Poème-France.com

Poeme : L’Amour, Bourgeon De Nos Souffrances



L’Amour, Bourgeon De Nos Souffrances

L’amour bourgeon de nos souffrances

L’amour n’est qu’un puit profond
Qui tout d’abord nous attrait
Pour ensuite nous engloutir
Au fond de ses eaux
Ainsi que nos pleurs
Qui malgré nous nous emportent
Je ne sais pourquoi j’y crois car autour de moi vous êtes heureux
De votre amour ; mais pourtant
Je ne sais pourquoi,
J’y consens de tout mon cœur :
L’amour n’est que passager,
Il restera peut-être longtemps
Mais finira bien par disparaître.
Pourquoi crois-je en tout ça ?
Je ne devrais point,
Mais l’amour n’est que traître
Sautant d’âme en âme,
Laissant les autres périr
Noyés de leurs pleurs.
Il ne fera qu’enfer après séjour au paradis.
Je ne comprends pourquoi
L’Homme pourtant
Le plus intelligent
Se laisse prendre dans se piège.
Les autres animaux, eux ;
N’ont que maîtresse qu’ils laissent
Après qu’elles aient enfanté ou même
Avant, sans jamais l’avoir aimé ;
Mas juste pour assurer
La reproduction de l’espèce.
Nous devrions, si nous pouvions,
Repartir à zéro et créer
Un monde sans amour
Ni souffrance, pour ainsi
Nous empêcher de croire
A ces sottises,
Qui au fond de moi, ne font que régner.
Et ainsi, chaque Homme
Aurait sa liberté
Sans appartenir à quiconque.
Un homme d’une nouvelle race,
Un Homme rennais,
Qui ne ferai qu’en fait
Nous rendre nous, les Hommes,
Des êtres inhumains
Sans sentiments.
Après tout, nous ne pouvons
Trouver un Homme
Meilleur que nous sommes ;
Même après les plus grands changements
Qui ne feraient que déplacer
Le mauvais de place.

01/12/96
À Clélia
Emma Lalonde

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

lamuʁ buʁʒɔ̃ də no sufʁɑ̃sə

lamuʁ nε kœ̃ pɥi pʁɔfɔ̃
ki tu dabɔʁ nuz- atʁε
puʁ ɑ̃sɥitə nuz- ɑ̃ɡlutiʁ
o fɔ̃ də sεz- o
ɛ̃si kə no plœʁ
ki malɡʁe nu nuz- ɑ̃pɔʁte
ʒə nə sε puʁkwa ʒi kʁwa kaʁ otuʁ də mwa vuz- εtəz- œʁø
də vɔtʁə amuʁ, mε puʁtɑ̃
ʒə nə sε puʁkwa,
ʒi kɔ̃sɛ̃ də tu mɔ̃ kœʁ :
lamuʁ nε kə pasaʒe,
il ʁεstəʁa pø tεtʁə lɔ̃tɑ̃
mε finiʁa bjɛ̃ paʁ dispaʁεtʁə.
puʁkwa kʁwa ʒə ɑ̃ tu sa ?
ʒə nə dəvʁε pwɛ̃,
mε lamuʁ nε kə tʁεtʁə
sotɑ̃ damə ɑ̃n- amə,
lεsɑ̃ lεz- otʁə- peʁiʁ
nwaje də lœʁ plœʁ.
il nə fəʁa kɑ̃fe apʁε seʒuʁ o paʁadi.
ʒə nə kɔ̃pʁɑ̃ puʁkwa
lɔmə puʁtɑ̃
lə plysz- ɛ̃tεlliʒe
sə lεsə pʁɑ̃dʁə dɑ̃ sə pjεʒə.
lεz- otʁəz- animo, ø,
nɔ̃ kə mεtʁεsə kil lεse
apʁε kεlləz- ε ɑ̃fɑ̃te u mεmə
avɑ̃, sɑ̃ ʒamε lavwaʁ εme,
mas ʒystə puʁ asyʁe
la ʁəpʁɔdyksjɔ̃ də lεspεsə.
nu dəvʁjɔ̃, si nu puvjɔ̃,
ʁəpaʁtiʁ a zeʁo e kʁee
œ̃ mɔ̃də sɑ̃z- amuʁ
ni sufʁɑ̃sə, puʁ ɛ̃si
nuz- ɑ̃pεʃe də kʁwaʁə
a sε sɔtizə,
ki o fɔ̃ də mwa, nə fɔ̃ kə ʁeɲe.
e ɛ̃si, ʃakə ɔmə
oʁε sa libεʁte
sɑ̃z- apaʁtəniʁ a kikɔ̃kə.
œ̃n- ɔmə dynə nuvεllə ʁasə,
œ̃n- ɔmə ʁεnε,
ki nə fəʁε kɑ̃ fε
nu ʁɑ̃dʁə nu, lεz- ɔmə,
dεz- εtʁəz- inymɛ̃
sɑ̃ sɑ̃timɑ̃.
apʁε tu, nu nə puvɔ̃
tʁuve œ̃n- ɔmə
mεjœʁ kə nu sɔmə,
mεmə apʁε lε plys ɡʁɑ̃ ʃɑ̃ʒəmɑ̃
ki nə fəʁε kə deplase
lə movε də plasə.

zeʁo œ̃ slaʃ duzə slaʃ katʁə vɛ̃- sεzə
a klelja