Poème-France.com

Poeme : Aimer Jusqu’A La Prunelle De Ses Yeux…



Aimer Jusqu’A La Prunelle De Ses Yeux…

… .

Une aveugle souffrait, tout en se détestant,
Ne pouvant supporter son handicap tenace,
Elle haïssait les gens, proférait des menaces,
Et passait ses journées à jurer en pestant !

Un garçon, son ami, seul pouvait l’approcher,
Il était toujours là, usant de prévenances.
Un jour, elle exprima, pour lui ses espérances :
Si jamais je voyais, je pourrais t’épouser.

Son souhait fut exaucé, un donneur anonyme,
Lui fit don de ses yeux, elle fut opérée.
Et l’heure enfin sonna, si longtemps espérée :
Voir le jour et enfin changer de patronyme ! …

Son ami était-là, on ôta les bandages,
Elle pouvait tout voir, elle le découvrit,
Ce fut inattendu, son aspect la surprit :
Il était non-voyant… il attendait son gage !

Maintenant que tu vois, voudras-tu m’épouser ?
Ses paupières fermées, la glaça d’épouvante,
La vie à ses côtés lui parut éprouvante,
Il n’en avait rien dit, comme pour la blouser.

C’était là un projet, au-dessus de ses forces,
Aussi sans hésiter et sans le moindre égard,
Elle le rejeta, il repartit hagard,
Pleurant, désespéré, c’était comme un divorce.

Plus tard, il écrivit, ceci sans amertume,
Prends bien soin de tes yeux, savoure ton bonheur,
C’étaient les miens, vois-tu, je l’ai fait de bon cœur,
Moi aussi, il faudra, que je m’en accoutume.



St Just (Joël Gauthier) le 21. 4. 2010
St Just

Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique



ynə avøɡlə sufʁε, tut- ɑ̃ sə detεstɑ̃,
nə puvɑ̃ sypɔʁte sɔ̃-ɑ̃dikap tənasə,
εllə-ajsε lε ʒɑ̃, pʁɔfeʁε dε mənasə,
e pasε sε ʒuʁnez- a ʒyʁe ɑ̃ pεstɑ̃ !

œ̃ ɡaʁsɔ̃, sɔ̃n- ami, səl puvε lapʁoʃe,
il etε tuʒuʁ la, yzɑ̃ də pʁevənɑ̃sə.
œ̃ ʒuʁ, εllə εkspʁima, puʁ lɥi sεz- εspeʁɑ̃sə :
si ʒamε ʒə vwajε, ʒə puʁʁε tepuze.

sɔ̃ suε fy εɡzose, œ̃ dɔnœʁ anɔnimə,
lɥi fi dɔ̃ də sεz- iø, εllə fy ɔpeʁe.
e lœʁ ɑ̃fɛ̃ sɔna, si lɔ̃tɑ̃z- εspeʁe :
vwaʁ lə ʒuʁ e ɑ̃fɛ̃ ʃɑ̃ʒe də patʁɔnimə ! …

sɔ̃n- ami etε la, ɔ̃n- ota lε bɑ̃daʒə,
εllə puvε tu vwaʁ, εllə lə dekuvʁi,
sə fy inatɑ̃dy, sɔ̃n- aspε la syʁpʁi :
il etε nɔ̃ vwajɑ̃… il atɑ̃dε sɔ̃ ɡaʒə !

mɛ̃tənɑ̃ kə ty vwa, vudʁa ty mepuze ?
sε popjεʁə fεʁme, la ɡlasa depuvɑ̃tə,
la vi a sε kote lɥi paʁy epʁuvɑ̃tə,
il nɑ̃n- avε ʁjɛ̃ di, kɔmə puʁ la bluze.

setε la œ̃ pʁɔʒε, o dəsy də sε fɔʁsə,
osi sɑ̃z- ezite e sɑ̃ lə mwɛ̃dʁə eɡaʁ,
εllə lə ʁəʒəta, il ʁəpaʁti-aɡaʁ,
pləʁɑ̃, dezεspeʁe, setε kɔmə œ̃ divɔʁsə.

plys taʁ, il ekʁivi, səsi sɑ̃z- amεʁtymə,
pʁɑ̃ bjɛ̃ swɛ̃ də tεz- iø, savuʁə tɔ̃ bɔnœʁ,
setε lε mjɛ̃, vwa ty, ʒə lε fε də bɔ̃ kœʁ,
mwa osi, il fodʁa, kə ʒə mɑ̃n- akutymə.



εs te ʒyst uvʁə paʁɑ̃tεzə ʒɔεl ɡotje fεʁmə paʁɑ̃tεzə lə vɛ̃t- e œ̃ pwɛ̃ katʁə pwɛ̃ dø milə dis