Poème-France.com

Poeme : Ayers Rock



Ayers Rock

Elle est parti à Ayers Rock
J’y suis pas, j’y suis ad hoc
Car,
Dans ses pensées j’habite le plateau
Elle dévale les pentes du coteaux
Mais je suis trop loin, trop haut
Entre nous tellement de fuseaux

Elle me dit pas « je t’aime »
On s’écrit à demi-mot
Elle me raconte ses journées en aparté
Je lui dit pas « je t’aime »
On l’entend à défaut
Ses paroles sont des silences damnés

A Ayers Rock, il n’y a que du rocher
De la pierraille, et un tombeau déifié
Nos sentiments qui s’effritent
Pourtant,
J’ai mis du vin dans mon eau
J’ai mis du nous dans mes mots
Nos vies cassent, se délitent
Pourtant
Tu as mis de la vie dans mon eau
Tu a attrapé mon cœur au lasso

Mais a Ayers Rock, y’a plus de limite,
Seul l’esprit des indigènes y habitent
A Ayers Rock, l’amour s’éteint
A Ayers Rock, la voix porte loin
A l’unisson, je les entends souffler :
L’ailleurs, c’est là où porte les cœurs
A Ayers, il ne reste que ceux qui meurt
Tout s’effrite, tout se délite :
Du rocher qui s’érode sous le poids des ans
Aux sentiments perdus sous les sédiments
Y’a pas d’ailleurs à Ayers
Pas de chemin de traverse,
Juste le mirage en détresse
Et ta voix qui me délaisse.
Ankhaset

PostScriptum

pour toi,


Pour mettre un commentaire

Poème en Phonétique

εllə ε paʁti a εje ʁɔk
ʒi sɥi pa, ʒi sɥiz- ad ɔk
kaʁ,
dɑ̃ sε pɑ̃se ʒabitə lə plato
εllə devalə lε pɑ̃tə dy kɔto
mε ʒə sɥi tʁo lwɛ̃, tʁo-o
ɑ̃tʁə nu tεllmɑ̃ də fyzo

εllə mə di pas « ʒə tεmə »
ɔ̃ sekʁi a dəmi mo
εllə mə ʁakɔ̃tə sε ʒuʁnez- ɑ̃n- apaʁte
ʒə lɥi di pas « ʒə tεmə »
ɔ̃ lɑ̃tɑ̃t- a defo
sε paʁɔlə sɔ̃ dε silɑ̃sə damne

a εje ʁɔk, il ni a kə dy ʁoʃe
də la pjeʁajə, e œ̃ tɔ̃bo deifje
no sɑ̃timɑ̃ɑ̃ ki sefʁite
puʁtɑ̃,
ʒε mi dy vɛ̃ dɑ̃ mɔ̃n- o
ʒε mi dy nu dɑ̃ mε mo
no vi kase, sə delite
puʁtɑ̃
ty a mi də la vi dɑ̃ mɔ̃n- o
ty a atʁape mɔ̃ kœʁ o laso

mεz- a εje ʁɔk, ia plys də limitə,
səl lεspʁi dεz- ɛ̃diʒεnəz- i-abite
a εje ʁɔk, lamuʁ setɛ̃
a εje ʁɔk, la vwa pɔʁtə lwɛ̃
a lynisɔ̃, ʒə lεz- ɑ̃tɑ̃ sufle :
lajœʁ, sε la u pɔʁtə lε kœʁ
a εje, il nə ʁεstə kə sø ki məʁ
tu sefʁitə, tu sə delitə :
dy ʁoʃe ki seʁɔdə su lə pwa dεz- ɑ̃
o sɑ̃timɑ̃ɑ̃ pεʁdys su lε sedimɑ̃
ia pa dajœʁz- a εje
pa də ʃəmɛ̃ də tʁavεʁsə,
ʒystə lə miʁaʒə ɑ̃ detʁεsə
e ta vwa ki mə delεsə.