Poème-France.com

Poeme : Les 4 Saisons Du Silence : Iv. L’Eté.



Les 4 Saisons Du Silence : Iv. L’Eté.

Deux mains liées par la fraternité,
Deux regards vers l’Océan tournés,
Deux cœurs qui battent à l’unisson,
Deux voix qui ne produise pas un son,

Le Soleil doucement se couche
Mais le silence de leurs bouches
Préserve la chaleur nécessaire
Indispensable entre sœurs et frères,

Ces retrouvailles en un soir d’été
A la joie, en chacun d’eux, ravivé
Ils ont tant d’histoires à se raconter
Ils ont tellement d’années à rattraper,

Mais, ils savent qu’ils ont toute la vie,
Que plus jamais, leurs âmes seront punies,
De trop se parler, de trop rire, de trop s’aimer.
Rien ni personne ne pourra plus les séparer.

Parce que, pour toujours, dans le cœur
On garde sa meilleure amie, sa sœur,
Parce que, pour toujours, dans sa chaire
On se rappelle cet être nommé frère,

Même la haine, les vengeances de leurs parents
Ne pourront plus déchirer ses cœurs d’enfant,
Même les années où ils étaient trop éloignés
Ne pourront plus les faire pleurer et trembler,

Le lien qui est ancré au fond de leurs âmes
Ne pourra plus se briser d’une seule lame
La joie, les sourires, la permission d’aimer
Resteront pour eux, le seul Soleil de leur Eté.

La douce journée d’été vient de se terminer,
La Lune entame sa garde pour pouvoir veiller,
Sur ces deux êtres de cœur, deux êtres de sang
Qui, dans le Silence, se retrouve comme avant.
Cindy Limpens

PostScriptum

Et vala, le dernier, z’espère que la nouvelle suite vous a plu : )
Je remercie tous ceux qui m’ont lue… (F)

Ici : simple mais merveilleuse retrouvailles entre frères et soeurs : )
Un tit clin d’oeil aux miens, pour leur dire que jamais rien ne pourra


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

dø mɛ̃ lje paʁ la fʁatεʁnite,
dø ʁəɡaʁd vεʁ lɔseɑ̃ tuʁne,
dø kœʁ ki bate a lynisɔ̃,
dø vwa ki nə pʁɔdɥizə pa œ̃ sɔ̃,

lə sɔlεj dusəmɑ̃ sə kuʃə
mε lə silɑ̃sə də lœʁ buʃə
pʁezεʁvə la ʃalœʁ nesesεʁə
ɛ̃dispɑ̃sablə ɑ̃tʁə sœʁz- e fʁεʁə,

sε ʁətʁuvajəz- ɑ̃n- œ̃ swaʁ dete
a la ʒwa, ɑ̃ ʃakœ̃ dø, ʁavive
ilz- ɔ̃ tɑ̃ distwaʁəz- a sə ʁakɔ̃te
ilz- ɔ̃ tεllmɑ̃ danez- a ʁatʁape,

mε, il save kilz- ɔ̃ tutə la vi,
kə plys ʒamε, lœʁz- amə səʁɔ̃ pyni,
də tʁo sə paʁle, də tʁo ʁiʁə, də tʁo sεme.
ʁjɛ̃ ni pεʁsɔnə nə puʁʁa plys lε sepaʁe.

paʁsə kə, puʁ tuʒuʁ, dɑ̃ lə kœʁ
ɔ̃ ɡaʁdə sa mεjəʁə ami, sa sœʁ,
paʁsə kə, puʁ tuʒuʁ, dɑ̃ sa ʃεʁə
ɔ̃ sə ʁapεllə sεt εtʁə nɔme fʁεʁə,

mεmə la-εnə, lε vɑ̃ʒɑ̃sə də lœʁ paʁɑ̃
nə puʁʁɔ̃ plys deʃiʁe sε kœʁ dɑ̃fɑ̃,
mεmə lεz- anez- u ilz- etε tʁo elwaɲe
nə puʁʁɔ̃ plys lε fεʁə pləʁe e tʁɑ̃ble,

lə ljɛ̃ ki εt- ɑ̃kʁe o fɔ̃ də lœʁz- amə
nə puʁʁa plys sə bʁize dynə sələ lamə
la ʒwa, lε suʁiʁə, la pεʁmisjɔ̃ dεme
ʁεstəʁɔ̃ puʁ ø, lə səl sɔlεj də lœʁ əte.

la dusə ʒuʁne dete vjɛ̃ də sə tεʁmine,
la lynə ɑ̃tamə sa ɡaʁdə puʁ puvwaʁ vεje,
syʁ sε døz- εtʁə- də kœʁ, døz- εtʁə- də sɑ̃
ki, dɑ̃ lə silɑ̃sə, sə ʁətʁuvə kɔmə avɑ̃.