Poème-France.com

Poeme : L’Île



L’Île

Île a milles trésors,
Illuminée d’un éclair de soleil,
Reflète dans ta pale lueur, le visage dune indienne.
Peau mate, yeux d’ébène,
Elle a dans ses cheveux une plume de rubis,
La cascade ruissèle d’un doux bruit.

La nature se réveille sous ses pas,
Verte et fraîche là bas.
Un oiseau chante à l’approche du jour,
La chaleur se lève, le temps devient lourd.

Les tamtams se font pressants et rapprochés,
Le signal est clair, il faut rentrer, danger.
L’homme blanc est arrivé, les nuages sont de retour,
Danger, il a dans ses yeux une flamme cruelle, toujours,
Danger, la nature fuit et filent flèches et fusils,
Attaquent et tombent les hommes,

Sur le bateau belle blonde au teint pâle mange une pomme,
Elle ne se rend pas compte que dans la forêt, siens mènent guerre,
Que des humains gisent morts dans la clairière.
Le sang glisse, salit, ruisselle dans la pâle eau claire,
Tourmente et rougit la rivière.

Le soleil se couche sous les clameurs des indiens,
L’arrivée des étoiles met fin,
Aux peines et misères, anglais repartent sur mer,
Les familles crient et désespèrent.

La jeune peau rouge, blessée et soignée couchée dans le tipi,
La main de son fils de huit ans dans la sienne, mourra dans la nuit,
Payera pour des crimes non commis,
Parlera pour tous les non dits
Dans la clarté d’une nouvelle matinée,
L’île devra se relever
-O-Xxx-O-

PostScriptum

il n’y a pas de mots pour décrire les ravages qu’on subit des peuples indiens il y a quelques siècle. . . Ecrire sur eux c’est une facon pour moi de faire revivre un peu dans les coeurs et dans les souvenirs les stéréotypes et les traditions d’un peuple d


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

ilə a milə tʁezɔʁ,
ilymine dœ̃n- eklεʁ də sɔlεj,
ʁəflεtə dɑ̃ ta palə lɥœʁ, lə vizaʒə dynə ɛ̃djεnə.
po matə, iø debεnə,
εllə a dɑ̃ sε ʃəvøz- ynə plymə də ʁybi,
la kaskadə ʁɥisεlə dœ̃ du bʁɥi.

la natyʁə sə ʁevεjə su sε pa,
vεʁtə e fʁεʃə la ba.
œ̃n- wazo ʃɑ̃tə a lapʁoʃə dy ʒuʁ,
la ʃalœʁ sə lεvə, lə tɑ̃ dəvjɛ̃ luʁ.

lε tamtam sə fɔ̃ pʁesɑ̃z- e ʁapʁoʃe,
lə siɲal ε klεʁ, il fo ʁɑ̃tʁe, dɑ̃ʒe.
lɔmə blɑ̃ εt- aʁive, lε nɥaʒə sɔ̃ də ʁətuʁ,
dɑ̃ʒe, il a dɑ̃ sεz- iøz- ynə flamə kʁyεllə, tuʒuʁ,
dɑ̃ʒe, la natyʁə fɥi e file flεʃəz- e fyzil,
atake e tɔ̃be lεz- ɔmə,

syʁ lə bato bεllə blɔ̃də o tɛ̃ palə mɑ̃ʒə ynə pɔmə,
εllə nə sə ʁɑ̃ pa kɔ̃tə kə dɑ̃ la fɔʁε, sjɛ̃ mεne ɡeʁə,
kə dεz- ymɛ̃ ʒize mɔʁ dɑ̃ la klεʁjεʁə.
lə sɑ̃ ɡlisə, sali, ʁɥisεllə dɑ̃ la palə o klεʁə,
tuʁmɑ̃tə e ʁuʒi la ʁivjεʁə.

lə sɔlεj sə kuʃə su lε klamœʁ dεz- ɛ̃djɛ̃,
laʁive dεz- etwalə mεt fɛ̃,
o pεnəz- e mizεʁə, ɑ̃ɡlε ʁəpaʁte syʁ mεʁ,
lε famijə kʁje e dezεspεʁe.

la ʒənə po ʁuʒə, blese e swaɲe kuʃe dɑ̃ lə tipi,
la mɛ̃ də sɔ̃ fis də ɥit ɑ̃ dɑ̃ la sjεnə, muʁʁa dɑ̃ la nɥi,
pεjəʁa puʁ dε kʁimə nɔ̃ kɔmi,
paʁləʁa puʁ tus lε nɔ̃ di
dɑ̃ la klaʁte dynə nuvεllə matine,
lilə dəvʁa sə ʁələve