Poeme-France : Lecture Écrit Amour

Poeme : Peur

Poème Amour
Publié le 12/06/2004 00:00

L'écrit contient 144 mots qui sont répartis dans 5 strophes. Toutes les strophes sont composés de 4 vers. Il est possible que le texte suive une forme de poésie classique.

Poete : -O-Xxx-O-

Peur

Dans une ruelle, au bord d’un port,
Alors que faible se lève l’aurore,
Elle, elle hate le pas, ses petits pieds
Galopent sur des talons rosés.

Elle a peur, et se presse d’avancer,
Son pas ressemble maintenant à des foulées,
Le soleil se lève mais rien ne peut la calmer,
Le cri des mouettes raisonne ce matin d’été.

Elle porte une robe échancrée,
Et de très belles créoles dorées,
Elle a l’air d’une enfant bohême,
Avec comme seul baluchon ses peines.

Là voila presque qui court, tremblante,
Elle trébuche je lui temps la main, hésitante
Puis l’acceptant… et dans ses yeux
Bleux, gris, verts se mélangent c’est radieux.

Dans une ruelle, au bord d’un port,
Alors que vaillante se lève l’aurore,
Eux ils ralentissent le pas pour profiter,
De ce splendide paysage d’été.
  • Pieds Hyphénique: Peur

    dans=u=ne=ru=el=le=au=bord=dun=port 10
    a=lors=que=fai=ble=se=lè=ve=lau=rore 10
    elle=el=le=hate=le=pas=ses=pe=tits=pieds 10
    ga=lo=pent=sur=des=ta=lons=ro=sés 9

    elle=a=peur=et=se=pres=se=da=van=cer 10
    son=pas=res=sem=ble=mainte=nant=à=des=fou=lées 11
    le=so=leil=se=lève=mais=rien=ne=peut=la=cal=mer 12
    le=cri=des=mouettes=rai=sonne=ce=ma=tin=dé=té 11

    el=le=por=te=une=ro=be=é=chan=crée 10
    et=de=très=bel=les=cré=o=les=do=rées 10
    el=le=a=lair=du=ne=en=fant=bo=hême 10
    a=vec=com=me=seul=ba=lu=chon=ses=peines 10

    là=voi=la=pres=que=qui=court=trem=blan=te 10
    elle=tré=buche=je=lui=temps=la=main=hé=si=tante 11
    puis=lac=cep=tant=et=dans=ses=y=eux 9
    bleux=gris=verts=se=mé=lan=gent=cest=ra=dieux 10

    dans=u=ne=ru=el=le=au=bord=dun=port 10
    a=lors=que=vaillan=te=se=lè=ve=lau=rore 10
    eux=ils=ralen=tis=sent=le=pas=pour=pro=fi=ter 11
    de=ce=splen=dide=pa=y=sa=ge=dé=té 10
  • Phonétique : Peur

    dɑ̃z- ynə ʁyεllə, o bɔʁ dœ̃ pɔʁ,
    alɔʁ kə fεblə sə lεvə loʁɔʁə,
    εllə, εllə-atə lə pa, sε pəti pje
    ɡalɔpe syʁ dε talɔ̃ ʁoze.

    εllə a pœʁ, e sə pʁεsə davɑ̃se,
    sɔ̃ pa ʁəsɑ̃blə mɛ̃tənɑ̃ a dε fule,
    lə sɔlεj sə lεvə mε ʁjɛ̃ nə pø la kalme,
    lə kʁi dε muεtə ʁεzɔnə sə matɛ̃ dete.

    εllə pɔʁtə ynə ʁɔbə eʃɑ̃kʁe,
    e də tʁε bεllə kʁeɔlə dɔʁe,
    εllə a lεʁ dynə ɑ̃fɑ̃ bɔεmə,
    avεk kɔmə səl balyʃɔ̃ sε pεnə.

    la vwala pʁεskə ki kuʁ, tʁɑ̃blɑ̃tə,
    εllə tʁebyʃə ʒə lɥi tɑ̃ la mɛ̃, ezitɑ̃tə
    pɥi laksεptɑ̃… e dɑ̃ sεz- iø
    blø, ɡʁi, vεʁ sə melɑ̃ʒe sε ʁadjø.

    dɑ̃z- ynə ʁyεllə, o bɔʁ dœ̃ pɔʁ,
    alɔʁ kə vajɑ̃tə sə lεvə loʁɔʁə,
    øz- il ʁalɑ̃tise lə pa puʁ pʁɔfite,
    də sə splɑ̃didə pεizaʒə dete.
  • Pieds Phonétique : Peur

    dɑ̃=zy=nə=ʁy=εl=lə=o=bɔʁ=dœ̃=pɔʁ 10
    a=lɔʁ=kə=fε=blə=sə=lε=və=lo=ʁɔʁə 10
    εllə=εl=lə-atə=lə=pa=sε=pə=ti=pje 10
    ɡa=lɔ=pe=syʁ=dε=ta=lɔ̃=ʁo=ze 9

    εl=lə=a=pœʁ=e=sə=pʁε=sə=da=vɑ̃se 10
    sɔ̃=paʁə=sɑ̃=blə=mɛ̃=tə=nɑ̃=a=dε=fu=le 11
    lə=sɔ=lεj=sə=lεvə=mε=ʁjɛ̃=nə=pø=la=kal=me 12
    lə=kʁi=dε=mu=εtə=ʁε=zɔ=nə=sə=ma=tɛ̃=de=te 13

    εl=lə=pɔʁ=tə=ynə=ʁɔ=bə=e=ʃɑ̃=kʁe 10
    e=də=tʁε=bεl=lə=kʁe=ɔ=lə=dɔ=ʁe 10
    εl=lə=a=lεʁ=dy=nə=ɑ̃=fɑ̃=bɔ=εmə 10
    a=vεk=kɔ=mə=səl=ba=ly=ʃɔ̃=sε=pεnə 10

    la=vwa=la=pʁεs=kə=ki=kuʁ=tʁɑ̃=blɑ̃=tə 10
    εllə=tʁe=byʃə=ʒə=lɥi=tɑ̃=la=mɛ̃=e=zi=tɑ̃tə 11
    pɥi=lak=sεp=tɑ̃=e=dɑ̃=sε=zi=ø 9
    blø=ɡʁi=vεʁ=sə=me=lɑ̃=ʒe=sε=ʁa=djø 10

    dɑ̃=zy=nə=ʁy=εl=lə=o=bɔʁ=dœ̃=pɔʁ 10
    a=lɔʁ=kə=va=jɑ̃tə=sə=lε=və=lo=ʁɔʁə 10
    ø=zil=ʁa=lɑ̃=tisə=lə=pa=puʁ=pʁɔ=fi=te 11
    də=sə=splɑ̃=didə=pε=i=za=ʒə=de=te 10

Commentaires Sur La Poesie


Auteur de Poésie
13/06/2004 00:00Grosloulou

Un beau tableau étrange.
La jeune fille sortie de nulle part. Egarée, parachutée par quel sort absurde ? forcée par quel parcours cruel du destin ?
De loin, sa silhouette, l’élégance simple mais magistrale en parfaite harmonie avec son gentil sourire splendide et le silence.
Plus près, on voit quelques petites gouttes de l’océan mélangées des perles de sel de ses yeux rieurs amers au sort décalé, aussi profonds que vague comme l’infini de l’horizon bleu du ciel et de l’océan. Mais pourquoi ?
L’Océan continue toujours ses vagues, exactement au même endroit, toujours, en gardant ses souvenirs. . .
GLL.

Auteur de Poésie
13/06/2004 00:00-O-Xxx-O-

oauou. . joli commentaire, je pensais pas qu’on pouvait aussi bien comprendre un de mes textes. . ca me fait tres plaisir tous tes commentaires (bisou