Poème-France.com

Poeme : Nuits D’Insomnie.



Nuits D’Insomnie.

Certaines nuits ou le sommeil me fuit, il vient.
Dans mes rêveries nocturnes, il m’accompagne.
Petit à petit, tout entier il me gagne.
Il n’est jamais pareil, enjoué ou chagrin.

En ma tête, tel un mineur, il la pioche.
Il en extrait des mots, mots brillants ou cailloux,
Qu’il me lance et relance à me rendre fou,
Jusqu’à ce qu’ils résonnent bien dans ma caboche.

Grand ou petit, il finit toujours par gagner.
Je sais le moment venu, je dois me lever.
Cela fait, à ma table, je vais m’installer.

De peur d’oublier les mots qu’il a insufflé,
Mon cerveau malmené, veut crayon et papier,
Pour qu’enfin Poème, je puisse te coucher.
Loup Gris

PostScriptum

Là ou les pensées l’emportent sur le sommeil.


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

sεʁtεnə nɥiz- u lə sɔmεj mə fɥi, il vjɛ̃.
dɑ̃ mε ʁεvəʁi nɔktyʁnə, il makɔ̃paɲə.
pəti a pəti, tut- ɑ̃tje il mə ɡaɲə.
il nε ʒamε paʁεj, ɑ̃ʒue u ʃaɡʁɛ̃.

ɑ̃ ma tεtə, tεl œ̃ minœʁ, il la pjoʃə.
il ɑ̃n- εkstʁε dε mo, mo bʁijɑ̃z- u kaju,
kil mə lɑ̃sə e ʁəlɑ̃sə a mə ʁɑ̃dʁə fu,
ʒyska sə kil ʁezɔne bjɛ̃ dɑ̃ ma kaboʃə.

ɡʁɑ̃t- u pəti, il fini tuʒuʁ paʁ ɡaɲe.
ʒə sε lə mɔmɑ̃ vəny, ʒə dwa mə ləve.
səla fε, a ma tablə, ʒə vε mɛ̃stale.

də pœʁ dublje lε mo kil a ɛ̃syfle,
mɔ̃ sεʁvo malməne, vø kʁεjɔ̃ e papje,
puʁ kɑ̃fɛ̃ pɔεmə, ʒə pɥisə tə kuʃe.