bʁa,
mε sələ labsɑ̃sə a vuly də mwa,
lə silɑ̃sə ε mɔ̃ səl e ynikə eʃo,
a mεz- apεl, εs. o. εs vənysz- a twa paʁ flo

ʒə mə sɥi finaləmɑ̃ fε a sεtə ide
də nə plysz- εspeʁe, də nə plys tə ʁεve,
ʒε tɑ̃te də nə plys ʁəvwaʁ tɔ̃ vizaʒə,
mε lə kœʁ nekutə la vwa dy saʒə,

lə silɑ̃sə pʁɔdɥi sɔ̃ bʁɥi dɑ̃ la nɥi,
kɔmə ta delisjøzə buʃə ki mə fɥi,
lε fœjə seʃe kʁake su mε pje,
tεl mɔ̃ kœʁ ki sε dusəmɑ̃ fisyʁe,

ʒə mə sɥi pʁɔʒəte dɑ̃ mɔ̃n- avəniʁ,
e ʒə ni ε ʁjɛ̃ vy sof tɔ̃ suʁiʁə,
ʒε bjɛ̃ tɑ̃te defase nɔtʁə pase,
mε tɔ̃ nɔ̃ ɑ̃ mεz- iøz- εt- ɑ̃kʁe,

ty ε bjɛ̃ la sələ e ynikə kə ʒεspεʁə,
lə suflə ki ɑ̃pεʃə lə ʁezylta pusjεʁə
mε sə lɔ̃ silɑ̃sə də sεt amuʁ absɑ̃,
ki a pεnə ne ε mɔʁ, mə-ɑ̃tə tεllmɑ̃,

ʒatɑ̃ sε mo də tɔ̃ kœʁ, ma bεllə,
ki oʁɔ̃ lə puvwaʁ də fεʁə puse dεz- εlə
ʒə ʁεstə, tεl œ̃ kɔ̃damne atɑ̃ sa sɑ̃tɑ̃sə,
kə ty vœjə bjɛ̃ mə dɔne ynə ʃɑ̃sə,

bjɛ̃to sεt ɑ̃ kə ʒə tεmə avεk pasjɑ̃sə,
lotɔmnə ʁavivə ɑ̃kɔʁə ma sufʁɑ̃sə,
bjɛ̃to sεt ɑ̃ kə ʒə mœʁ də tɔ̃n- absɑ̃sə,
e lotɔmnə mə ʁamεnə a no silɑ̃sə.